Kais Saied serait contraint de démissionner, d'après Jaouher Ben Mbarek [Vidéo]    La Manouba : Tebourba ensevelie par les déchets ménagers !    Tunisie – Syrie : Un arbitre mexicain au sifflet    NBA : les Rockets inarrêtables, Denver, Miami et les Clippers battus    Sghaier: On m'a interdit de se rendre en Italie    Najla Bouden présente son programme de réforme non-pas aux Tunisiens, mais aux diplomates    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Décembre 2021 à 11H00    La Tunisie participe, à Oran, à la conférence sur la paix et la sécurité en Afrique    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    France : Kadhafi tient peut-être sa vengeance posthume contre Sarkozy    Abdellatif Aloui vante la générosité de Samira Chaouachi    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    Taboubi : Bouden n'a aucun pouvoir de décision    Programme TV du jeudi 02 décembre    Sidi Bouzid: Les diplômés chômeurs réclament l'activation de la loi n°38 [Vidéo]    Novembre 2021 : Peugeot leader du marché automobile français en VP    Walid Bel Hadj Amor : Najla Bouden a manifesté une réceptivité encourageante    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    A l'occasion de son 60ème anniversaire: L'UBCI révèle sa nouvelle identité visuelle    Les saveurs d'Italie débarquent à Tunis: Partager la joie de vivre à travers la gastronomie    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Le nouveau variant Omicron inquiète l'OMS: Aucun cas enregistré en Tunisie    Laâyouni: On m'a menacé de faire exploser ma maison !    Le PDL en tête des intentions de vote, selon Emrhod Consulting    Entreprises publiques Nabil Abdellatif appelle l'Etat à se retirer des secteurs compétitifs    Moez Joudi: Même en cas de cession des entreprises publiques, il n'y aura pas d'acheteurs    Tunisie: 40 tonnes d'oxygène liquide octroyées par l'Arabie Saoudite    Coronavirus-USA : Vers l'annonce de nouvelles mesures    Tunisie - Kia Motors annonce le démarrage des "Kia Clinic Days Pre Winter"    JTC et JMC: Le ministère de la Santé organise des campagnes mobiles de vaccination contre le Covid-19    Maroc-Algérie : Des confidences terrifiantes sur la guerre qui se prépare à Alger    Par Abdelaziz Gatri : Rendez-nous notre capitale    Tunisair programme un vol de rapatriement depuis Casablanca    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    Aujourd'hui, ouverture de la 2e édition de « Vues sur les arts » à l'Agora : Enrichir le savoir cinématographique    La Fashion Week Tunisienne diffusée au Cinéma    Majdi Karbai appelle les médias à entendre les témoignages des jeunes récemment expulsés d'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment embellir l'image du pays quand tous s'évertuent à la ternir ?
Publié dans Business News le 17 - 10 - 2021

Comment embellir l'image de notre pays quand tous se bousculent et s'évertuent à la rendre plus terne ? Beaucoup de dossiers en rapport avec les relations de notre pays avec des instances étrangères ou internationales ont été au centre des débats politiques durant les derniers jours en Tunisie. Mais tous ces débats ont donné l'impression d'assister à un combat de coqs ou à des chamailleries dans la cour de recréation d'une école primaire. Aucune discussion sérieuse sur la politique étrangère tunisienne, ni aucune réflexion sur les moyens de normaliser nos rapports avec nos partenaires politiques, économiques ou financiers. En définitive, ce qui aurait pu être une belle opportunité pour un débat et une concertation nationale, a été une occasion supplémentaire pour diviser davantage les Tunisiens, sinon ceux qui se sont arrogé le droit aujourd'hui de parler en leurs noms.
Pêle-mêle, ces dossiers de la discorde concernent l'appel à ne pas envoyer des dons de vaccins à la Tunisie, le report du sommet de la francophonie, le gel du parlement tunisien en tant qu'observateur au sein de l'union parlementaire européenne, la baisse de la note souveraine de la Tunisie par l'agence de notation Moody's, l'examen de la situation politique en Tunisie par le congrès américain et très prochainement par l'union européenne. Un énorme travail de sape, une débauche d'énergie et un lobbying « efficace » ont été nécessaires pour atteindre ce résultat peu glorieux. Par souci de sécurité face à la déferlante de l'agressivité dans le pays, on ne citera pas les noms des leaders des détracteurs du régime de Kaïs Saïed qu'ils soient des islamistes ou leurs acolytes, des partisans de la gauche ou des militants pour la démocratie et les libertés. Les autres, ceux qui ont choisi l'exil pour mener, têtes baissées, une campagne de dénigrement contre le régime ultra-présidentiel de Kaïs Saïed au point de ne plus faire la différence entre ce dernier et les Tunisiens, ils n'ont pas de quoi être fiers et ils ne seront pas cités non plus, mais par dégoût et mépris personnel. Seule la baisse de la note souveraine de la Tunisie échappe à ce harakiri. La dégradation de l'économie nationale depuis plus d'une décennie rendait cette baisse de la notation souveraine prévisible, attendue et même inéluctable.

Bien entendu, on aurait souhaité que les Tunisiens, partout où ils sont, donnent une image positive de leur pays. On aurait aimé que chaque Tunisien puisse être l'avocat de son pays à l'étranger et l'ambassadeur de sa nation. Il y a toujours un pincement au cœur en voyant des Tunisiens véhiculer une image négative de la Tunisie. Quand ils vont un peu loin et confondent les régimes en place avec le pays, ce que les régimes tentent toujours de faire, ils sont critiqués et hués même. Mais de là à les suspecter d'être des agents de l'étranger et les accuser de trahison, c'est excessif et montrer une émotivité à fleur de peau.
Face à une dictature, ou un régime supposé comme tel, l'opposition a le droit de lutter pour un retour à la démocratie en utilisant tous les moyens disponibles y compris s'adresser aux organisations et instances internationales ainsi qu'aux ambassades pour leur donner une image fiable sur la situation, et pourquoi pas chercher leur protection contre l'oppression. Cela peu choquer les rêveurs et les cœurs fragiles. Mais dans un rapport des forces forcément déséquilibré entre la dictature et ses opposants, ces derniers ont le droit de se défendre au risque d'être anéantis et pérenniser la dictature.

En Tunisie, Kaïs Saïed aurait pu contourner aisément les manœuvres de ses opposants s'il avait été plus diligent, s'il avait annoncé son gouvernement plus tôt, s'il avait clarifié son agenda et s'il avait surtout engagé un dialogue avec les acteurs politiques, économiques et sociaux, même s'il aurait fallu écarter de ce dialogue, quelques uns parmi eux. Malheureusement pour lui et pour le pays surtout, il a refusé tout dialogue et s'est emmuré dans sa logique et son palais. L'image officielle véhiculée à l'occasion de la fête de l'évacuation, montrant le président de la République assis seul sur son fauteuil, à l'écart des autres dignitaires de l'armée et de l'Etat, était censée suggérer l'idée que Kaïs Saïed est le seul maitre à bord. Elle surtout montré un Kaïs Saïed seul, isolé, qui se cramponne à deux mains à son fauteuil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.