CONDOLEANCES    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finale    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    Tunisie – Coronavirus : 82 décès supplémentaires et 2291 nouvelles contaminations en 24H    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Euro: les matches de ce samedi    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le peuple, grâce au peuple, Kaïs Saïed viole la constitution
Publié dans Business News le 10 - 02 - 2021

Tout le monde a été surpris de voir le président de la République, Kaïs Saïed, en balade à l'Ariana et à la cité olympique. Pendant que le chef du gouvernement multiplie les recours et organise des réunions avec des juristes, le chef de l'Etat a donné l'impression de se détacher totalement de ces considérations triviales et de se diriger plutôt vers le peuple. Depuis l'antiquité, et l'époque des Omar Ibn Khattab et autres, qui semble si chère au président, la symbolique du souverain qui se promène au marché pour s'enquérir lui-même de l'état de ses sujets est très présente. Et il faut dire que Kaïs Saïed est un homme de symboles.
Inutile de refaire le tour de son année de présidence pour se rendre compte que le président de la République tente de se donner cette posture de gardien du peuple. L'image communiquée après sa visite au ministère de l'Intérieur après une longue marche à l'avenue Habib Bourguiba entre dans cette stratégie. C'est comme s'il conduisait lui-même les manifestations des Tunisiens ! Il est allé dans son quartier, en pleine pandémie, pour relayer les revendications de ceux qui veulent la dissolution du parlement ou en finir avec les partis politiques.

Kaïs Saïed a compris ce que d'autres politiciens, pourtant bien plus chevronnés que lui, n'ont pas compris. Quand on a de son côté le peuple et l'opinion, on devient imbattable. Le chef de l'Etat est auréolé des quelque 2,8 millions de votes obtenus au 2éme tour de la présidentielle. Il estime que cela lui donne une légitimité incontestable pour être le vrai représentant du peuple. L'on oublie souvent que lors du premier tour, « seulement » 620 mille personnes ont voté pour lui, ce qui permet de penser que les deux millions d'électeurs supplémentaires du second tour votaient plutôt contre l'autre candidat. Mais la réalité arithmétique n'intéresse pas le président. Tout ce qu'il faut retenir c'est la symbolique d'un Kaïs Saïed plébiscité par le peuple qui l'a élu.
C'est là que le jeu de Kaïs Saïed devient intéressant. Toute cette manœuvre vise à faire du peuple un élément politique dans ses propres combats. Cela est, également, en totale cohérence avec le système politique qu'il préconise, selon lequel le peuple doit exercer la politique de manière continue, et ne pas se contenter de voter une fois tous les cinq ans. La mise en scène du président au milieu de son peuple, sensible à ses vrais problèmes (la santé à El Mnihla, le pouvoir d'achat et les prix à l'Ariana…), permet à Kaïs Saïed de prétendre avoir un soutien important. Lui qui est esseulé au palais, qui n'a pas de parti politique et qui n'a pas d'appuis réels au parlement, doit avoir « le peuple » à ses côtés pour peser dans la balance et ne pas être enfermé dans l'image d'un président original seul dans un palais, comme la Tunisie en a connu.
Dans le même temps, entretenir ce récit du leader plébiscité permet à Kaïs Saïed de sortir aisément de ses prérogatives au sens légal du terme. C'est le cas aujourd'hui, concernant ce qu'on appelle blocage constitutionnel avec le chef du gouvernement à propos du remaniement ministériel. Kaïs Saïed est clairement en train de dépasser ses prérogatives et de violer la constitution en s'attribuant des prérogatives et un pouvoir qu'il n'a pas.
Pourtant, cela ne provoque pas le tollé adéquat car cette image de président « populaire » atténue l'impression de gravité de ses actes. Quand Béji Caïd Essebsi s'était approché des lignes rouges tracées par la constitution, les voix se sont élevées de toutes parts pour le mettre en garde et lui signifier quelles étaient ses prérogatives. Avec Kaïs Saïed, on fait du relativisme et on imagine qu'il ne faudrait surtout pas froisser les millions de personnes qui le soutiendraient. Pour des calculs politiciens ponctuels, nous mettons en place un précédent dangereux qui pourrait être l'un des fondements d'une nouvelle dictature. Le président de la République s'est arrogé le droit de défendre la constitution et de l'interpréter à sa guise. Aujourd'hui, il en fait ce qu'il veut, dans le but de servir son dessein politique, et cela avec la complicité de ceux qui ciblent Hichem Mechichi et les partis qui le soutiennent. C'est un jeu extrêmement dangereux auquel s'adonne le président. Les pires dictateurs se croyaient démocrates.

Kaïs Saïed s'est mis en tête de s'attaquer à Hichem Mechichi et aux partis qui forment son « coussin ». Quelle que soit l'issue du problème actuel, le président en sortira gagnant, par la démission de Hichem Mechichi ou par la dissolution de l'Assemblée. Mais tous les observateurs avisés s'accordent à dire qu'il ne s'agit là que d'un épisode dans une longue série. Cette fois, le prétexte était constitutionnel, demain ce sera autre chose.
D'ailleurs, quelle que soit la résolution de la crise actuelle, il est difficile d'imaginer Hichem Mechichi et Kaïs Saïed travailler ensemble dans l'harmonie et l'entente. Et c'est ainsi, que le président de la République aura braconné des prérogatives qu'il n'a pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.