Kaïs Saïed, Abdelfatteh Al Sissi, Union européenne, FMI… Les 5 infos de la journée    Tunisie – Les crédits logements de plus de 20 mille dinars ne sont pas concernés par l'augmentation du taux d'intérêt    Un jour de congé à l'occasion du Mouled    Jasmin Open Monastir 2022 : Ons Jabeur se qualifie aux quarts de finale    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA rejoint l'Espérance en demi-finale    FTF : Officiel. La TV nationale diffusera les matches des J01 et J02    Tennis | Jasmin Open Tunisia à Monastir : Ons Jabeur passe en quarts de finale facilement    Report du verdict sur l'annulation du congrès extraordinaire de l'UGTT    La Turquie désigne son nouvel ambassadeur à Tel Aviv    Thaïlande : Un individu tue une trentaine de personnes dont des enfants, ainsi que sa famille puis se suicide    Edition spéciale célébrant l'héritage des victoires au Mans, la Ford GT LM    D'anciens de Nidaa surfent sur les nouvelles approches    Des Arabes violemment attaqués alors qu'ils conduisaient durant Yom Kippour en Israël    Tunisie: Le parti national tunisien annonce sa participation aux prochaines législatives    Ali Hafsi : Hichem Mechichi a exprimé des remords    Retour sur le 5ème forum de l'Officine : UIB partenaire privilégié du syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie    Tunisie : Des élèves empoisonnés à...    Perturbation du trafic des trains de phosphate à Sfax, Gabès et Gafsa    Ooredoo Tunisie et Betacube s'associent au service des startups tunisiennes    Coupes africaines : Le programme des clubs tunisiens    Classement FIFA : La Tunisie 30e, l'Algérie double le Cameroun avant le Mondial    Slaheddine Dchicha: Un spectre hante l'Europe...    Les réserves des barrages n'ont pas dépassé pas 32% de leur capacité, à fin septembre 2022    Législatives 2022 : Ouverture des demandes d'accréditation pour les observateurs et journalistes    La France se mobilise en faveur du développement municipal en Tunisie    L'OIPEM lance une pétition électronique pour la révision du temps scolaire    Fête du Mouled: Ce dimanche, accès gratuit aux musées et monuments historiques    Annie Ernaux a décroché le prix Nobel de littérature    Le film Tunisien 'Saffeh Nabeul' en compétition officielle du Festival Maghrébin du Film Oujda    Monastir : Hausse des arrivées touristiques    Kais Saied appelle Abdel Fattah Essisi    Mandat de dépôt contre le secrétaire général du Syndicat national des forces de sécurité intérieure    Tunisie- Législatives : '' Achats'' de parrainages : Arrestation de ''futurs candidats ''    La Tunisie certifiée par l'OMS exempte de la poliomyélite    Ben Salmane fait un cadeau royal à Poutine, un échec cuisant pour l'UE et les USA    ISIE-Elections législatives: Date de dépôt des candidatures    JCC 2022 : Hommage au maitre du cinéma italien Federico Fellini    Pourquoi | L'Octobre rose    37e édition du festival international du film francophone de Namur : L'épanouissement par l'art    EST | Départ ce soir pour le Nigeria : Bien dans leur élément !    Situation sportive générale et structures sportives : « Corruption, injustice, régionalisme et manipulation des résultats »    Aujourd'hui et demain à la Cité de la culture Chedly Klibi à Tunis : Patrimoine, livre et enfant    Météo en Tunisie : Averses isolées attendues sur les régions ouest l'après-midi    Le Conseil de la BCT préoccupé par les risques haussiers entourant la trajectoire future de l'inflation    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les premiers faux pas de Kaïs Saïed
Publié dans Business News le 18 - 12 - 2019

Depuis son investiture à la présidence de la République, les activités de Kaïs Saïed à la tête de l'Etat étaient méconnues des Tunisiens et ses appartitions se faisaient rares. Toutefois, ce sont ses propos déconcertants qui font débat. Des propos qui sont indignes d'un chef d'Etat, censé réunir les Tunisiens et préserver la stabilité du pays..

C'est lors de sa visite à Sidi Bouzid, hier mardi 17 décembre, pour commémorer le neuvième anniversaire de la Révolution, que Kaïs Saïed a livré son discours présidentiel. Un discours qui ne peut, en aucun cas, être considéré comme celui d'un chef d'Etat mais plutôt d'un révolutionnaire en colère, compte tenu des termes utilisés à l'instar de complot, manoeuvres, opression, bourreaux, tortionnaires et toutes sortes de termes révolutionnaires.
Evoquer des complots et des machinations qui se tissent quotidiennement dans des chambres obscures contre la volonté du peuple et par des parties nommément connues, sans pour autant préciser les responsables derrière ces manoeuvres, ne nous renvoie certainement pas à un discours qui pourrait émaner d'un président de la République. Un président qui s'est montré vulnérable, dépassé, sans aucun contrôle sur les institutions de l'Etat et qui est, visiblement, incapable de détecter la véritable corruption pour pouvoir y remédier.
Il est probable, aussi, que Kaïs Saïed n'avait pas l'intention de détourner l'opinion publique vers des complots infondés et qu'il croit réellement qui est victime d'un acharnement faisant de lui un adepte des théories du complot.

Des propos inquiétants, certes, qui ne feront que compromettre l'ordre général et déstabiliser le pays relevant des craintes sécuritaires et créant éventuellement un état de chaos et de panique chez les Tunisiens.
Pour Kaïs Saïed, ce complot fictif concerne, également, tout le processus entamé depuis le 14-Janvier ayant ouvertement déclaré que cette date était une arnaque et que la vraie Révolution est celle de 17-Décembre. Il insinue, ainsi, qu'il est nécessaire de repartir à zéro en appelant à un nouveau soulèvement populaire, d'autant plus qu'il avait conçu tout son programme autour de la volonté du peuple. Une volonté qu'il s'est engagé à concrétiser tout en accordant les mécanismes juridiques au peuple afin qu'il puisse réaliser ses revendications (dignité, liberté, justice sociale, emploi, etc).

En tant que chef suprême des forces armées et premier responsable de la protection des citoyens, les discours de Kaïs Saïed doivent, en tout temps, refléter l'image d'un président fort, fédérateur et qui apporte des solutions, loin des théories conspirationnistes nuisibles au climat général.
L'image que Kaïs Saïed a véhiculée à travers ses propos menaçants n'est rien de plus que celle d'un homme impuissant. Un homme fragile qui se laisse guider plutôt par les émotions que par la raison, refuge de toute homme politique.
Par son discours irréfléchi, Kaïs Saïed n'a fait que véhiculer un message négatif aux Tunisiens aussi bien qu'aux pays étrangers. Un message qui suscitera tant d'intérêt notamment lors d'une occasion où tous les yeux sont braqués sur la Tunisie ayant été à l'origine des soulèvements populaires observés la région. Ainsi, son impact néfaste prendra plus d'ampleur et est même capable de décourager l'investissement étranger potentiel qui exige un climat de stabilité, de sûreté et de sécurité.

Néanmoins, il ne s'agit pas du premier discours alarmiste tenu par le chef de l'Etat. En moins de 24 heures et lors d'une séance de travail l'ayant réuni avec les représentants des juridictions judiciaire, administrative et financière et certains organismes juridiques, Kaïs Saïed n'a pas manqué de critiquer violemment la Constitution et de relever ses lacunes.
Pour Kaïs Saïed, le mouvement annuel des magistrats est inscrit dans le cadre d'une Constitution qui a déjà présenté ses limites. D'ailleurs, il avait précisé que la promulgation de cette Constitution était illégale dans la mesure où celui qui l'avait promulguée avait tiré la légitimité requise pour ce faire du texte lui-même avant sa promulgation.
Par ailleurs, l'image qu'a donnée Kaïs Saïed de la justice tunisienne est une image de faiblesse et de corruption et ce en affirmant indirectement l'ingérence du pouvoir exécutif dans le pouvoir judiciaire lorsqu'il avait évoqué les calculs et tiraillements politiques qui portent atteinte à l'indépendance de la justice.

Kaïs Saïed n'a pas eu plus de succès en ce qui concernce les relations diplomatiques. Depuis son investiture, les rencontres avec les leaders des pays frères et amis étaient quasi-inexistantes à l'exception de son entrevue avec Fayez El Sarraj, président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Union nationale reconnu par l'ONU.
Une inaction qui avait été, d'ailleurs, dénoncée par le président de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk ayant indiqué son souhait de voir Kaïs Saïed s'occuper davantage des dossiers internationaux notamment ceux inhérents à la coopération militaire et sécuritaire entre la Libye et la Turquie.
Mohsen Marzouk avait reproché à Kaïs Saïed de ne pas tenir une réunion du Conseil de sécurité nationale pour examiner la signature de l'accord de coopération militaire et sécuritaire entre la Libye et la Turquie qui soutient Fayez El Sarraj dans le conflit l'opposant au général Khalifa Haftar.
Il avait, également, contesté l'absence d'une cellule de crise ainsi qu'un dialogue avec les partenaires de la Tunisie, qu'il s'agisse de l'Union européenne, des pays arabes ou encore des pays membres de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (Otan) qui appuient la Tunisie uniquement car elle a le statut d'allié majeur non-membre de l'Otan, selon Mohsen Marzouk.
Visiblement, les accusations de mutisme et d'inaptitude étaient parvenues à Kaïs Saïed l'incitant à faire un clin d'oeil à ses détracteurs.
"Je suis en train de travailler en silence en vue de réaliser les revendications des Tunisiens. Je ne souhaite pas parler de mes accomplissements jusqu'à ce qu'ils se concrétisent" a-t-il réitéré dans son discours d'hier devant les habitants de Sidi Bouzid.
Avec 72,71% des votes qui lui avaient permis de remporter la magistrature suprême haut la main, Kaïs Saïed semble bénéficier d'un soutien populaire considérable qui lui vaut une certaine indulgence de la part des Tunisiens voyant en lui le président "antisystème". Un système qui les a longtemps déçus et avec lequel ils souhaitaient rompre.

Toutefois, le président de la République ne doit pas trop se fier à cette confiance souvent aveugle. Si ces positions continuent à être douteuses et ses propos véreux, cette vague de soutien risque de se dissiper rapidement lorsque ces électeurs seront désillusionnés. Kaïs Saïed est appelé, également, à revoir son discours et à s'armer de prudence aussi bien qu'à éviter toute provocation qui pourrait être interprétée comme un appel à la rébellion. Un appel qui survient à un timing extrêmement délicat alors que les concertations autour de la constitution du prochain gouvernement battent leur plein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.