Plan d'assassinat, Bac, Tunisia Investment Forum… Les 5 infos de la journée    La brigade de lutte contre la drogue :de la vigilance et de nouveaux coups de filet    Lieux saints :Décès d'un pèlerin tunisien    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    LNFP : les sanctions de la 9e journées sont là    Référendum:Des textes d'application seront publiés dans les prochains jours    Ons Jabeur affrontera la Suédoise Mirjam Bjorklund au premier tour de Wimbledon    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Isie Le 27 juin seront examinées les recours contre les candidats aux instances régionales    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Ennahdha: Nous n'avons pas peur…Nous continuerons notre combat pacifique (Vidéo)    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Ligue 1 Pro : Sur quelles chaines regarder les matches de la J10 ?    Rached Ghannouchi exprime son soutien à Hamadi Jebali    Tunisie-Affaire Instalingo: Arrestation de 9 personnes (Vidéo)    Le 24 juin, anniversaire de la création de l'armée nationale: L'élite militaire tunisienne existe-t-elle?    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Wimbledon 2022 : Ons Jabeur a hérité de Mirjam Björklund    Le secteur du numérique en Tunisie : Un potentiel important en termes de compétitivité et de création d'emplois    Le groupe Emirates invite les informaticiens de Tunisie à rejoindre son équipe    Pourquoi | A quoi sert la digitalisation?    Tunisie: Chaleur, canicule et orages, le trio de l'été    Trophée de la Femme Manager 2022 : Des carrières, des talents... une réussite    Affaire du match ESZ-ESHS : L'ESZ hausse le ton    L1 | Play-off (9e journée) – CA-CSS (0-0) : Un petit point, c'est tout !    L1 | Play-off (9e journée) – ESS-EST (1-1) : Au goût d'un succès !    Bac 2022: Sfax en tête avec un taux de réussite de plus de 60%    Nouveau brandshop de Samsung à la Marsa    66ème anniversaire de l'armée : Joyeux anniversaire à ceux qui veillent sur notre paix    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Météo : Températures en hausse    Ons Jabeur rassure son public    Bac 2022 : Plus de 60% des admis sont des filles    Tunis : Interdiction d'utilisation des ''chenguels''    La vice-présidente de l'AMT :les magistrats signent et persistent    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Carthage dance : Les questions de danse... questions de vie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    La Banque mondiale affirme son soutien à la Tunisie dans sa voie de réforme et de développement    L'In'art Hammamet fête la journée internationale de la Musique : Place au Stambali    Moncef Ben Moussa nommé directeur général par intérim du musée national d'art moderne et contemporain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khalil Laâbidi : il n'y a plus de discipline au sein du gouvernement
Publié dans Business News le 13 - 05 - 2022

L'ex-président de l'Instance tunisienne pour l'investissement (TIA), Khalil Laâbidi, a expliqué que la hausse considérable des investissements selon les derniers chiffres rendus publics résultait d'une comparaison avec une année de blocage et de suspension des activités économiques à savoir 2021.
Invité le 13 mai 2022 par Khouloud Mabrouk sur les ondes de la radio IFM, Khalil Laâbidi est revenu sur le secteur ayant enregistré le plus d'investissement. Il a précisé qu'il s'agissait d'un investissement sous la forme d'une augmentation du capital d'une banque, soit un investissement en portefeuille et ne conduit pas à la création d'emplois. « Il n'y a pas de véritable investissement... Il s'agit d'un investissement sous la forme d'une augmentation du capital d'une banque, soit un investissement en portefeuille et ne conduit pas à la création d'emplois », a-t-il dit.
Khalil Laâbidi a souligné l'impact de la reprise de l'activité économique sur l'employabilité et le quotidien du citoyen. Il a évoqué l'organisation du Tunisia Investment Forum et des promesses qu'il avait apportées avec lui. Il a expliqué le manque de réalisation et de concrétisation de ces promesses par l'instabilité politique. « Il y a eu, par la suite, un nouveau gouvernement qui a considéré le forum comme un échec… Il a choisi de ne pas concrétiser les promesses. Il a détruit ce qui a été fait au lieu de l'exploiter comme base et de faire avancer les choses… Or, nous avions eu comme invités des rois et des hommes d'affaires qui voulaient investir… Prenons l'exemple de l'hôpital de Kairouan, il s'agit d'un projet créé grâce à ce forum et dont les fonds ont été mobilisés. Il est, jusqu'à maintenant, en blocage. Nous n'avons pas la capacité d'exécution nécessaire… Il n'y a plus de discipline ou de travail d'équipe au sein du gouvernement garantissant un minimum de visibilité », a-t-il poursuivi.
Il a affirmé que le blocage et l'inexécution des projets résultaient de la complexité des procédures administratives et des accusations lancées à tort et à travers. Il a évoqué les difficultés rencontrées lors de l'expropriation de terrain. Il a, également, parlé de la réalisation du projet et du déblocage des fonds par étapes et des problèmes relatifs à la bonne gouvernance. « Nous ne sommes pas conscients de notre véritable capacité d'absorption. Nous avons accès à plusieurs fonds, néanmoins, nous n'avons ni l'expérience ni la capacité gouvernementale nécessaires pour réaliser les projets… Nous n'avons pas de véritables obstacles juridiques, il s'agit d'un problème d'application de la loi et du manque de volonté et de courage du pouvoir en place… On se prépare à changer la loi d'investissement réalisée en 2017 alors que les décrets d'application relatifs à ce texte n'ont toujours pas été promulgués. Ceci ne va rien changer ! Les administrations et les cadres ont peur… On les accuse ouvertement de corruption ! », a-t-il déploré.
Concernant un accord entre la Tunisie et le Fonds monétaire international (FMI), Khalil Laâbidi a expliqué que les autorités nationales étaient dans l'obligation de rendre des comptes à une institution auprès de laquelle elles empruntaient de l'argent. Il a souligné la situation économique critique du pays. Il a affirmé que les réformes attendues étaient connues de tout le monde. « Le FMI s'attend à une réduction de l'enveloppe consacrée aux compensations, notamment celle applicable pour les hydrocarbures et à un contrôle de la masse salariale. Le FMI précise qu'il existe des pays trois fois plus grands que nous avec la moitié de notre masse salariale. Il y a une incohérence entre celle-ci et la création de richesse en Tunisie… Le FMI s'attend à plus de rigueur quant à la masse salariale… Concernant les entreprises publiques, je dirais que tout Etat est un mauvais gestionnaire de projet privé… L'Etat ne peut pas concurrencer les entreprises privées et doit se limiter aux secteurs monopolistiques tels que l'armement, la santé, l'électricité et l'eau », a-t-il ajouté.
Khalil Laâbidi a expliqué que l'Etat ne cherchait pas la rentabilité. La Tunisie doit trouver une solution. Ceci ne signifie pas forcément recourir à la privatisation. « L'UGTT n'a jamais affirmé son opposition à la privatisation. Il a appelé à un dialogue et à l'étude des entreprises au cas par cas. L'union est prête à étudier des plans de sauvetage », a-t-il dit.
Il a souligné l'importance de trouver un accord avec le FMI permettant une relance économique en introduisant des réformes structurelles et profondes. Ceci, selon lui, aboutira à un grand projet ambitieux. Il a considéré qu'une telle chose était peu probable puisque le gouvernement cherche la stabilité et la paix sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.