Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    La blague du jour, Al Karama est le rassemblement des intelligents    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grandes réformes économiques | Trois questions à Mohamed Hammadi JARRAYA, HEC, Expert en économie et Président de l'Observatoire Tunisia Progress : «Il faudra prendre des mesures exceptionnelles et courageuses»
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 05 - 2021

La Tunisie a, une nouvelle fois, recours au FMI pour conclure un programme de financement et de réformes économiques. Plusieurs mesures doivent être prises pour rendre l'économie plus performante et résiliente en donnant l'importance et l'intérêt nécessaires aux entreprises et au dossier social. M.Mohamed Hammadi Jarraya, expert en économie, nous donne plus d'explications à ce sujet d'actualité.
Quelles sont les réformes que doit engager la Tunisie pour sauver son économie ?
Depuis 2011, l'économie tunisienne est entrée dans une spirale de récession de plus en plus profonde et complexe, avec des taux de croissance quasi-nuls avant la pandémie Covid-19. Avec celle-ci, les taux sont passés en rouge d'environ -10%.
Les principales causes sont doubles : difficultés dans la gestion du pays et «insurrection» du citoyen vis-vis de son devoir et de l'Etat. Le résultat est la paralysie «dangereuse» du travail et de la production de la richesse.
Aujourd'hui, le constat est alarmant : croissance négative, endettement exorbitant, masse salariale dans la fonction publique insoutenable, chute du dinar, quasi-faillite des entreprises publiques, quasi-défaillance de notre système social et sanitaire et une forte érosion du pouvoir d'achat.
Si la bonne volonté de réformer existe encore, à mon avis, il faudra prendre des mesures exceptionnelles et courageuses telles que la recapitalisation des entreprises publiques stratégiques et la privatisation du reste, la relance de l'investissement par des avantages fiscaux importants, clairs et avérés, la relance des grands projets nationaux, la rationalisation vigilante des importations et la «libéralisation» des gisements miniers de la mainmise.
Pourquoi les pouvoirs publics hésitent -ils dans la mise en œuvre des réformes ?
Certaines réformes sont considérées comme «douloureuses» eu égard à leur impact social. Dans ce cadre, les syndicats exercent une pression bloquante défiant toutes les tentatives de sauvetage. Annuellement, des centaines de grèves sont exécutées dans tous les secteurs, engendrant d'importantes pertes de production et de ressources.
En face, aucun gouvernement, jusque-là, n'a eu le poids suffisant pour «imposer» ses réformes et mesures exceptionnelles. La destitution était le sort de tout gouvernement ayant osé se rapprocher des lignes rouges édifiées par les syndicats.
Partout dans le monde, l'investissement et le syndicalisme forment deux lignes parallèles qui ne se rejoignent que très rarement.
Comment rendre le programme des réformes crédible auprès du FMI ?
Le FMI exige un plan de sauvetage clair et crédible avec l'engagement, cette fois-ci, de tous les pouvoirs en Tunisie. Les principaux axes sont la compression de la masse salariale de la fonction publique par rapport au PIB, la réforme du système de compensation, le sauvetage des entreprises publiques, le sauvetage des caisses sociales et le contrôle du déficit de la balance commerciale.
Après des années de promesses sans réalisations, les gouvernements successifs ont fait perdre, à la Tunisie, sa crédibilité précieuse d'antan.
La crédibilité dudit plan découle de son réalisme (adéquation des emplois et des ressources financières), de sa soutenabilité sur un horizon de dix ans et de l'engagement sérieux des pouvoirs et du peuple à le réussir.
Malheureusement, malgré l'ultime urgence, nous sommes encore au stade de création des commissions de «réflexion», entre le gouvernement et deux organisations syndicales !
Si le FMI lui refuse de nouveaux financements, l'Etat tunisien sera en situation de «blocage» car les bailleurs et les marchés internationaux des capitaux sont très «guidés» par la position du FMI et des agences de notation, qui ne nous «gâtent» plus.
Rappelons, aussi, que le blocage politique actuel ne facilite la tâche à aucune partie. Devant cette situation, le citoyen vit une grande angoisse ajoutée à son appauvrissement devenu structurel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.