Affaire des réseaux d'envoi vers les zones de conflit : Un show judiciaire ?    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Orange Tunisie inaugure 2 nouveaux Orange Digital Center Clubs à l'ENIS et l'ISET Kairouan    Express    Lancement du projet « Employment 4 Youth» : Accroître la compétitivité des PME et booster l'emploi    High Tech&Innovation    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Jasmin Open Tunisia : Ons Jabeur ambitionne de remporter le tournoi    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    L'affaire FTF-CSChebba au crible | L'avis de l'expert Habib Grami (juriste en sport) : «Une décision qui prête au doute»    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    Météo : Températures en légère hausse    Pourquoi | A quand une solution pour les SDF ?    Redeyef | L'eau et son effet sur la maladie de fluorose dentaire chez la population : L'éternelle quête de l'eau    Tout savoir sur le vaccin contre la grippe: Date, prix, disponibilité…    Les doutes dissipés    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Anis Lassoued, réalisateur de «Gadeha–Une seconde vie» à La Presse : «"Gadeha" est la greffe d'une société sur l'autre»    Kasserine: Les diplômés des sciences de l'éducation protestent    Agression de l'équipe de l'émission « les quatre vérités » : la SNCFT s'explique    Al Massar boycotte les élections législatives    Sabeh Malek : trois autres entreprises citoyennes seront créées d'ici la fin de l'année    QNB – La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Drame en Indonésie : Le monde du foot témoigne de son soutien    Hand – Championnat d'Afrique des Clubs Champions : Le CA vainqueur et qualifié pour les 1/4    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Tunisie – VIDEO : Kaïs Saïed : Vous voulez la réconciliation... Rendez d'abord l'argent du peuple !    Abid Briki adresse un message à Kais Saïed [Audio]    Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    Saïed supervise une séance préparatoire pour la constitution d'une société citoyenne à Béni Khiar    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Un syndicat sécuritaire porte plainte contre la femme qui a filmé l'agent corrompu    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Constitution approuvée, mais après ?
Publié dans Business News le 16 - 08 - 2022

C'est sans grande surprise que le président de l'instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) Farouk Bouasker annonce en cette fin d'après-midi les résultats définitifs du référendum du 25-juillet. Verdict ? Le projet de la Constitution est validé après avoir récolté 94,6% des voix des électeurs et un taux de participation de 30,5%, mais aussi après le rejet des quelques recours intentés auprès du Tribunal administratif.

Durant la conférence de presse, le président de l'Isie n'a pas manqué d'insister sur l'intégrité du processus électoral, sa transparence et l'absence de fraude. Il avait souligné les campagnes acharnées ayant visé l'instance, les membres de son conseil. C'est dire que l'annonce des résultats préliminaires s'est accompagnée d'une vive polémique remettant en cause les chiffres annoncés par l'instance. On se rappellera des moqueries des Tunisiens dans les heures suivant la proclamation des résultats ayant hissé le nombre d'électeurs final à 2,83 millions représentant un taux de participation de 30,5%, alors que 24 heures plus tôt le nombre d'électeurs à 22 heures n'était que 2,458 millions représentant 27,54%.
Les choses ne s'étaient pas arrêtées à ce niveau. L'Isie s'entremêlait les pinceaux, dès le lendemain matin, et n'arrivait même plus à faire correspondre ses propres chiffres relatifs aux résultats préliminaires du référendum du 25 juillet 2022. De gros écarts entre les chiffres donnés par les centres régionaux des IRIE (instance régionale indépendante pour les élections) et le résultat officiel global donné par l'ISIE (Instance supérieure indépendante pour les élections). La polémique a commencé sur les réseaux sociaux et plusieurs internautes ont pointé du doigt l'aberration des chiffres officiels de l'ISIE. Cette dernière n'a pas trouvé mieux que de faire retirer le document de sa page Facebook !

Malgré ces trébuchements, malgré les mises en doute, l'instance a persisté et même les voies de recours n'étaient ouvertes qu'aux parties ayant participé à la campagne référendaire. Les parties qui s'étaient exprimées contre le référendum ne dépassant pas le nombre de sept, n'avaient intenté que quelques recours, tous rejetés, puisque les 94,6% ayant voté pour le projet de la Constitution ne pouvaient être altérés par n'importe quel type d'infraction électorale.

Ainsi, les jeux sont faits. La Tunisie est actuellement dotée d'une nouvelle constitution rédigée par les soins de son président de la République. Une constitution, qui, selon son auteur, répondrait aux aspirations du peuple qui l'a validée. Cette partie du peuple ne dépassant pas le un tiers du corps électoral aura, donc, dit son mot, décidant du sort des abstentionnistes et de ceux qui s'opposent aux dispositions de ce texte, qui est loin de faire l'unanimité.

D'ailleurs, il convient de noter que la plupart des partenaires internationaux de la Tunisie avaient clairement épinglé le faible taux de participation au référendum, notamment, les USA, l'UE, les Allemands, les Canadiens et même les Britanniques. Face à cette réticence internationale, le président de la République n'a trouvé de mieux que la carte de la souveraineté à brandir. Un argument de taille et indiscutable, certes, mais il aurait été beaucoup plus valable et solide si la Tunisie n'était pas dans une crise aussi profonde économiquement, et si la Tunisie n'avait pas besoin de l'aide imminente de ses partenaires historiques et des instances financières internationales.

Cependant, sur le plan politique local, il est évident que les jeux sont faits, mais les choses les plus dures sont à venir. Cette nouvelle constitution du président entre en vigueur. Il est nécessaire de mettre en application ses dispositions et de rompre avec l'état d'exception actuel. Pour ce faire, il serait, donc, nécessaire d'aller de l'avant vers l'installation des institutions permanentes, notamment, la nouvelle assemblée et la fameuse chambre nationale des régions et des districts. Or, cette phase requiert l'amendement, voire l'élaboration d'un nouveau code électoral.

Un nouveau chapitre s'annonce palpitant à ce niveau, bien que certains observateurs, s'accordent sur le fait que cela se fera sans surprise et avec beaucoup de fluidité puisque l'auteur du nouveau code serait le même que celui de la constitution. Toutefois, il faudrait s'attendre à une réaction émanant des partis politiques dont l'existence même semble menacée à en croire le projet initial du président de la République qui ne les conçoit pas dans sa vision de la vie politique. Un projet politique que Kaïs Saïed avait avant même son accès au palais de Carthage et qu'il œuvre à faire assoire malgré toutes les pressions et toutes les oppositions.

Aujourd'hui, la Tunisie a bel et bien sa constitution, mais cela ne résout aucune problématique. Les véritables problèmes sont toujours là. La crise économique ne fait que s'approfondir, les clivages politiques s'ancrent davantage, les conflits institutionnels risquent de s'accentuer, et même la lueur d'espoir ayant accompagné le début du dialogue social a été éteinte par une simple phrase d'un communiqué présidentiel. En tournant le chapitre, même controversé, de la constitution, on se retrouve de nouveau dans la même spirale après la dislocation des institutions de l'Etat et le piétinement de l'Etat de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.