BCT : Légère appréciation de dinar face à l'Euro    Nafaâ Ennaifer appelle à défendre les exportations tunisiennes contre les mesures pénalisantes de l'Algérie    Algérie : Deux militaires meurent dans des affrontements avec des terroristes    Corruption : Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur et 2 autres responsables    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    Express    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Neïla Sellini, déclarée morte par la CNRPS    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'outrage fait à Abir Moussi
Publié dans Business News le 29 - 10 - 2019

Contrairement aux autres chefs de partis représentés au nouveau parlement, Abir Moussi refuse toujours de rencontrer Kaïs Saïed, président élu de la République.
Le chef de l'Etat a beau s'être entretenu avec son ancien adversaire à la présidentielle, les chefs de partis qui le soutiennent et d'autres qui l'exècrent, une seule personne n'a pas souhaité répondre présente. Il s'agit de l'indomptable présidente du parti destourien libre, Abir Moussi.

Dans une missive adressée hier à Kaïs Saïed, Abir Moussi explique que l'invitation qu'elle a reçue était prématurée étant donné que le président élu n'a pas encore mis en application les décisions qu'il avait annoncées et consacré les principes qui étaient les siens. Moussi regrette également le fait que le locataire du palais de Carthage n'ait pas encore officiellement annoncé les noms des membres de sa future équipe. Elle exprime, ainsi, la crainte de voir « les Frères musulmans, les intégristes, les incompétents et les anarchistes » nommés au sein de cette équipe. Plus encore, Abir Moussi insiste pour que soient respectés les « fondements d'un Etat indépendant, l'histoire et les symboles du pays avec à leur tête le leader Habib Bourguiba, père de la pensée moderniste centriste et éclairée et émancipateur de la femme tunisienne ». Des symboles qu'elle dit vouloir protéger…comme si elle en avait l'apanage.

Kaïs Saïed est en poste depuis le 23 octobre. Soit très exactement une semaine. Un laps de temps trop court pour juger de ses accomplissements, de son respect des principes auxquels il se dit attaché et pour prouver quoi que ce soit à ses partisans comme à ses détracteurs. Pour l'instant, l'homme reste exagérément prudent et refuse même de dévoiler les noms de ceux qui feront son équipe. Un excès de prudence qui pourrait lui porter préjudice.
Alors qu'il reçoit des personnalités nationales et internationales depuis une semaine, Kaïs Saïed refuse toujours de dire qui est qui et continue de bafouer le protocole et les usages sans s'en offusquer outre-mesure. Un chef de cabinet (Abderraouf Betbaieb) qui n'en est pas un, officiellement. Un conseiller diplomatique (Tarak Bettaieb) qui n'en est pas un officiellement non plus et qui est, pour l'instant, l'ambassadeur de Tunisie à Téhéran (Iran). Cherchez l'erreur.

Mais au-delà de l'affront diplomatique à Khemaïes Jhinaoui, ministre des Affaires étrangères, encore en exercice mais récemment zappé du tableau, Abir Moussi préfère extrapoler et faire croire qu'elle est plus royaliste que le roi.
Aucun des Mohsen Marzouk, Nabil Karoui, Mohamed Abbou, Selim Azzabi, Ali Hafsi, Yassine Ayari, Seif Eddine Makhlouf, Rached Ghannouchi et les autres n'ont formulé la moindre objection à rencontrer le président élu. Certains d'entre eux sont d'anciens concurrents dans la course à Carthage et tous ont joué le jeu et répondu présents à son invitation en tant que chefs de partis. Seule Abir Moussi se démarque. S'agit-il d'une position de principe extrémiste ou la réaction d'une mauvaise perdante qui refuse de serrer la main à son adversaire d'hier ? Sans doute un peu des deux.

La présidente du parti destourien libre entame cette nouvelle ère politique – appelons là comme ça – en affichant peu de considération aux institutions de l'Etat mais aussi aux règles du jeu démocratique. Ceux qui ont affirmé vouloir se placer du côté de l'opposition, ont de leur côté accepté de faire honneur aux convenances. Pas Abir Moussi. Elle continue, comme elle l'a fait auparavant, à jouer en solo et à refuser de faire preuve de mesure en abordant des comportements tout simplement contreproductifs.
Juger Kaïs Saïed une semaine après son investiture et décider de ne pas serrer la main du président de la République élu sous prétexte que les grands principes énoncés lors de son discours du 23 octobre n'ont pas été respectés frise le ridicule. Que cherche à prouver Abir Moussi ? Rien, ne si ce n'est qu'elle n'a elle-même rien à offrir de plus, pour l'instant, que des positions puériles.
« Le vrai test pour Kaïs Saïed sera la composition de son nouveau cabinet », a déclaré Abir Moussi. Si Kaïs Saïed n'a visiblement pas eu le temps de faire ses preuves, Abir Moussi, elle, a incontestablement raté sa première…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.