Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le street art au cœur
Le 32 BIS
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 06 - 2015

Un vieil immeuble des années 60, pas très beau, pas très élégant, dans ce quartier qui arbore de si jolies façades, a tout de même une drôle d'allure : des tags intriguent et interpellent, insolites dans cet environnement classiquement désuet
Nous sommes au cœur de la ville européenne, celle des premiers cadastres, dans cet enchevêtrement de rues aux noms de militants de la première heure. Cette partie de la cité devenue inextricable par la grâce du métro, et dans laquelle tout automobiliste sensé hésite à s'engager. Et pourtant, courez-y, à pied, à cheval ou en voiture. Prenez la rue de Turquie, tournez avec la rue Ali Darghouth, coupez la rue Abderrazak Chraïbi, puis la rue Houcine Bouzaiane. Levez la tête à droite. Un vieil immeuble des années 60, pas très beau, pas très élégant, dans ce quartier qui arbore de si jolies façades, a tout de même une drôle d'allure. Sous l'enseigne Phillips, qui connut des jours meilleurs, des tags intriguent et interpellent, insolites dans cet environnement classiquement désuet. C'est là, dans ce lieu décalé, excentré, que Yosr Ben Ammar, qui nous surprendra toujours, et son complice de toutes les belles aventures, Mahdi Ben Cheikh, ont décidé d'ouvrir un espace consacré au street art : le 32bis
Un lieu aléatoire, alternatif, qui a pour premier mérite de réinstaller l'art au cœur de la cité, de lui donner ce côté ouvert, grand public, et de le faire sortir de l'atmosphère feutrée et élitiste des grandes galeries de la banlieue nord. Le choix, en fait, n'était pas totalement innocent. Dans ce quartier longtemps boudé se développe, en effet, depuis quelque temps, une culture underground qu'il faut apprendre à suivre. L'Etoile du Nord avait initié le mouvement. El Hamra avait suivi. Le 32bis s'inscrit dans cette mouvance.
«Du street art, encore du street art, rien que du street art» annonce Yosr Ben Ammar qui propose quatre expositions dans l'année, fluctuantes car rien n'est plus volatile que les street artistes, toujours sollicités d'un pays à l'autre, et difficiles à saisir entre deux avions.
Cette exposition inaugurale, destinée à présenter un tableau exhaustif des différentes tendances de cette forme d'art, est superbe de diversité, de fantaisie, de brio. Ils sont venus de loin ces jeunes talents des rues, avec leur imaginaire, leur background, leurs convictions, leur credo. Et s'il n'y a pas de catalogue, c'est parce que l'industrie du papier détruit les forêts.
L'espace se prête bien à la mise en scène des œuvres : un puits de lumière éclaire les trois niveaux du petit immeuble. Des fresques courent sur les murs, cernent les toiles, relient certaines œuvres, en séparent d'autres. Le bureau d'accueil sert lui-même de support à une création. Dans une vitrine, les bombes de peinture. Ambiance...On se dit qu'ils ont bien dû s'amuser nos artistes.
Le plus prolifique, Chouf, à qui on avait pu reprocher de se répéter, renouvelle une approche monochrome, et nous montre que l'on peut être ni tout à fait le même ni tout à fait un autre Swoon, l'Américain, construit, ou déconstruit, tout est question de point de vue, un univers fantasmagorique dans lequel on est invinciblement aspiré, aimanté par les superpositions d'espaces architecturaux incohérents.
Pantono, le Portugais fait voler ses oiseaux ivres vers des ailleurs pleins de promesses de mouvement éternel. El Seed, la vedette tunisienne du street art, et pourtant le plus modeste, découvre la couleur, offre des harmonies fruitées à ses calligraffitis, et leur donne trois dimensions en une sculpture couleur carambar à la fraise.
Inkman fait tourner ses univers, et voit le monde en calligraphie. Son coup de génie est d'avoir donné à la lettre latine l'esthétique de la lettre arabe.
Dabro invite ses bédouines tristes au regard immémorial dans cet univers qui ne peut que leur être étranger. Et le décalage entre le sujet et le support crée la faille, celle par laquelle s'infiltrent tous les possibles.
David de la Mano, l'Espagnol, fait voguer ses boat people sur des styx inquiétants, vers des avenirs qui ne sont pas meilleurs.
Wise, le Kényan, installe sur ces murs les totems et les masques qui racontent les palabres des sages sous les baobabs.
Mais ce serait dommage de tout vous dire. Alors, une seule conclusion : courez au 32bis, à pied, à cheval ou en voiture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.