Tunisie : Nomination de Ridha Gharsallaoui, Consul général à Paris    Plus de 219 mille candidats au pèlerinage 2022    Biographie de Ridha Gharsallaoui, nouveau consul de Tunisie à Paris    Un arbitre allemand siffle Tunisie-Emirats Arabes Unis    Ligue 1 : Rennes humilie Khazri et Saint-Etienne et enfonce les verts dans la crise    Tunisie: Le député Jedidi Sboui privé des soins    Coupe arabe des nations : Tunisie, Maaloul et Chikhaoui poursuivent leur rééducation    Basket – Tunisie : Résultats de la 14e journée du championnat Pro A    Tunisie : Abir Moussi : Kais Saied n'est pas conscient    Foot-Europe: le programme du jour    Distribution de plus de 403 mille litres d'huile subventionnée    Médenine : l'hôpital universitaire réceptionne un lot de matériel médical    NBA : Chicago Bulls fait tomber les Nets, les Warriors surpris par les Spurs    CSS – Tusker : Formation probable des sfaxiens    Une femme blessée dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Kaïs Saïed commémore le 69e anniversaire du décès de Farhat Hached    Lutte contre le changement climatique: Les efforts d'atténuation : obligation ou opportunité ?    L'embrasement    Assassinat de Farhat Hached, il y a 69 ans: Le meurtre qui signa l'arrêt de mort de la colonisation    Mes odyssées en Méditerranée: Mariano Stinga, un renégat de Tunis    NEWS: Souleymane Coulibaly refait surface    Projet «Promotion du Tourisme Durable»: La Tunisie, notre destination    ils ont dit    La reproduction canine    Pourquoi: Les taximans et leurs caprices…    Kairouan: Le soupir des coupoles    Ville de Tunis: Feelmedina, une initiative pour des week-ends heureux dans la Médina    Cérémonie d'ouverture de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage: Démarrage sur les chapeaux de roues    Choisir des plantes d'intérieur pour le chien et le chat...    Affaire Omar Lâabidi: 14 policiers accusés d'homicide involontaire    Tunisie-Météo : Cellules orageuses et pluies attendues    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Bilan - Covid-19 : 219 nouvelles contaminations et huit décès    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



JCC 2019 – «Les épouvantails» de Nouri Bouzid : Spectres obscurs
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 10 - 2019

Programmé pendant l'ouverture des Journées cinématographiques de Carthage, le long métrage de Nouri Bouzid sortira dans les salles tunisiennes après la fin de cette 30e session. Rassemblant une poignée de jeunes acteurs prometteurs, le film est incontestablement fort de son casting. Peut-être son seul point fort.
Dans la lignée de «Ma Nmoutech» (Millefeuille), «Les épouvantails» de Nouri Bouzid reprend les mêmes axes et reste à la surface des thématiques surconsommées, à savoir celles de la montée de l'extrémisme religieux postrévolutionnaire en Tunisie, le port du voile et du clivage laïque et islamiste, toujours aussi persistant de nos jours et forcément bien plus présent au cinéma. «Les épouvantails» de Nouri Bouzid plonge les spectateurs en 2013, année sanglante en Tunisie : le peuple tunisien a connu l'assassinat des opposants Chokri Belaid et Mohamed Brahmi et a été secoué par une vague d'attentats terroristes jusqu'en 2018. Le pays a également connu une vague de départ de plus de 6.000 jeunes Tunisiens partis rejoindre les rangs de l'Etat Islamique «Daech».
Parmi eux, de jeunes filles parties pratiquer le «Jihad sexuel».
Le casting 5 étoiles du film reste sans doute son point fort : Sondos Belhassen, Fatma Ben Saidane, Afef Ben Mahmoud, qui est également productrice du film, Ghanem Zrelli, Nooman Hamda et les nouvelles têtes d'affiche Nour Hajri, Joumene Limam et Mehdi Hajri.
La réalité a été retracée à l'écran en relatant le parcours de Zina et Djo revenues en Tunisie traumatisées par cette expérience vécue en Syrie : la-bas, elles ont été enfermées et séquestrées par une horde de combattants fanatiques. L'une d'elles était revenue enceinte et les deux victimes devront vivre avec des séquelles psychologiques pour le restant de leur vie. Rapatriées en Tunisie, elles sont prises sous l'aile de Nadia, une avocate, défenseuse acharnée des Droits humains, déterminée à les soutenir et à trouver leurs bourreaux. Par ailleurs, l'avocate est proche de Driss, un jeune homosexuel tunisien qu'elle a défendu auparavant quand il était victime de persécutions. Driss, joué par Mehdi Hajri, tentera d'aider l'une des deux filles rescapées à accomplir sa réinsertion sociale éprouvante; ensemble, ils tenteront de résister à une société conservatrice.
Pendant le film, une impression de «déjà-vu» a fortement plané. La redondance des récits traitant de ces sujets est rapidement devenue pesante : des histoires sont relatées mais restent creuses et fades et au fur et à mesure, le spectateur se noie dans le jargon de «l'extrémisme religieux», souvent utilisé sous l'ère de la Troika (Une Troika d'ailleurs souvent citée et pointée du doigt). Le film met également en valeur la relation entretenue par les deux jeunes personnages incarnés par Mehdi Hajri et Nour Hajri : un rapport de confiance et d'amitié s'est installé avec le temps. Le film épingle frontalement les agissements des fanatiques religieux et de leurs dirigeants, juste après le déclenchement de la révolution. Le dénouement s'est déroulé au bout de 96 mn sans surprise. Le casting 5 étoiles du film reste sans doute son point fort : Sondos Belhassen, Fatma Ben Saidane, Afef Ben Mahmoud, qui est également productrice du film, Ghanem Zrelli, Nooman Hamda et les nouvelles têtes d'affiche Nour Hajri, Joumene Limam et Mehdi Hajri. Le film a été projeté pendant l'ouverture des JCC le 26 octobre 2019 et pendant celle de la 76e édition de la Mostra de Venise pour sa première mondiale. Il a reçu le prix Spécial des Droits de l'Homme (Prix HRB) décerné dans ce même cadre. Le film sortira dans toutes les salles tunisiennes le 3 novembre 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.