Ministère du Transport et de la Logistique : Toutes les mesures prises en faveur des élèves, étudiants, voyageurs, et transporteurs entrant en vigueur à partir du 4 Juin    Arrivée d'une cargaison d'aide médicale pour la Tunisie en provenance de la Chine    Equipe nationale : 26 joueurs pour débuter le stage de préparation    Ligue 2 : l'Olympique de Béja en préparation pour les matches barrages face à l'EO Sidi Bouzid    Le PDL a promis de l'argent aux signataires de sa motion    La KfW met à la disposition du Gouvernement Tunisien un prêt à taux concessionnel s'élevant à 100 M€    Covid-19 : la BAD mobilise 180 M€ pour soutenir la Tunisie dans sa réponse à la crise sanitaire    L'ibuprofène, un traitement contre le Covid-19 ?    Où est passé l'argent? demande Nabil Karoui    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    Tunisie – Météo : Températures en légère hausse    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    CSS | Reprise des entrainements ce vendredi : On rechausse les crampons !    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce n'est pas…bon !
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 04 - 2020

Dans l'une de ses toutes premières circulaires adressées aux différents départements ministériels, le Chef du gouvernement a donné l'ordre de suspendre les bons de carburant aux fonctionnaires durant toute la période de confinement. Seuls les fonctionnaires qui poursuivront leur travail pendant la période mentionnée recevront ces bons, ajoute la circulaire publiée par la présidence du gouvernement. Certes, pour mieux faire avaler la pilule, cette mesure concernera ministres et secrétaires d'Etat. Elle s'inscrit « dans le cadre de la contribution à l'effort national de mobilisation des ressources nécessaires pour faire face au coronavirus…ainsi que pour assurer une bonne gestion des dépenses de carburant », précise le communiqué.
On ne doute pas de la bonne foi du Chef du gouvernement. Mais ce genre de mesures impopulaires ne fait que déstabiliser l'administration tunisienne, seule épine dorsale de l'Etat. Par à-coups, elle est devenue comme un géant aux pieds d'argile, qui risque de s'écrouler à tout moment. Ne nous voilons pas la face. Sans une administration forte, point de gouvernement efficace. La réussite d'un ministre dépend du degré d'adhésion de l'administration à sa vision, à son projet. Tout ministre cale, si l'administration se rebiffe, refuse. Par contre, elle trouve les solutions, les fonds, et fait appliquer les décisions, si elle est engagée, écoutée, respectée. C'est pour dire que ce genre de circulaires, il y en a treize à la douzaine dans les tiroirs. Bientôt, on proposera au chef du gouvernement une circulaire sur la rationalisation de la consommation d'énergie, sur le bon usage des voitures de service, sur la présence, la ponctualité, la productivité, les tickets restaurant, etc. C'est que depuis des années, on ressent une attaque en règle contre l'administration, contre les fonctionnaires.
Chaque salve portée contre ce corps du service public a pour but d'éteindre cette vocation administrative de l'intérêt public et d'abîmer cette passion de servir. En 2011, c'est l'administration tunisienne qui a assuré la continuité de tous les services. Elle a été applaudie des deux mains. Aujourd'hui encore, durant cette pandémie, on se retourne vers le service public. C'est lui le pilier sans lequel l'Etat s'effondre. C'est à lui qu'on doit l'eau, l'électricité, le transport, le carburant dans les régions les plus reculées, les soins, l'éducation, l'approvisionnement et la sécurité. Et si malgré la crise, tout continue de fonctionner, c'est parce que pour les fonctionnaires, pour l'administration, l'intérêt général est quelque chose d'important. Elle exprime un engagement. Une cause plus belle que celle de l'intérêt personnel ou la recherche du profit.
C'est pourquoi ce genre de traitement est dégradant pour l'administration. Et quand l'administration manifeste un malaise, c'est l'Etat qui est malade. Cette administration qui regorge de talents et de compétences est démoralisée. Son ardeur, son enthousiasme se consument de jour en jour. Elle a été réduite à l'impuissance, parce que quelques politiques ne savent pas toujours ce qu'ils attendent d'elle.
Ce qui prévaut depuis des années, c'est le sentiment d'être mal aimés, mal considérés, et d'être obligés de servir l'Etat. M. le Chef du gouvernement, on attend de vous de reconstruire cette administration, de la moderniser, de refonder le service public, avant que l'usure ne finisse par en venir à bout à force d'inertie et de routine. Ce n'est pas la suspension de bons de carburant qui va sauver l'Etat. Mais une administration performante. Car si on se trompe sur le diagnostic, on se trompera sur le remède. Et ca, ce n'est pas …BON !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.