Rapport annuel de la BCT : Marouane El Abassi : ‘'La sortie de la crise ne sera pas facile, ni imminente''... La conduite à tenir (Texte intégral)    Tunisie : Les handballeurs reprendront ce samedi    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis veut mettre fin à tout suspense    CAB : Se donner à fond...    JSK : Sur la même lancée    CSS : Changements en vue !    Abir Moussi [ vidéo] : Dans le cas où le gouvernement sera indépendant, seulement en apparence, le PDL votera contre ce gouvernement"    Tunisie – Bac 2020 : Guide de l'orientation universitaire (PDF)    Covid-19 : Le marathon de Paris annulé    Réduction du déficit commercial de 3596,7 MD    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Forum international sur les objectifs de développement durable    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Zone militaire tampon : Saied prolonge la décision de Marzouki    Frappes israéliennes sur Gaza    Tataouine: Une nouvelle contamination locale au coronavirus    Météo : températures en hausse    Tunisie: Le nombre d'infections au coronavirus atteint 36 à Kairouan dont 33 locales    Tunisie: 20 ha de forêt ravagés par un incendie à Bizerte    Reclassification des pays en zone verte ou orange : Les vols charters ne sont pas concernés (Toumi)    Hichem Mechichi poursuit ses consultations, ce mercredi, avec cinq Blocs parlementaires dont le PDL    Le Drame de Beyrouth aurait ouvert les yeux à d'autres pays pour s'intéresser aux problèmes du stockage du nitrate d'ammonium    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Drame sans précédent pour une ONG française    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    L'Evolution du Coronavirus au Maghreb arabe : l'Algérie et le Maroc toujours au coude-à-coude !    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ensemble pour préserver les acquis
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 07 - 2020

ALORS qu'on s'attendait à ce que les Tunisiens, en premier lieu le gouvernement, réussissent à capitaliser, au maximum, leur victoire éclatante contre le coronavirus et l'hommage planétaire ren- du à l'approche mise au point et exécutée par nos compétences médicales, il s'est abattu sur le pays, malheureu- sement, ces dernières semaines, dans le sillage de l'affaire de conflit d'intérêts dans laquelle serait impliqué le Chef du gou- vernement et aussi à la faveur de l'affaire El Kamour suivie des événements de Remada, une atmosphère de méfiance, de suspicion, de doute et de craintes profondes mêlés de peurs réelles de ce que l'avenir immédiat cache aux Tunisiens.
Autrement dit, en pleine canicule du mois de juillet et en attendant les vacances parlementaires (qui pourraient être annulées selon certains milieux se disant informés au plus haut niveau sur le sort qui sera réservé au gouvernement Fakhfakh dans les prochains jours, voire dans les prochaines heures), les Tunisiens donnent l'impression que leur élite politique et civile les tient en otages suspendus quasi- quotidiennement à cette fumée blanche qu'on attend voir fuser du palais de Carthage chaque fois que le Président Kaïs Saïed, en recevant une personnalité nationale ou étrangère, ou Fakhfakh parle à une radio ou à une télé et, enfin, à chacune des opportunités où Rached Ghannouchi prononce une petite phrase ouverte à toutes les interprétations ou signe un communiqué d'une réunion du bureau exécutif (qui se suivent à un rythme de plus en plus soutenu ces derniers jours) de son parti, communiqués qu'on peut lire différemment entre la matinée et la soirée d'un même jour.
Sauf que, malheureusement, les Tunisiens ne retrouvent jamais leurs attentes dans ces déclarations ou positions censées éclairer leur lanterne ou au moins les tenir au fait de ce que leur élite gouvernante ou aspirant aux rênes du pouvoir leur propose en tant que solutions aux problèmes qu'ils affrontent tous les jours en ayant la conscience que ces problèmes vont en se compliquant, du fait que leur résolution, pourtant possible, voire facile pour certains,
ne figure pas parmi les préoccupations de nos politiciens, pour ne pas dire qu'elles sont reléguées constamment aux oubliettes. D'autres priorités liées aux agendas des partis politiques au pouvoir ou dans l'opposition méritent une attention et un suivi particuliers au vu des dividendes politiciens qu'elles rapportent à ces mêmes partis ou organisations et associations de la société civile.
Face à cette fuite en avant dont les effets et les dégâts nocifs toucheront tout le monde sans distinction, l'heure n'a-t-elle pas sonné pour une prise de conscience générale qui pousserait les acteurs du paysage politique à laisser de côté leurs tiraillements et à décréter une trêve pour oublier temporairement leurs différends et leurs désaccords
dans l'objectif de penser et d'imaginer ensemble une solution consensuelle à même de préserver l'essentiel,
à savoir l'expérience démocratique, l'acquis n°1 de la révolution ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.