Covid-19 : Nouvelle classification des pays selon leur situation épidémiologique    Tunisie – Mechichi insiste pour informer le citoyen de la réalité de la situation économique    Banques maghrébines et Covid-19 : Résilience et responsabilité sociale bancaire    Un nouveau décès à Jendouba    98% des agences de voyages, menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020    La Plateforme JoussourInvest.tn lancée aujourd'hui en Tunisie    Tunisie : Ennahdha retire ses projets de motions    «Je suis prêt à réponde à l'appel du devoir, mais je ne vais plus me taire !»    Le Barça blinde Fati avec une clause à 400 millions d'euros !    Santé...    L'Association «Kaif» lance son projet «Image témoin»    Une édition aux couleurs locales    Tunisie : Lorsque le prestige de l'Etat est bafoué par le chef de l'Etat lui-même !    19 nouveaux cas à Gabès    Coupe de Tunisie: La finale USMO-EST prévue pour dimanche 27 septembre    Exclusif - Qui sont les neuf diplomates et ambassadeurs tunisiens décorés dans l'ordre du mérite    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre à 11H00    Mieux vaut gérer les problèmes d'une démocratie naissante que ceux d'une dictature    Arabie Saoudite: Reprise de la Omra à compter du 4 octobre    Tunisie : Mise à jour de la liste des pays classés rouge    Programme TV du jeudi 24 septembre    La tunisienne Sonia Ben Ammar rejoint le casting de Scream 5    Kais Saied mauvais perdant d'après Iyadh Elloumi    Confiscation et vente des biens mal acquis : Les ressources des ventes dans l'intérêt général    L'exportation des produits agricoles vers la Libye bloquée à cause des protestations    Tunisie : Fermeture de deux usines à Korba à cause du coronavirus    Le président de la République multiplie les messages et les mises en garde : « La Tunisie a un seul Président et une seule diplomatie »    Lancement du projet TEX-MED ALLIANCES en Tunisie    Mekki : il y a un successeur à Ghanouchi... Les choses vont s'aggraver s'il ne quitte pas    Espagne : l'Atletico Madrid annonce l'arrivée de Luis Suarez    Huawei partage avec ses partenaires ses normes de transparence    Parution de quatre livres de Mohamed Zinelabidine aux Editions Sotumedias dans la collection "Hypothésis"    L'IFT affiche sa rentrée littéraire avec "Kteb Tounsi" à Tunis, Sousse et Sfax    Webinaire sur la technologie power-to-X comme technologie d'appui à la transition énergétique    Baromètre de la santé des PME : l'Etat doit tenir ses engagements à l'égard des entreprises pour leur permettre de faire face aux répercussions du Coronavirus    Le Tunindex gagne 0,33% au terme de la séance de mercredi    Institut Pasteur de Tunis et Commune de la Marsa : Conférence de presse et Cérémonie de remise de prix    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    La Turquie et la Grèce prêtes à des discussions exploratoires    Alassane Ouattara, le dernier round    Du cinéma belge plein la vue!    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Présentation de l'ouvrage "Médias et recompositions politiques dans la Tunisie post-Ben Ali" à l'IRMC    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Enfas» de Dalila Meftahi à «Sahriyet été 2020 à Hammamet» : Une œuvre subtile et engagée
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 08 - 2020

Ecrite par Tahar Radhouani, interprétée par Rym Abroug, Laïla Rezgui, Laïla Trabelsi, Abir Smidi et Kamel Kaabi et produite par la Troupe de la Ville de Tunis, la pièce théâtrale « Enfas » de Dalila Meftahi est une immersion dans l'univers abyssal de la nature humaine pour en explorer les recoins les plus sombres et les attitudes les plus complexes.
C'est une pièce théâtrale en clair-obscur qui dépeint des personnages au bord de la folie, mais qui, paradoxalement, sont lucides et se souviennent du plus petit détail de leur existence chaotique.
Sur scène, une reproduction sinistre d'une prison exiguë, comme toutes les prisons du monde, sans âme et sans aucune ouverture sur l'extérieur, à l'exception d'une petite porte qui sert d'accès à leur geôlière. Dans cet espace de non vie, Dalila Meftahi réinvente la vie, une autre vie qui ne ressemble en rien à celle qu'on connaît, car trop étrange, voire insensée. La prison se transforme alors en un champ de liberté immense qui permet aux prisonnières de dérouler le long ruban de leur existence pas du tout rose, de laisser couler des larmes de désespoir et d'exprimer la profonde violence qui habite leur corps, agite leur conscience et provoque leur délire.
L'histoire, c'est celle de quatre détenus, trois femmes et un homme, condamnés à 200 ans, à la perpétuité et à la peine capitale. Des personnages brisés, se souvenant, rêvant, se disputant, et se courtisant dans le sombre monde carcéral. Coupées du monde extérieur, elles sombrent dans leur intériorité, avec pour seul réconfort, les rares conversations avec leur geôlière et le quatrième prisonnier qui a réussi à monter en grade pour devenir cuisinier.
Et c'est à travers cette gardienne que les échos des événements de janvier 2011, sont parvenus à leurs oreilles, en leur apportant les images lointaines d'un monde oublié, leur propre monde, en convulsion extrême, lui aussi, même s'il leur offre l'opportunité d'une liberté retrouvée à travers l'amnistie de trois d'entre elles.
Mais le comble de l'ironie et de l'absurde aussi est que les trois prisonnières amnistiées refusent de quitter leur prison, refusent cette liberté.
«Enfas» de Dalila Meftahi, d'après un texte de Tahar Radhouani, est une œuvre d'humour noir, de paradoxe et d'absurde qui dissèque le social et le politique avec la force des métaphores et un jeu d'acteur incroyablement bien ficelé qui s'ajoute à une mise en scène complexe qui accentue les paraboles d'un texte déjà fort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.