AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etouffer la grogne sociale
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 11 - 2020

Malgré de nombreuses promesses de faire des réformes et de rééquilibrer les finances publiques, le modèle de développement socioéconomique de la Tunisie paraît s'essouffler de plus en plus. Et pour cause: la paralysie politique qui fait obstacle à toute mesure décisive. La crise économique et l'instabilité politique qui s'ensuivit ont entravé les efforts des gouvernements successifs pour trouver un consensus politique sur des réformes et les mettre en œuvre.
Pour sortir de cette impasse, le gouvernement devrait tenter d'être plus transparent et de mieux communiquer sur les difficultés économiques du pays, de consulter un éventail plus large d'acteurs socioéconomiques et de mettre l'accent, en particulier, sur les couches sociales les plus vulnérables. Le pays se heurte à des difficultés majeures auxquelles se sont greffés des tensions sociales dans plusieurs régions du pays et des troubles politiques. Les citoyens, eux, déplorent l'absence de stratégies claires de développement socioéconomique dans leurs gouvernorats. Une problématique qui continue à hanter leurs esprits depuis des années, alors que les pouvoirs publics se contentaient uniquement d'apporter des ajustements techniques à la politique économique nationale. Néanmoins, depuis des décennies, les actes de contestation exprimant un désir de changement, les manifestations de masse, les appels à des réformes sociales et économiques se multiplient de plus en plus. Aujourd'hui, nombre de formes d'activisme ont obligé l'Etat à faire des concessions et à prendre des mesures afin d'apaiser les tensions et étouffer la grogne sociale. En effet, en réponse aux attentes des citoyens dans les régions, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a annoncé, récemment, lors des assises de la conférence des gouverneurs, l'adoption d'une nouvelle approche de développement différente de celles adoptées depuis des décennies.
A cet effet, des experts se déplaceront sur place dans tous les gouvernorats pour mettre en œuvre les projets en partenariat avec les organisations nationales et la société civile, et ce, dans le cadre des conseils régionaux qui seront présidés par un membre du gouvernement. «Ce processus participatif rompt avec la prise de décision unilatérale et centralisée qui ne tient pas compte des spécificités de chaque région», précise le chef du gouvernement.
Une telle approche permettra, certes, de redresser le cap dans la définition des projets prioritaires et leur hiérarchisation, ainsi que dans l'élaboration d'une architecture renforcée des projets programmés et de leur montage financier.
Il s'agit, en somme, de marquer un temps d'arrêt pour mener, de manière approfondie, une évaluation de la situation présente afin d'envisager une nouvelle phase d'action. Celle-ci, en même temps qu'elle s'inscrira dans la continuité, devra permettre d'affermir les règles de bonne gouvernance dans la gestion des affaires des régions et d'aplanir les obstacles jusqu'ici rencontrés, avec une célérité redoublée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.