Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Initiative de l'UGTT portant sur l'organisation d'un dialogue national : L'unique issue pour voir le bout du tunnel
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 12 - 2020

D'après certaines sources au sein de l'Ugtt, le bureau exécutif de la centrale syndicale a reçu une invitation de la part du Président de la République pour se réunir au sujet de cette initiative. Que veut Kaïs Saïed ? Pourquoi hésite-t-il toujours à superviser ce dialogue national ? Tire-t-il profit de l'actuelle crise et notamment de la dégradation de l'image du Parlement et des députés aux yeux des Tunisiens ? En tout cas, l'Ugtt et l'Utica sont sur la même longueur d'onde au sujet de la nécessité de tenir un dialogue national.
La Tunisie est toujours au cœur d'une crise multidimensionnelle mêlant absence d'entente politique, difficultés économiques et risques pandémiques accrus. En effet, entre divergences politiques à tous les niveaux, effervescence sociale et problèmes économiques, la situation en Tunisie reste inquiétante. C'est dans ce contexte que la centrale syndicale a décidé de s'activer pour voir le bout du tunnel, en proposant une initiative de dialogue national, restée, actuellement, au point mort.
Sauf que du côté de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt) on ne baisse pas les bras, les efforts sont toujours de mise pour faire avancer cette initiative et lui trouver le soutien nécessaire. C'est dans ce sens qu'une réunion a eu lieu récemment entre Samir Majoul, président de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica) et Noureddine Taboubi, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt). Une occasion pour discuter des moyens à même de sortir de cette crise que connaît le pays. Les deux parties ont souligné leur «engagement à œuvrer ensemble pour mettre en place une vision commune et consensuelle à même d'aider le pays à sortir de l'ornière tout en faisant prévaloir l'intérêt général».
Au fait, l'Ugtt ne fait que chercher du soutien à son initiative portant sur l'organisation du dialogue national car, pour elle, il s'agit de la seule issue pour voir le bout du tunnel d'une crise qui n'aura que trop duré. D'ailleurs, c'est cette initiative qui était au cœur de cette réunion, une occasion également pour rappeler l'expérience du dialogue national qui a permis à la Tunisie de surmonter la crise de 2013 et de recevoir le prix Nobel de la paix en 2015.
Face à l'absence d'une réaction positive de la part du Président de la République, Kaïs Saïed, qui refuse de mener un dialogue national avec «les corrompus et ceux qui ont volé l'argent du peuple», l'Ugtt peine encore à trouver un terrain favorable et à garantir les conditions de succès à son initiative. Or, pour la centrale syndicale, la Tunisie ne peut plus faire face à de pareilles conditions.
Que veut Kaïs Saïed ?
Or, d'après certaines sources au sein de l'Ugtt, le bureau exécutif de la centrale syndicale a reçu une invitation de la part du Président de la République pour se réunir au sujet de cette initiative. Que veut Kaïs Saïed ? Pourquoi hésite-t-il toujours à superviser ce dialogue national ? Tire-t-il profit de l'actuelle crise et notamment de la dégradation de l'image du Parlement et des députés aux yeux des Tunisiens ?
En tout cas, ce qui est sûr, c'est que le locataire de Carthage n'est pas, actuellement, pour un dialogue national, car il n'y a présentement pas de conditions nécessaires à son succès. C'est ce qu'il a réitéré durant ces dernières semaines en évoquant l'impossibilité de mener un dialogue national en présence de certaines parties corrompues. Néanmoins, face à certaines pressions exercées par l'Ugtt et d'autres forces nationales, le Chef de l'Etat pourrait finalement accepter de concrétiser cette initiative mais conformément à des conditions portant notamment sur l'exclusion de certaines parties politiques. Il est utile de rappeler que cette initiative porte notamment sur les aspects sociaux et économiques du pays, et mise sur un «comité de sages», pour préparer les grandes lignes d'un tel dialogue qui, enfin concrétisé, pourrait en effet limiter les conséquences de cette crise multidimensionnelle. Sauf que loin de ses aspects socio-économiques, l'enjeu est parfaitement politique, dans la mesure où l'actuelle crise ne résulte que de mauvais choix politiques et de l'absence d'une entente et de consensus notamment sous la coupole du Bardo.
Des régions en colère
Une fois concrétisées, les recommandations de ce dialogue national devront en tout cas apporter des réponses et notamment des solutions à une population en colère. Actuellement, la Tunisie vit au rythme des sit-in, des grèves et des manifestations dans toutes ses régions. Après Kairouan, Béja et Jendouba, une grève générale sera d'ailleurs, observée dans le gouvernorat de Gafsa, le 7 janvier prochain. Face à la colère des régions, le gouvernement Mechichi a décidé d'adopter une nouvelle stratégie pour résoudre ces problèmes de développement notamment dans les zones intérieures du pays. Dans la continuité de cette stratégie participative comme le confirme La Kasbah, le Chef du gouvernement Hichem Mechichi a présidé, lundi dernier une séance de travail avec des représentants et des compétences du gouvernorat de Jendouba opérant dans divers domaines (économique, social, culturel,..). Pour Hichem Mechichi, «la question du développement régional demeure l'une des priorités de l'action gouvernementale et repose sur une approche participative associant les différents acteurs économiques et sociaux ainsi que les compétences de chaque région en vue de chercher les meilleures solutions pour impulser le développement et réaliser les projets programmés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.