Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue national : Kaïs Saïed semble faire une fixation obsessionnelle sur les « corrompus »
Publié dans L'expert le 17 - 12 - 2020

A l'issue de sa rencontre hier soir avec Noureddine Tabboubi, le président de la République n'a pas
donné un franc blanc-seing à l'initiative de l'UGTT. Il semble même qu'ayant émis de sérieuses
réserves sur les futurs participants au Dialogue national, il a cherché à le torpiller. Mais en prenant
des gants.
17 jours après que l'UGTT eut lancé son initiative sur le Dialogue national sensée être parrainée par le président de la République. Et après avoir reçu dans la soirée du mercredi 16 décembre 2020 Noureddine Taboubi, le SG de l'UGTT, au palais de Carthage, Kaïs Saïed n'a pas donné son feu vert au patron de la centrale ouvrière pour engager la procédure. Au contraire, il a émis tant de réserves qu'in fine, il s'agit d'une fin de non recevoir déguisée. Pour ne pas dire d'un enterrement d'une initiative mort-née.
Le oui, mais du Président
En effet, « l'entretien entre Saïed et Tabboubi a porté sur l'initiative de dialogue proposée par l'UGTT. Et ce, dans le but de parvenir à des solutions. Mais plus encore, de résoudre la crise qui ébranle le pays sur les plans politique, économique et social ».
Ainsi, « Kaïs Saïed a souligné que le dialogue doit favoriser les conditions pour réussir les objectifs ». Tout en réitérant son rejet d'établir un dialogue avec les corrompus.
D'ailleurs, « cette initiative forme une alternative aux tiraillements et une issue à la crise vécue dans le pays ». C'est ce qu'on peut lire dans un laconique communiqué rendu public hier soir par la présidence de la République.
De quels « corrompus » s'agit-il?
En clair, même « s'il fallait déployer tous les moyens nécessaires à la réussite de cette initiative », tournure bien diplomatique pour exprimer qu'il s'en détache; le locataire du palais de Carthage souligne que ce dialogue « ne pourrait être conduit de la même manière que le précédent (2013) ». Et qu'enfin, « il est exclu de dialoguer avec les corrompus ».
Mais alors, avec qui faudra-t-il dialoguer? Car, le dialogue suppose un vis-à-vis qui n'épouse pas forcement votre cause; sinon, il s'agit plutôt d'un monologue stérile. Et qu'en est-il, à défaut de les nommer, des corrompus à qui le président de la République, fidèle à sa vieille rhétorique, claque la porte avec fracas?
Car, si on prenait en compte le dernier rapport de la Cour des comptes sur le double scrutin de 2019, il y aurait lieu de supposer qu'il s'agisse d'Ennahdha et de Qalb Tounes.
Autre exclu de la table du Dialogue national: le parti destourien d'Abir Moussi. Sauf que la championne des sondages pour les prochaines élections législatives avait déjà claqué la porte. Convaincue que « c'est une perte de temps. Le contexte n'étant pas celui de 2012, l'heure est aux décisions urgentes. Pour apaiser la tension sociale et engranger les réformes qui s'imposent pour les court, moyen et long termes », arguait-elle.
Alors encore une fois, comment réussir un dialogue qui exclut les partis « poids lourds » représentés au Parlement? Et même si ce n'était pas le cas, comment réussir la prouesse de réunir autour de la même table Ennahdha de Rached Ghannouchi, Al Karama de Makhlouf et Qalb Tounes de Nabil Karoui, avec leur pire ennemie Abir Moussi?
Stratégie suicidaire
De toute évidence, en réitérant sa volonté de ne point engager un dialogue avec les « corrompus », le chef de l'Etat qui ne croit pas à la pertinence d'un « dialogue national similaire à celui organisé durant ces dernières années », cherche en fait à éviter de superviser la partie de l'initiative de l'UGTT. Etant convaincu d'avance qu'elle est vouée à l'échec, faute de joueurs.
Quitte à refiler la patate chaude à la centrale syndicale et attendre. Attendre que le toit nous tombe sur la tête; sachant que désormais, personne n'est plus à l'abri.
*


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.