Tribune | Ecouter la rue, réformer sans bipolarisation ni consensus artificiel    Pôle judiciaire économique et financier: Ouverture d'une enquête judiciaire contre Ennahdha et Qalb Tounes    Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens, à La Presse : «Créer un ministère de la Ville pour s'attaquer à l'anarchie dans l'espace urbain»    Houssine Dimassi, économiste et ancien ministre : « Le Président a la légitimité de négocier avec les partenaires internationaux »    L'Organisation tunisienne pour informer le consommateur apporte son soutien absolu à Kaïs Saïed    Le FMI craint l'impact de la "fracture vaccinale" sur la reprise économique dans les pays émergents    Amical : Le PSG arrache le nul contre Séville    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Juillet 2021 à 11H00    Covid-19 : Chiffres totaux de vaccination    Noureddine Bhiri : Les célébrations du 25 juillet nous rappellent le soir du 13 janvier 2011    Naoufel Saïed fustige l'appel au soutien des puissances étrangères    Biat : Hausse du PNB de plus de 6%    Impôts : Les sociétés pourraient déposer leurs déclarations au plus tard, le 30 juillet    Quel avenir pour Ennahdha ?    Daily brief du 28 juillet 2021: Kaïs Saïed met fin aux fonctions de hauts cadres de la présidence du gouvernement    Tribune | Le peuple veut vous dire merci, Monsieur le Président    Ligue des champions : l'Espérance de Tunis sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Officiel: Varane rejoint Manchester United    Tunisie – Ennahdha s'accroche et fait des concessions    La municipalité de Tunis nie l'intervention de l'armée    JO Tokyo 2020 | Volley : la Tunisie battue par les Etats-Unis    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Landolsi éliminée en 1/16e des moins de 57kg    Tunisie: Le ministère de la Défense met en garde contre l'usurpation de son identité    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de la Belgique    Tunisie-Naoufel Saied rassure: Il ne s'agit pas d'un coup d'Etat    Bilan covid-19 : le bilan quotidien passe soudainement de 178 à 59 décès    Météo : La vague de chaleur se poursuit    Bilan Covid-19 : 3960 nouveaux cas et 59 décès    Jendouba [PHOTOS] : Plusieurs maisons décimées par des incendies à Ghardimaou    Le champion olympique Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui ne disputera pas la finale du 800 m NL    Les patrons soutiennent Kaïs Saïed    Tunisie – Coronavirus: Examen des moyens permettant d'accélérer la vaccination    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    Festival Hammamet 2021 : La pièce "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita bientôt en ligne    Le Baryton tunisien Haythem Hadhiri en concert dans la ville italienne de Bologne, les 26 et 27 juillet    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 06 - 2021

La comédienne et directrice artistique, et fondatrice de la compagnie Apsaras de Genève en Suisse, se trouve à Tunis pour un atelier d'improvisation théâtrale suisse en Tunisie. Au cours de ses dernières années d'expérience dans le domaine théâtral, elle a développé un corporel et vocal d'improvisation théâtrale en Suisse et dans le monde. Elle entreprend de nombreuses tournées dans le monde avec ses productions et celles dans lesquelles elle était engagée comme comédienne, entre autres, «Le crime du Pullman Express», «Qu'est-il arrivé à Baby Jane», etc. La première fois en Tunisie avec une pièce de théâtre. En 2013, elle participe aux JTC avec un spectacle de cabaret de chant et de danse sur le thème de l'esclavage et la traite des blanches. En 2018, elle revient avec un spectacle coproduit avec une compagnie béninoise qui traite de la diversité d'après une adaptation d'«Une journée particulière».
Comment vous est venue l'idée de faire un projet de spectacle de théâtre en Tunisie ?
Au fil des voyages avec mes spectacles, j'ai fait la rencontre de plusieurs professionnels de théâtre et les liens se sont tissés. Pour l'Algérie, j'ai fait la connaissance en 2013 de Omar Fetmouche, directeur du Festival de théâtre de Béjaïa où j'ai présenté «Le temps des sirènes». En Tunisie, j'ai des contacts avec des personnes de la coopération de l'ambassade de Suisse. Dans le cadre des JTC, j'ai eu le plaisir de rencontrer Latifa Mokadem. Et lorsque je cherchais une compagnie basée à Tunis, elle m'a parlé de Amel Fargi, comédienne, metteuse en scène et directrice de la compagnie Thérap'Art.
En quoi consiste cet atelier d'improvisation théâtrale ?
Il s'agit d'un atelier de formation dirigé par Sylvie Legault, coach d'improvisation théâtrale canadienne qui se charge de superviser les jeunes de l'Isad et des comédiens professionnels. Au terme de ce stage, cinq comédiens seront sélectionnés pour jouer dans la pièce. Les répétitions commenceront au mois de septembre à Tunis.
Quelle est la thématique soulevée dans cette création ?
C'est un spectacle de genre sur la violence conjugale. Après des années de mariage, la situation d'un couple se dégrade. Ça tourne à la violence. La pièce comprendra des moments de flash-back sur les débuts heureux de la relation du couple. Il y aura également le point de vue familial.
Le casting est-il composé de comédiens professionnels ou d'amateurs ?
Ce sont des professionnels et des étudiants de fin d'études de l'Isad. Je suis contente du succès que rencontre ce stage de formation. On a estimé la participation à une dizaine de candidats, mais on se retrouve avec une trentaine. 5 seulement seront retenus. Deux comédiens et deux comédiennes participeront à l'interprétation de la pièce. Pour le cinquième comédien, la décision n'a pas été encore prise.
Quel objectif voulez-vous atteindre avec ce spectacle théâtral ?
Il s'agit d'une campagne de sensibilisation sur la violence faite aux femmes, mais aussi aux hommes qui sont malmenés physiquement et psychiquement par leur conjoint. L'intérêt est de faire une campagne mondiale. Le féminicide existe partout dans le monde aussi bien dans les pays en développement que dans les pays développés, comme la Suisse. C'est donc une campagne de sensibilisation de violence de genre domestique. C'est pourquoi on a collaboré avec des associations en Tunisie, Algérie et Suisse qui luttent contre la violence de genre et qui apportent un soutien psychologique aux victimes, mais aussi avec les professeurs de français et de littérature d'écoles et de lycées pour qu'ils puissent étudier le texte et, quand la pièce sera donnée, ils pourront venir avec leurs élèves assister aux spectacles. Amel Fargi est en contact avec le ministère de l'Education nationale pour essayer d'atteindre le plus possible de jeunes et de moins jeunes sur cette thématique.
A quand est prévue la première représentation de la pièce et est-ce qu'il y aura une tournée en Tunisie et dans d'autres pays ?
La première est prévue pour le 30 août, puis la représentation de la pièce se poursuivra jusqu'au 3 octobre 2021. Cinq représentations à Tunis. Après, on fait une tournée dans cinq villes algériennes. Début novembre, on entame un atelier en Algérie identique à celui de la Tunisie. En décembre, on reprendra le spectacle à Tunis, on fera une tournée dans cinq gouvernorats. La pièce sera jouée également en Suisse en 2022-2023.
Quels sont les bailleurs de fonds de cette coproduction tuniso-algéro-suisse ?
C'est la coopération suisse en Tunisie, la délégation villes solidaires suisse et les Fondations suisses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.