Slim Riahi est placé en détention provisoire dans ce pays [Vidéo]    Noureddine Ben Ayed persiste et signe : je suis le nouveau président de l'Utap !    La BCT relève son taux directeur pour maitriser l'inflation : Coup dur pour les ménages et les entreprises !    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    High Tech & Innovation    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    EFA Africa E-Sports 2022 : La Tunisie bat le Mozambique et file en finale    Foot-Europe: le programme du jour    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Démarrage à Djerba du pèlerinage juif après deux années d'interruption : Un message de paix et de tolérance    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    Bassem Trifi : il faut qu'il y ait un vrai dialogue pour en parler    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    NBA – Finale Conférence Ouest : Golden State maîtrise Dallas pour le 1er match    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ezzahrouni: Arrestation d'un individu condamné à 15 ans de prison pour trafic de drogue    FTF : Un nouveau renfort pour l'EN avant le mondial (photos)    Prévenir la pénurie alimentaire    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Isie, USAID, commission de Venise …Les 5 infos de la journée    Projet des Bibliothèques de l'imaginaire : vers la création de 100 bibliothèques dans les écoles rurales    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Le PDL saisit la Commission de Venise pour dénoncer des ''irrégularités'' dans le processus électoral    Imed Hammami: Un remaniement ministériel est nécessaire    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Hausse du taux directeur: L'approche de la BCT est fausse selon Ridha Chkoundali [Audio]    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    OVNI : Des aveux inédits depuis 50 ans et ça se passe au Congrès américain    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    La nuit des musées tunisiens: Ouverture exceptionnelle de 15 musées la nuit le 18 mai    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La magistrate de Monastir placée en garde à vue: La justice verra-t-elle le bout du tunnel ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 08 - 2021

En décidant l'arrestation de la magistrate accusée de trafic de devises, le pôle judiciaire économique et financier envoie un message clair et net à tout le monde : les magistrats semblent avoir décidé de n'obéir qu'à leur propre conscience et de se libérer des ordres, des conseils et aussi des menaces
Finalement, la décision que tout le monde attendait avec impatience est tombée : la magistrate arrêtée le 10 août en possession d'environ la somme de 1,5 million de dinars en devises étrangères a été placée en garde à vue par le parquet près le pôle judiciaire économique et financier, après avoir été laissée en liberté au moment de son arrestation par le juge d'instruction près le tribunal de première instance de Monastir en charge de l'affaire.
La décision du parquet près le pôle judiciaire économique et financier a été prise sur la base du rapport envoyé par le procureur près le tribunal de première instance de Monastir «pour violation du code de change, détention illégale de devises et blanchiment d'argent».
Et la polémique juridico-politique survenue à la suite de la décision de laisser la magistrate en question en liberté par la justice à la suite de son arrestation en flagrant délit et de son aveu devant les douaniers et le procureur de la République à Monastir qu'elle transportait l'argent en question sur sa voiture pour le compte d'un ami (qui est connu comme un trafiquant poursuivi par la justice et qui s'est évaporé dans la nature quand il a appris l'arrestation de la magistrate) en contrepartie d'un service dont elle a bénéficié auprès de cet ami d'enfler et de prendre une grande ampleur au point que le Président Kaïs Saïed a appelé à l'application stricte et rigoureuse de la loi et pour dire clairement que personne n'est au-dessus de celle-ci et que l'indépendance des magistrats et l'immunité dont ils bénéficient n'autorisent en aucune manière une quelconque faveur par rapport aux autres justiciables ou traitement particulier au point de leur éviter d'être arrêtés et placés en garde à vue dans l'attente d'être jugés, même s'ils sont convaincus de flagrant délit, s'ils sont récidiviste comme c'est le cas pour la magistrate de Monastir, et même s'ils avouent leur forfait lors de leur interrogatoire.
Comment comprendre la lenteur de la décision prise par le pôle judiciaire économique et financier à l'encontre de la magistrate dont le conseil de la justice judiciaire a fini par lever l'immunité parlementaire et suspendre de sa fonction en tant que prélude à des poursuites judiciaires ?
Plusieurs observateurs pensent — et n'hésitent pas à le faire savoir — que les juges tunisiens commencent à se libérer progressivement des «contraintes qui pesaient sur leurs épaules, des pressions qu'ils subissaient de la part de certains politiciens qui les prenaient en otage et les obligeaient à appliquer leurs ordres et surtout ils ont décidé de se libérer de ce corporatisme indécent qui les obligeait à défendre les magistrats corrompus qui ont réussi malheureusement à gravir les échelons et à s'installer dans les grands postes de direction».
Aujourd'hui que «les grosses têtes intouchables durant les dix dernières années sont tombées et que les juges longtemps empêchés d'accomplir leurs fonctions dans les normes ont décidé de prendre une part active à la dynamique de réforme de la magistrature afin qu'elle devienne, comme le veut le Président Kaïs Saïed, «une magistrature propre, forte et réactive», on peut espérer que nos tribunaux et notre justice sortiront prochainement du gouffre où ils se sont empêtrés par la faute de ces politiciens avides de gain facile et de ces magistrats qui ont malheureusement failli au serment qu'ils ont prêté quand ils ont accédé à leurs fonctions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.