Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'embrasement
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 12 - 2021

IL y a dans le paysage politique une particularité qui engendre la dérive, une initiation qui oublie trop souvent la notion de respect de l'autre. Et comme tout le monde a ses raisons, son avis « pertinent » sur la chose politique, l'échange n'existe plus. Résultat : les acteurs politiques oublient l'essentiel et n'abordent pratiquement pas les vrais problèmes du pays.
Le recours d'Ennahdha à des méthodes controversées et illicites, à l'instar notamment des termes et des qualifications utilisés dans le dernier communiqué de son bureau exécutif, compromet encore une fois la crédibilité du parti. Une crédibilité de plus en plus bafouée.
Ennahdha accuse le Président de la République d'« instrumentalisation de l'institution militaire, pressions sur la justice, menaces d'émettre des décrets présidentiels pour avoir la mainmise sur les rouages de l'Etat, nominations sur la base de la loyauté personnelle...», autant d'insinuations, voire d'incrimination, qui en disent long sur l'embrasement fort préjudiciable du mouvement islamiste. Un mouvement qui s'illustre encore une fois par l'incapacité de la plupart de ses acteurs à se démarquer des méthodes, des discours et des actes complètement déviants... Les considérations partisanes, mais aussi et surtout personnelles de certains de ses membres, sont devenues la principale motivation au sein du parti. Usant de tout et engagés dans un conflit au relent de règlement de comptes avec le Président de la République, ils confirment, sans scrupule, le recours à des interférences aux desseins que la majorité des Tunisiens ne semblent plus ignorer.
Le problème est que depuis 2011, le paysage politique génère tellement de confusion que ses différents aspects attirent certains acteurs qui ne méritent pas vraiment d'en faire partie. Tout, ou presque, est sujet à des pratiques douteuses. Tant que cela est permis, l'altération continuera à tourner à plein régime !
L'ampleur des conflits est de toute évidence plus qu'une mésentente, ou encore une incompréhension. Ils étalent au grand jour un malaise longtemps refoulé sur fond de doute et de suspicions. Mais la Tunisie d'aujourd'hui n'a plus besoin de foyers de tensions supplémentaires. L'intérêt national devrait calmer les ardeurs. Si l'enjeu n'est autre que la recherche de la réhabilitation tant attendue, pourquoi alors s'affronte-t-on quand tout peut se régler sans surenchère ? C'est tout simplement regrettable que des gens censés collaborer se laissent entraîner dans des considérations qu'on a vraiment du mal à cerner.
Il est temps, avant qu'il ne soit trop tard, de passer à d'autres discours, des réactions et des attitudes complètement différentes. Quoi qu'on en dise et qu'on en pense, la « grande famille » politique est condamnée à travailler ensemble. Les polémiques ne peuvent engendrer que la confusion et l'imbroglio. Elles sont synonymes de rechute dans les méandres du marasme, et le seul perdant sera encore une fois ...la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.