Al Bawsala dénonce la violation du droit d'accès à l'information depuis le 25 juillet 2021    OoredooEZ CUP lancé avec plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant    Parfums et nourriture animalière : Saïed de nouveau à côté de la plaque !    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    Alger ose : Une série d'accords avec la Russie, attention à la colère occidentale    Tunisie – Brésil : La FTF réagit contre les comportements du public tunisien !    Malek Zahi: L'informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Le gouverneur de Tunis: Les partis de l'opposition sont pitoyables    Ligue 2 Pro 2022-2023 : Désignations de la 1ère journée    Mubadala World Tennis Championship 2022 : Ons Jabeur affrontera Emma Raducanu    Une influenceuse trouve du ''Sehr'' dans un cimetière en Tunisie    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Ligue 2 : Programme de la 1ère journée    Courant populaire: Une manifestation pour appeler à lever le voile sur les assassinats politiques    5.400 tunisiens dont 200 enfants vivaient avec le VIH en 2021    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Pour vivre décemment en Tunisie, une famille de 4 personnes doit gagner 3448 dinars    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Nabil Ayadi : il n'y a pas de pénurie car il n'y a pas de marchandises    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Zoomactu: Pluies salvatrices    BILLET: Des signes de reprise perceptibles    L'état tunisien vend ses participations dans Mosaique Fm    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Intègre, mais surtout compétent    Moussi appellent les Tunisiens à descendre dans la rue pour protester    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Imposition fiscale à deux vitesses pour les restaurants touristiques: Des « fourchettes » qui ne sont pas du goût des restaurateurs
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 12 - 2021

La Fédération tunisienne des restaurants touristiques revendique la suppression de la méthode actuelle de l'imposition sur le chiffre d'affaires des restaurants qui consiste à scinder cette imposition sur deux catégories : l'une sur la rubrique de l'alimentation de 7% et l'autre sur les boissons alcoolisées de 19%, pour appliquer le même taux d'imposition (celui de 7%) aux entreprises touristiques, toutes catégories confondues.
Sadok Kouka, président de la Fédération tunisienne des restaurants touristiques Ftrt, mène tambour battant, son combat pour solliciter l'appui des autorités et des banques en vue de soutenir le secteur des restaurants touristiques fortement malmené par les répercussions du Covid et qui sont aujourd'hui face à un éventuel rebond épidémique, appelant dans le même sillage à une application efficace des mesures prises dans ce sens. En effet, malgré l'importance du secteur dans la chaîne touristique nationale avec 380 restaurants touristiques totalisant 38 000 sièges et un chiffre d'affaires de plus de 380 millions de dinars avec une capacité d'emploi de 100 000 postes directs et indirects, le secteur souffre de plusieurs maux qui entravent son décollage.
Pour le président de la Ftrt, il est nécessaire d'accompagner le développement de ce secteur afin qu'il puisse jouer comme il se doit les missions qui lui sont dévolues et de lui éviter une sérieuse menace d'effondrement. Il a d'autre part demandé la levée de l'injustice fiscale dont fait l'objet le secteur et l'accélération du processus de révision des lois anciennes qui handicapent l'investissement, l'emploi et le développement du secteur.
Justice fiscale
A cet effet, Khaled Ben Belgacem, conseiller fiscal et financier de la Fédération, a, au cours d'une réunion à laquelle les ministres du Tourisme Moez Belhassine et Sihem Bougdhiri Nemssia, ministre des Finances, ont convié vendredi dernier les présidents des fédérations professionnelles du tourisme pour débattre de la situation actuelle du secteur et des moyens de consolider sa compétitivité notamment au regard des impacts de la pandémie de Covid, exprimé la réserve de la Ftrt face à une imposition fiscale qui s'opère à deux vitesses. La fédération a ainsi revendiqué l'application du principe de la justice fiscale et d'adopter le même taux d'imposition, celui de 7%, pour les entreprises touristiques, toutes catégories confondues.
Il a, sur un autre plan, demandé la suppression de la méthode actuelle de l'imposition sur le chiffre d'affaires des restaurants qui consiste à scinder cette imposition sur deux catégories : l'une sur la rubrique de l'alimentation de 7% et l'autre sur les boissons alcoolisées de 19%. Selon ses affirmations, la Ftrt estime que l'unification de cette imposition au taux de 7% est de nature à renforcer la transparence et à consolider les recettes de l'Etat.
Volonté d'agir
Cependant, les doléances des restaurateurs ne se limitent pas à l'aspect fiscal. Elles se rapportent au caractère obsolète des lois qui régissent encore le secteur des restaurants touristiques et qui handicapent son développement. En effet, un secteur qui ne fonctionne que trois mois par an ne peut être rentable ni pour l'entreprise ni pour le pays. D'où la nécessité d'exploiter au mieux tout le potentiel touristique, culturel dont disposent toutes les régions du pays et de permettre au secteur de fonctionner tout au long de l'année.
Pour y parvenir, il est urgent de faire sauter tous les verrous tels que la révision des lois obsolètes qui régissent le secteur, la pression fiscale qui pèse sur le secteur, la valorisation du patrimoine culinaire tunisien aux plans national et international, la refonte des lois relatives à l'investissement et le contrôle de la qualité ainsi que de faciliter aux opérateurs l'accès aux opportunités offertes par la coopération internationale.
Autres sujets qui retiennent l'intérêt des restaurateurs, ceux relatifs à la formation et au recyclage du personnel opérant dans le secteur, la valorisation de l'emploi dans cette activité et la promotion de l'art culinaire en tant que levier de croissance économique et sociale et un facteur d'attractivité touristique pour la destination Tunisie. Il convient de noter que le secteur est régi par une règlementation qui date de trente ans. Celle de 1989 est devenue obsolète de par les évolutions que connaît le métier lui-même et plus encore le secteur touristique avec ses nouvelles exigences et les nouvelles attentes des consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.