Tunisie – Ennahdha intime à Fakhfakh d'élargir ses pourparlers et menace de recourir aux élections anticipées    Tribune des lecteurs : Je pleure Tahar Labbassi et la Tunisie par Abdelaziz Gatri    Al-Ahly – Etoile du Sahel : Découvrez la composition de l'ESS    Slaheddine El Taief, décédé, fark ce lundi    Prise de position du parti Qalb Tounes envers le processus adopté par Elyès Fakhfakh quant à la formation du gouvernement    FTDES : Rapport annuel de l'année 2019 autour de l'acte suicidaire en Tunisie    Libye - Des pays signataires de l'accord de Berlin déversent armes, munitions et combattants attisant la guerre Sarraj - Hafter    Open d'Australie : Ons Jabeur crée la sensation et se qualifie brillamment aux quarts de finale    Foot-Europe: le programme du jour    Handball | Finale de la 24e CAN | Ce soir : Tunisie – Egypte: Le jour le plus long    REMECIEMENTS ET FARK: Dr Hédi Essaddam    Nécrologie    Avoirs en devises: 112 jours d'importation, en attendant mieux !    Naples-Juventus, Roma-Lazio : sur quelle chaîne voir ces deux chocs de Serie A ?    Hand – CAN 2020 : 2 en 1, la Tunisie veut son 11ème titre et son ticket pour les JO 2020    Tarak Cherif, Président de la CONECT: « Choisir entre l'intérêt du pays ou une carrière à gérer »    DECES: Abdelmajid STAMBLOULI    Développement local à Testour: un projet tant attendu    Tunisie: Des sociétés de sous-traitance avec la STEG menacent d'observer une grève générale    Tunisie: Attayar veut faire partie du gouvernement de Fakhfekh pour contribuer à la lutte contre la corruption, selon Mohamed Abbou    DECES: Dr Mohamed Ridha GHARIANI    Un effroyable malaise    Facebook choisit la société tunisienne « Sigma Conseil » pour lui réaliser une série d'études et de statistiques    Météo : prévisions pour aujourd'hui, dimanche 26 janvier 2020    Par Hatem Mestiri : Notre pays a un bilan économique inquiétant    L'Espérance Sportive de Tunis en quart de finale de la Ligue des Champions d'Afrique    Les pays et territoires touchés par le coronavirus    Tunisie – Gafsa : Découverte d'une grande quantité de mines et de produits entrants dans la fabrication d'explosifs    Abir Moussi préside un Sit-in protestataire devant le siège du Parlement    Le sexagénaire, blessé par mine jeudi au mont Chaambi, succombe à ses blessures    Programme TV du samedi 25 janvier    Avec TUNISIE TELECOM, consultation et paiement des factures de la STEG à partir de votre mobile    Al Karama Holding lance un avis de vente par négociation directe des participations publiques de » Shems Fm «    Si les élections avaient lieu aujourd'hui, le PDL remporterait les législatives    Séisme en Turquie: Hausse du nombre des victimes à 20 morts et 1000 blessés    Un violent séisme secoue l'est de la Turquie    Hamadi khammar - «Immigration clandestine»: Ce que M. Salvini semble en ignorer    Levier « important » pour l'exporation : Certification Halal bientôt chez nous ?    «Museum Lab connexion», événement de clôture le 25 janvier à Beit Al Hikma : Comment contribuer à une réappropriation sensible de l'espace public et patrimonial ?    Chemins de l'herméneutique : A la conquête de la parole vive    Les 101 tortues de l'atelier Driba 93, une magnifique exposition à découvrir à l'hôtel Dar El Jeld Tunis    l'Ile de Djerba officiellement candidate à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Du 24 au 26 janvier 2020 à Hammamet : Premier Hackathon national Open Data    Initiative de l'Alliance française en Tunisie : Création du Prix de la Plume Francophone 2020    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    Chaambi: Un citoyen gravement blessé par l'explosion d'une mine    La Télévision Tunisienne lance à partir du samedi soir la variété « Chanter tunisien – غني تونسي «    Municipales d'El Battan, Denden, Nefza, Ksibet Thrayet et Rakkada : Les élections fixées pour le 26 janvier 2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les écrits féminins et l'identité tunisienne
Prix Zoubeida-Bchir 2015
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 04 - 2016

Le déclencheur a été le 13 août 2013, lorsque toutes les femmes sont sorties en masse dans la rue, pour manifester leur colère contre le danger qui menaçait les droits des femmes
C'est dans une ambiance festive que la clôture du mois de mars, le mois de la femme, a eu lieu mercredi dernier au Centre de recherche et d'étude sur la femme (Crédif), à Tunis. A travers une présence remarquée de figures féminines du milieu académique, des arts et de la culture, le coup d'envoi est donné vers 15 h avec l'arrivée de la ministre de la Femme et de la Famille, Samira Maraai.
Dans son allocution de bienvenue, Dalenda Largueche a présenté la 21e édition du Prix Zoubeida-Bchir qui célèbre chaque année les écrits féminins dans diverses disciplines. Le prix, du nom de la poétesse pionnière des années 60, est devenu l'emblème de la rigueur scientifique et de l'originalité artistique. Les jurys étant composés d'éminents professeurs et spécialistes dans leurs domaines, « aucune complaisance n'est envisageable, les récompenses attribuées sont largement méritées » a tenu à faire valoir la directrice du Crédif. Un programme varié qui interpelle plusieurs expressions artistiques est concocté pour l'occasion, avec une exposition de peinture intitulée « Kaletha Mra » (Une femme l'a dit), de l'artiste Kaouther Ben Ayed, la projection d'un documentaire reprenant le parcours de la comédienne Zehira Ben Ammar, sur fond d'intermède musical présenté par la jeune violoniste Yasmine Azaiez.
Les lauréates et leurs histoires
C'est Mounira Daraaoui qui a obtenu le Prix de la création littéraire en langue arabe pour son livre « Obsessions de la dernière nuit ». Il s'agit de sa sixième publication, à ce détail près, les précédentes se classaient dans le genre de la nouvelle. Son titre primé Zoubeida Bchir 2015 présente une œuvre inaugurale dans le roman. Interrogée par La Presse, elle le raconte brièvement : « Le héros est Tunisien, homme ordinaire qui peut être un proche ou un ami, il subit un choc au cours d'une longue nuit où il se sépare de la femme qu'il aime. Tous les événements et les personnages se déploient durant cette nuit ». C'est une histoire dense, comme le décrit son auteure, serrée dans un espace temporel très court, une nuit. « C'est peut-être cela qui fait son originalité », sourit la romancière.
Interrogée sur le problème séculaire opposant les écrivains tunisiens aux maisons d'édition, la lauréate ne s'est pas fait prier « Je n'ai trouvé aucun accord possible avec les maisons d'édition, lesquelles, à mon avis, exploitent l'auteur ». Résultat, Mounira Daraaoui a imprimé à ses frais 500 exemplaires qui ne sont pas encore tous distribués. « Nous vivons notre drame doublement, nous les écrivains des régions, je suis résidente à Makthar et j'ai du mal à faire éditer mes livres», a-t-elle avoué.
La créatrice à l'honneur
Le Prix de la création littéraire en langue française est attribué à Aicha Ibrahim pour son ouvrage « Jardins secrets du Belvédère » ; le Prix de la recherche scientifique en langue arabe attribué à Aycha Taieb pour l'étude « Les conditions des habitants et les cheminements du développement dans le pays arabe : étude sociologique pour les systèmes et les acteurs » ; le Prix de la recherche scientifique en langue française n'a pas été attribué, et enfin, le Prix de la Recherche autour des femmes tunisiennes ou l'adoption de l'approche genre a été décerné à Najet Fakhfakh pour son ouvrage « La Liberté en héritage : Journal d'une Tunisienne ».
Interrogée sur l'élément déclencheur de son journal, Najel Fakhfakh, visiblement heureuse, se rappelle : « Le déclencheur a été pour moi le 13 août 2013, lorsque toutes les femmes sont sorties en masse dans la rue, la nuit, pour manifester leur colère contre le danger qui menaçait les droits des femmes. Lors que j'ai vu cette masse de femmes de tous bords, toutes classes et générations confondues, soudées autour d'une même idée, j'ai trouvé que ces femmes sont touchantes et fantastiques, et qu'il fallait que je découvre ce qui a fait que ces Tunisiennes sont ce qu'elles sont. J'ai parcouru notre histoire, les femmes qui l'ont marquée. J'ai constaté donc que rien n'est fortuit, ou la fruit du hasard, il y a des facteurs réels et objectifs, et une accumulation historique, ce sont des femmes et des hommes qui y ont contribué», a-t-elle analysé, un brin fière.
Une fois la rencontre achevée, reste l'effet, il est fait de fierté et de reconnaissance aux pionnières, et à qui de droit. Au bout de vingt et une éditions, le Prix Zoubeida-Bchir est une institution reconnue qui honore la créatrice, la chercheuse et l'artiste, et une pierre de plus apportée à cet édifice, autrement appelé la spécificité tunisienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.