Mercato : Nabil Kouki quitte le CSS pour Belouizdad !!    La BNA parraine cinq jardins d'enfants au Kef, Tozeur, Kairouan, Kébili et Tataouine    Le ministère du Commerce annonce le plafonnement des marges sur plusieurs produits    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Le magistrat Hammadi Rahmani transféré à l'hôpital    Samir Saïed : les discussions avec le FMI commencent aujourd'hui et dureront deux semaines    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Tunisie : Kais Saied reçoit Najla Bouden    Kais Saied se rend en Algérie    Ukraine : Poutine avance pendant qu'ils mangent des petits fours en Suisse    Kaïs Saïed se rend en Algérie    Nouvelle Constitution: Sadok Belaïd évoque le risque d'une "dictature" pouvant porter atteinte à " l'unité " de la Tunisie    Bac- Session de contrôle: Démarrage mardi des inscriptions au service SMS    Samia Abbou appelle au boycott du référendum (Audio)    Kaïs Saïed reçoit Othman Jerandi    Pour Préserver ses acquis, la commission juridique de l'Espérance aura... : ... du pain sur la planche    Tunisie : Droits des femmes : la violence sexiste, l'enjeu le plus important, selon un sondage    7 morts et plus de 330 blessés dans différents accidents en 24h    JM – Haltérophilie : Aymen Becha décroche l'Or dans l'épaulé-jeté et l'argent dans l'arraché    NEWS | «Nul n'est prophète en son pays...»    Kaouther Dabech : Nous sommes devant une constitution dans laquelle le président de la République est comme tout un gouvernement( Vidéo)    SONEDE : Coupure de la distribution de l'eau potable dans les zones d'El Menzah à partir du mardi 5 juillet 2022    EXPATRIES | Omar Rekik veut convaincre Jalel Kadri    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Climat, environnement, biodiversité des priorités pour la planète des actions pour la Tunisie    Autoroutes: Vers une hausse de 15% des prix des péages !    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune | Le monde brûle !    La commission consultative désavoue le projet de Constitution paru au JORT : Deux projets, deux visions !    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Ons Jabeur passe en quarts de finale du tournoi de Wimbledon    Les Indiscretions d'Elyssa    Ils ont dit…    Tunisie-Péages : Hausse des tarifs ?    Des faits et des chiffres    «Taihoun-Dark Side», dramaturgie d'Abdelhalim Messaoudi et Mise en scène de Nizar Saidi : La dramaturgie de la marge    Lassaâd Saïd, directeur de la 56e édition du festival international de Hammamet à La Presse : «L'international revient en force !»    Fadhel Abdelkefi : par sa constitution, Kaïs Saïed a réalisé le rêve de l'islam politique    Mahfoudh et Belaied appellent Kais Saïed à revoir le projet de constitution    Mondial Basket 2023 – Qualifications : les groupes du second tour connus    Tunisair: location d'avions pour assurer les vols programmés    Météo du lundi 4 juillet 2022    Le compositeur Ezzedine Ayachi n'est plus    Un faible séisme frappe le gouvernorat de Sidi Bouzid    Sidi Bouzid secoué par un séisme    Mohamed Hédi Jouini nommé directeur général du théâtre de l'Opéra de Tunis    Variole du singe : Urgent : premier cas dans un pays très visité par les Tunisiens    Sommet de l'OTAN à Madrid | Un revers pour Moscou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jeunes dans les quartiers populaires : Gare à la marginalisation !
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 05 - 2022

Le fiasco politique a suscité chez les jeunes une grande déception et tué en eux tout projet futuriste. Aussi leur état dépressif les rend-il de plus en plus agressifs.
Légion sont les études menées sur le vécu de nos jeunes, leurs soucis, rêves et les objectifs auxquels ils aspirent très souvent, à l'aune des maux affligeants et l'avenir incertain qui les taraude. La toute récente enquête sociale de l'ONG « International Alert » vient de montrer que nos quartiers populaires à haute densité démographique sont trop marginalisés, suite à une politique de développement, jusqu'ici, pénalisante. Et que l'Etat n'a toujours pas été à l'écoute de la jeunesse. Au fil du temps, l'on a entendu parler de l'intérêt qu'il fallait accorder à cette population, le tiers de la société, et les forums de dialogue qu'on devait lui réserver à souhait. Mais, cela n'a abouti à rien et même les promesses qui lui étaient publiquement exprimées sont aussi parties en fumée.
Un modèle de développement pénalisant !
Ce fiasco politique a suscité chez les jeunes une grande déception et tué en eux tout projet futuriste. D'autant plus que leur état dépressif les rend de plus en plus agressifs. A l'école, dans la rue ou ailleurs, la violence est devenue monnaie courante. Une réalité, à n'en point douter ! Voire un danger banalisé. Et ce n'est pas tout. L'émergence d'autres comportements à risque liés à des clivages sociaux entravant toute forme de développement humain. L'échantillonnage auquel a procédé l'« International Alert » est basé sur des focus groupes dans trois quartiers populaires, à savoir Kabaria à Tunis, Kasserine nord et Tataouine nord, lesquels sont retenus comme « fiefs» où l'on culpabilise l'insécurité, l'anxiété, le chômage et la déscolarisation. Soit un constat réduit à une simple perception si péjorative, découlant, à vrai dire, d'un modèle de développement jugé punitif. A cela s'ajoute un certain désengagement institutionnel et moral. En cause, cette politique deux poids, deux mesures qui a appauvri les plus démunis.
Les jeunes de ces quartiers ont toujours été à la marge. Sans emploi, en dehors des structures d'accompagnement et de formation, leur vécu étant à la merci des aléas du temps qui passe. Tous ces préjugés sociaux dont leur esprit s'était imprégné ont gravement influé sur leurs comportements. Leur confiance en eux-mêmes et leur regard de l'autre. L'autre, c'est bien l'Etat, de prime abord. Puis, leur milieu immédiat et la société tout entière, en second lieu. Cela n'est pas sans impact sur leur état d'âme, leur psychologie sociale, mais aussi sur leur santé mentale. Ce sur quoi repose l'enquête réalisée dans ces trois quartiers précités, avec des outputs spécifiquement relatifs à l'anxiété comme indicateur de la santé mentale des jeunes et leurs comportements à risque adoptés. Au fur et à mesure, la délinquance juvénile demeure une qualité intrinsèque. Mais, elle n'est guère une fatalité, déduit le groupe d'enquêteurs. Cela dit, l'homme est le produit de la société. Un animal social, comme le disait Aristote.
Nos prisons ont-elles une vocation rééducative ?
D'autant plus que ces jeunes dépourvus de subsistance ont répondu n'avoir pas droit d'accès aux soins de proximité. C'est que la défaillance des structures de santé de base et l'absence de l'Etat-providence ont ajouté à cette crise sociétale. La réticence de ces jeunes à l'égard de la chose politique n'est plus à démontrer. Ainsi, tout a été étudié et quantifié à travers un échantillon de 1.250 interviewés de 18-29 ans. Violence, exploitation sexuelle, consommation des stupéfiants sont tributaires d'une injustice sociale. Cette injustice qui a dû provoquer un sentiment de frustration, d'exclusion et puis un comportement violent. En vérité, le volet quantitatif n'importe pas beaucoup. Un bon traitement socioéconomique s'impose. Car même dans nos établissements pénitentiaires, comme le note l'étude, la qualité des prestations sociales et sanitaires fait encore défaut. Outre des lieux privatifs des libertés, nos prisons sont, hélas, devenues des milieux de violence et d'insécurité. Voire une machine à produire des récidivistes criminels. En sont victimes les jeunes de ces quartiers populaires. En tout cas, leur passage carcéral semble un grand témoin. D'où un nouveau projet sociétal s'avère nécessaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.