La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Guerre totale au terrorisme
Point de Mire
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 09 - 2016


Par Abdelhamid Gmati
On savait que le terrorisme n'a pas été éradiqué, malgré les opérations réussies des forces sécuritaires et de l'armée. Et les terroristes eux-mêmes viennent nous le rappeler, avec cette attaque au mont Semmama, dans le gouvernorat de Kasserine, faisant encore des martyrs, morts et blessés, parmi nos soldats. On nous dit que la riposte des forces armées a certainement fait des victimes parmi les assaillants. Cette opération terroriste, la énième depuis ces dernières années, nous amène à quelques interrogations sans se voiler la face. Etre en embuscade et lancer une attaque contre une armée bien structurée et en état d'alerte, suppose un certain nombre de conditions : d'abord, connaître le terrain pour choisir l'endroit propice à l'attaque ; ensuite être au courant des mouvements des militaires pour chronométrer le moment de l'attaque ; pouvoir se déplacer et agir au moment propice sans éveiller les soupçons. Tout cela suppose que les terroristes sont de la région et passent inaperçus ; ou alors, ils ont des complices et des informateurs sur place. Les ratissages effectués par les militaires dans la région ont permis d'établir que les assaillants possédaient des approvisionnements et des équipements tout neufs. Ayant utilisé des lance-roquettes, des grenades et des fusils d'assaut, il y a lieu de se demander comment ils ont pu se mouvoir, s'approvisionner et préparer leur coup sans être remarqués. On se demande aussi où sont passés les gardes forestiers réputés connaître parfaitement ces montagnes. Et d'où viennent donc ces terroristes ? On sait que la frontière avec l'Algérie est pratiquement bouclée par les forces sécuritaires et militaires des deux pays. On nous dit que les défaites de l'organisation terroriste Daech en Syrie, en Irak et en Libye a contraint ses « jihadistes » à fuir vers leurs pays d'origine, les Tunisiens, parmi eux, tentant de rentrer en Tunisie. Certains ont été arrêtés à la frontière, soit par les Libyens, soit par les Tunisiens. Mais il y en a certainement qui se sont infiltrés, probablement grâce à des complicités dans la région et soit avec l'aide de contrebandiers.
Habib Essid, l'ex-chef de gouvernement, a affirmé, il y a trois jours, que durant son mandat « 18.000 jeunes tunisiens ont été empêchés de voyager dans les zones de tension, essentiellement la Syrie, la Libye et l'Irak ». Au mois de mai dernier, le ministère de l'Intérieur assurait que « les unités sécuritaires sont parvenues à empêcher environ 1877 Tunisiens d'atteindre les zones de conflits, et ce depuis le début de l'année courante ». Et que « 140 individus, qui assuraient les voyages de ces jeunes, ont été arrêtés ». Il y a une semaine, on nous informait que « quatre individus appartenant à une cellule terroriste ont été arrêtés dans la nuit du vendredi 26 août, alors qu'ils étaient en train d'effectuer des exercices militaire dans le Mont dit Mayana sis à Tébourba (gouvernorat de la Manouba)». Dernièrement, dans une vidéo diffusée par les sites de propagande de Daech, on peut voir 5 enfants, âgés de 10 à 13 ans, en tenues de combat, de différentes origines (un Tunisien, un Britannique, un Egyptien, un Kurde et un Ouzbek) qui exécutent, avec des revolvers, des prisonniers punis pour avoir combattu l'organisation terroriste et lui avoir repris des territoires au nord de la Syrie. Et c'est l'enfant tunisien, surnommé Abou Al-Baraa Ettounsi qui a été chargé de justifier l'exécution des 5 hommes: «Personne ne peut sauver les Kurdes, même s'ils sont soutenus par l'Amérique, la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, ou même tous les diables réunis». On savait que l'organisation terroriste compte des centaines de Tunisiens dans ses rangs. Mais voilà qu'il y a aussi des enfants.Dans une publication de Daech, reprise par le quotidien koweïtien « Al Raï », l'organisation terroriste encourage ses « loups solitaires » à perpétrer le maximum d'actes pour déstabiliser les pouvoirs dans leurs pays de résidence. Ainsi, Daech préconise de mettre de la mort-aux-rats dans les viandes, les légumes et les vins par ceux qui manipulent ces denrées. De même, l'organisation encourage ses loups solitaires à user des feux d'artifice dans les zones de grande affluence pour créer la panique, et à multiplier les fausses alertes à la bombe, le tout pour émousser la vigilance des services de l'ordre.
Habib Essid a affirmé, lundi, que la guerre contre le terrorisme que son gouvernement a entamée n'est pas uniquement militaire ou sécuritaire, « il faut combattre le terrorisme à la racine ». Cela a-t-il été fait sérieusement ? Certes les forces de l'ordre démantèlent, régulièrement, des cellules dormantes et arrêtent des terroristes fomentant des attentats. Mais s'attaque-t-on efficacement à ceux qui endoctrinent et recrutent ? Dernièrement dans une école, on pouvait voir des enfants en bas âge brandir des drapeaux d'Ennahdha. Enseigne-t-on aux enfants les rudiments de la lecture et du calcul ou les initie-t-on à la politique. A-t-on réellement « assaini » les mosquées et banni les discours politiques et extrémistes ?
Le terrorisme est un phénomène trop sérieux, trop grave, pour être traité à la légère. Quand on est en guerre, il faut qu'elle soit totale. Sinon, on aura encore, et encore, des attentats meurtriers. Et on déplorera encore des victimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.