Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Non à la diabolisation des médecins
Affaire du nourrisson « mort-vivant »
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 02 - 2017

Une conférence de presse a été tenue hier au siège du ministère de la Santé pour éclaircir l'affaire du nouveau-né supposé transféré vivant à la morgue. Une commission d'experts a été formée pour mener l'enquête, deux avocats vont suivre le dossier et défendre la praticienne — médecin résidente — accusée dans cette affaire
L'histoire remonte à quelques jours, lorsqu'une information relayée par des médias faisait état du placement d'un nouveau-né vivant à la morgue (vendredi dernier) de l'hôpital régional Farhat-Hachad à Sousse.
Afin d'éclaircir davantage l'affaire et donner plus de détails, la ministre de la Santé, Madame Samira Merai , accompagnée de médecins spécialistes et d'un groupe d'experts, a tenu, hier, un point de presse. Le mot d'ouverture a été donné par la ministre de la Santé qui a précisé que la mort du nouveau-né est un véritable drame pour la famille et a des répercussions négatives sur l'état psychologique des parents. Pour cette raison, l'un des principaux objectifs du ministère a été d'améliorer le service de maternité dans les hôpitaux afin de réduire le taux de mortalité. Et c'est grâce au service de néonatologie, qui existe depuis les années 90, que le taux de mortalité a baissé. Quant à l'affaire du décès du nouveau-né à Sousse, et selon le rapport de l'équipe d'inspection médicale, il s'est avéré qu'il n'y avait aucune erreur médicale, que l'équipe en service, notamment le médecin résident, n'a épargné aucun effort pour sauver la vie de la mère et de l'enfant.
La ministre a infirmé, par la même occasion, l'information selon laquelle le nourrisson avait été transféré à la morgue alors qu'il était encore vivant. Elle a par ailleurs signalé qu'il y a un vrai problème de communication entre le corps médical et les patients auquel il faut remédier. « Le ministère œuvre à programmer une formation pour le corps médical dans ce domaine », souligne la ministre. Et d'ajouter : « Nous respectons les décisions des juges, mais cela n'empêche pas le risque de lacunes judiciaires en ce qui concerne les erreurs médicales. D'ailleurs, une commission de médecins experts a été formée par le ministère pour examiner de près l'affaire du nourrisson et deux avocats vont suivre ce dossier afin de défendre le médecin résident », annonce-t-elle.
« Il ne faut pas diaboliser les médecins qui n'épargnent aucun effort pour sauver la vie des patients, exercent dans des conditions difficiles et sont exposés à la violence verbale et physique», précisant que durant l'année 2017, «le ministère œuvrera à doter les hôpitaux régionaux d'équipements modernes et à changer de comportement et de manière de communication afin de réinstaurer la confiance entre le médecin et le patient ».
Elle ajoutera au terme de son intervention que pour faire face à ces lacunes judiciaires, et afin d'améliorer le système de santé publique en Tunisie, le ministère prépare tout un projet de loi, en collaboration avec les syndicats et la société civile, portant sur le traitement du problème des erreurs médicales.
Quant à Mohamed Douaji, chef du service de néonatalogie à l'Hôpital militaire, il a révélé que la mère du nourrisson souffrait d'une infection suite à laquelle l'accouchement s'est fait par une césarienne urgente afin de sauver la mère enceinte de six mois et le fœtus. Elle a été hospitalisée à l'hôpital Farhat-Hachad de Sousse et l'équipe médicale composée notamment d'une assistante universitaire, le médecin résident et la sage-femme ont tout préparé pour accueillir le nouveau-né en le plaçant dans une couveuse et ont déployé tous les efforts nécessaires pour le réanimer. Le fœtus ne pesait que 1,100 kilogramme et était âgé à peine de 6 mois (25 semaines). L'intubation (d'une durée de 25 minutes) et les 3 doses d'adrénaline qui lui ont été administrées n' ont pas suffi à le réanimer.
Samia Kacem, chef du service de néonatologie à Wassila-Bourguiba, a affirmé que l'état de santé de ce nouveau-né était très critique, rappelant que le nombre de 60 battements cardiaques par minute ne suffit pas pour vivre alors que son cœur battait seulement à 20 pulsations par minute. Concernant l'affaire du carton, elle a précisé qu'après la déclaration officielle de la mort, le corps médical devait attendre deux heures avant de placer le corps du nouveau-né à la morgue dans un carton parce qu'il n'y avait pas de petit cercueil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.