Mustapha Mezghani - L'Industrie 4.0: une vraie menace pour l'économie Tunisienne    Abassi : la relation du Tunisien avec la banque reste très limitée    Parité hommes-femmes en Tunisie : Au-dessous de la moyenne mondiale    CONDOLEANCES: Emna TRABELSI    REMERCIEMENTS ET FARK: Mongia MOALLA veuve Hédi TARIFA    La STEG réalise un excédent d'électricité    Taux d'intérêt directeur : L'investissement des projets productifs en priorité    Attaque signalée dans le port de Tripoli    Tunisie-Ligue 1: programme de la 16ème journée    Centre d'écoute : Un abri pour les femmes victimes de violence    Après une mise en quarantaine au cours de laquelle ils ont été placés sous contrôle médical : Les Tunisiens rapatriés de Wuhan rentrent enfin chez eux    Bras de fer politico-constitutionnel : Kais Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Youssef Chahed    Retour sur la célébration du 31ème anniversaire de l'Union du Maghreb Arabe    Meubles Mezghani dévoile ses nouveautés pour 2020    Le couvert végétal n'a pas connu, au 15 janvier 2020, une dégradation malgré le déficit pluviométrique    Après 2 semaines de quarantaine, les internautes rendent hommage à l'héroïsme de Dr. Abdelmoumen    Tentative collective de suicide aux portes de l'ARP    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    CHAN 2020 : le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain affrontera le Togo    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    6e édition du Sicca jazz : Vibrez sur les fusions !    Karaté | En prévision des J.O de TOKYO : Quatuor au tournoi d'Autriche    Handball | Retour sur le derby : Une question de moyens        Amir Ben Yahmed: Pour un capitalisme africain au profit de tous    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Ennahdha renonce au ministère des Technologies, selon Krichi    Programme TV du mardi 18 février    Des missionnaires chrétiens arrêtés à Sousse    Kamel Jendoubi, Khadija Cherif, Lilia Rebaï et Ramy Salhi au Danemark et en Suède, après Bruxelle, pour un nouveau partenariat tuniso-européen    Mohamed Salah Ben Ammar: Le dernier recours!    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Retour au centre-ville    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour que le jouet ne se transforme pas en ennemi
ANCSEP — Sensibilisation aux méfaits des jouets bas de gamme
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 06 - 2017

Selon une étude réalisée par l'INC en 2015, 58,5% des Tunisiens optent pour des jouets douteux proposés sur le marché parallèle
L'Agence nationale de contrôle environnemental et sanitaire des produits (Ancsep) a organisé, hier à Tunis, un point de presse pour sensibiliser le public sur les méfaits sanitaires et environnementaux des jouets bas de gamme. Cette rencontre a été tenue en collaboration avec l'Institut national de consommation (INC). A quelques jours de la célébration de l'Aïd, les pavillons des supermarchés tout comme les étals anarchiques jonchant les rues séduisent les chérubins par des jouets attrayants dont certains ne sont point conformes aux normes et sont, de surcroît, de provenance douteuse.
Ouvrant la rencontre, M. Mohamed Chiheb Ben Rayana, directeur général de l'Ancsep, rappelle l'effort fourni et par l'Agence et par ses partenaires, notamment les parties concernées comme le ministère de la Santé publique et le ministère du Commerce et de l'Industrie, afin de faire face à la fabrication, à l'importation, à la distribution et à la mise en vente des jouets non conformes aux normes et présentant ainsi des dangers éminents sur la santé de l'enfant et celle de son entourage. Depuis 2000, l'Ancsep dispose d'une commission technique pour la prévention des dangers liés aux jouets non contrôlés. Des équipes relevant des parties précitées mais aussi des municipalités sont chargées de multiplier les actions de contrôle surtout dans le secteur parallèle, sans pour autant parvenir à garantir une couverture optimale de toutes les unités de vente clandestine. «Il convient ainsi de tabler sur la sensibilisation et l'information des consommateurs afin qu'ils soient désormais assez avisés pour pouvoir choisir les bons produits», fait-il remarquer.
Lésions, brûlures et maladies cancéreuses
De son côté, M. Tarek Ben Jazia, président-directeur général de l'INC, reprend les résultats culminants d'un travail de recherche réalisé, en 2015, par l'INC ; des données qui trahissent l'insouciance du consommateur tunisien et des parents en particulier quant à la qualité des jouets achetés. En effet, ce travail avait porté sur un échantillon représentatif de 1.500 familles habitant le Grand Tunis. «Les chiffres montrent que 41,3% des familles tunisiennes font l'acquisition de jouets en plastique, lesquels sont dangereux pour la santé voire nocifs. Seuls 2,8% tiennent à offrir à leurs progénitures des jeux ludiques. Pis encore : 58,5% des tunisiens optent pour des jouets douteux proposés sur le marché parallèle contre 41,5%, auprès des unités de vente réglementaires», souligne-t-il. Et d'ajouter, contrarié, que les jouets illicites se trouvent souvent disponibles même dans les unités de vente réglementaire. «Certains produits sont dangereux de par leur fonctionnement, dont les pistolets à billes ou à flèches ainsi que les diffuseurs de laser. D'autres contiennent des substances toxiques, susceptibles de provoquer des maladies, des allergies et peuvent même s'avérer cancérigènes à moyen et à long termes», explique M. Ben Jazia, tentant ainsi de prévenir les parents quant aux risques qu'encourent leurs enfants en maniant de tels jouets.
Gare aux jouets bas de gamme !
Dans un bref exposé, Mme Souhir Laâdhari, chef du service du contrôle environnemental des produits chimiques, rappelle qu'en 2002, une quarantaine d'accidents ont été enregistrés dans les services des urgences durant les jours de l'Aïd, et ce, suite à l'utilisation des jouets dangereux. Les photos d'illustration n'ont pas laissé l'assistance de glace : de profondes lésions oculaires, des rougeurs, des lésions et des brûlures; autant d'accidents et de désagréments dus aux jouets bas de gamme. «Avançant comme prétexte la cherté des jouets contrôlés et la baisse du pouvoir d'achat, certains parents sont persuadés qu'ils font plaisir à leurs enfants en leur offrant des jouets à des sommes dérisoires. Les diffuseurs de rayons laser ne coûtent qu'un dinar. Ils provoquent néanmoins des désagréments olfactifs et des rougeurs. Les pistolets à billes et à flèches coûtent cinq dinars. Ils sont responsables de grandes lésions au niveau des yeux et des oreilles. Les savons à bulles contiennent beaucoup de bactéries. Les boules étirables risquent de causer l'étranglement et l'étouffement des enfants encore inhabiles âgés de moins de trois ans. Quant aux jouets de guerre, ils ont des effets nocifs aussi bien physiques que psychologiques», rappelle M. Ben Jazia. Mme Laâdhari cite d'autres risques néfastes liés aux jouets bas de gamme, à savoir les substances chimiques cancérigènes, comme le phthalate (Dehp) présent dans le plastique, mais aussi le cadmium et le plomb. Aussi, est-il interdit de fabriquer ou d'importer des jouets et des objets pour enfants contenant plus de 0,1% de phthalate.
Les consignes à suivre
L'Ancsep recommande aux parents de s'assurer de la traçabilité et de la provenance des jouets achetés, et de veiller à ce que ces derniers soient conformes à l'âge de l'enfant. Il convient aussi d'éviter les jouets dangereux précités et autres, aux recoins pointus de peur qu'ils ne provoquent des lésions et de s'assurer que le produit en question n'est pas facile à abîmer et dont la matière de fabrication ne s'effrite pas. Encore faut-il insister sur l'impératif de faire l'acquisition des jouets auprès des unités de vente contrôlées et réglementaires. Les parents sont vivement appelés à être regardants et à surveiller leurs enfants. Les jouets doivent être rangés à l'abri de la chaleur et de l'humidité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.