Le Gouvernement tunisien prévoit de soutenir le Tourisme rural et décide de décréter le 26 Septembre de chaque année « Journée nationale du Tourisme rural »    Covid-19 | Hichem Mechichi : « On œuvrera à aplatir la courbe mais pas question de revenir au confinement total »    Covid-19 : Le gardien de l'Etoile Aymen Mathlouthi testé positif    La douane n'est pas le seul maillon de la chaîne de corruption, déclare son DG    Tunisie: 9 nouvelles contaminations au coronavirus à Sidi Bouzid    Tunisie: Economie ou santé, un difficile équilibre, selon Hichem Mechichi [vidéo]    La CNAM dénonce l'agression de ses agents    Le Galaxy S20 FE 5G de Samsung disponible en précommande dès le 1er octobre (Caractéristiques)    Lutte contre la corruption : La douane ne doit pas être le seul maillon de la chaîne, estime Youssef Zouaghi    MEMOIRE : Fatma KALLEL    CONDOLEANCES    Le directeur général de l'ALECSO reçu au Palais de Carthage    Tunisie – USA : Donald Blome chez Hichem Mechichi    Enactus Tunisie et Cospe invite les jeunes de Mahdia et Sidi Bouzid à participer au projet Restart    Tunisie: Suppression de l'usage des chaises dans les cafés, décision "arbitraire", selon le président de la chambre des cafetiers    Abdellatif Aloui: La peine de mort sera notre prochain combat    Programme TV du samedi 26 septembre    Coupe de Tunisie : Voici le programme des finales Hommes et Dames    L'EST prépare la finale de la Coupe de Tunisie : Les atouts fraîcheur et métier !    Billet | Une menace pour le présent et pour l'avenir    Tunisie : L'entraîneur Lotfi Sebti n'est plus    Olympique de Béja : 28 personnes contaminées au coronavirus    Volley-ball | Coupe de Tunisie (quarts de finale) : ASTS-SSBS, le plus en vue    Nomination de conseillers auprès de Mechichi : Les explications du département communication à La Kasbah    « Moodha Okhra » par le Goethe Institut Tunis : La mode engagée    La mort à petit feu    Systèmes bancaires maghrébins : Une résilience avérée à l'ère du Covid-19    Tunisie: Affaire Chakchouk: La poste clarifie    Etudiants et logement : A la recherche de bonnes opportunités    Vers la réalisation prochainement de 4000 analyses par jour    Entretien avec Nadia Linke, une tunisienne qui expose au Musée du Centre Georges-Pompidou à Paris : L'art comme altérité...    Météo : des températures en baisse et un vent fort    Environnement : La BM sollicitée pour financer un projet de gestion de déchets de soin en Tunisie    Un ancien conseiller de Trump appelle à voter Biden    La Russie multiplie les manœuvres militaires tous azimuts    Un certain regard sur le patrimoine    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    "Métamorphoses du ûd" suggère une lecture différente de l'évolution historique et organologique du luth oriental ( Hamdi Makhlouf)    Les opportunités ouvertes par le programme "Europe Créative" pour le secteur culturel tunisien, objet d'une session d'information    Le film Tunisien "Jusqu'au Bout" avec Bassem Hamraoui dans les salles dès le 26 septembre (Synopsis & B.A.)    Ouverture à Tabarka de la rencontre inter-régionale des directeurs et directrices des maisons de la culture    Aujourd'hui, «IJA, la culture en accès libre» invite le photographe Hamideddine Bouali : «Pour une typologie de la prise de vue»    Ridha Béhi, directeur des JCC 2020, à La Presse : Une occasion pour réviser nos classiques !    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manque d'attractivité régionale
Décentralisation et investissement
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 12 - 2017

Selon le rapport de l'attractivité régionale réalisé par l'Institut arabe des chefs d'entreprise (Iace), le climat des affaires local est jugé "peu satisfaisant" en moyenne, avec un indice de 2,85. Un résultat qui reflète les problématiques au niveau de l'investissement dans les régions intérieures. Infrastructures inadaptées, administration peu réactive, centralisation oppressante, tant de défis qui se posent devant le projet de décentralisation auquel notre pays compte s'attaquer avec l'approche des élections municipales
En fait, la décentralisation pose actuellement plus de défis que d'opportunités pour la Tunisie, vu son impact sur la transformation du modèle de développement. Jusqu'ici, la centralisation était le maître mot de l'investissement. Bien qu'il y ait eu des avancées en termes d'élargissement de certaines institutions gouvernementales dans les régions, la dépendance auprès de la centrale a toujours perduré. Ce qui pose des problèmes de réactivité et surtout d'absence d'une vision claire par rapport aux besoins des régions, qui ne peut se concrétiser sans la proximité et l'évaluation sur terrain.
Tout cela a influencé l'environnement des affaires dans les régions, qui se trouve terni également par le manque d'infrastructures adaptées et d'une prise en compte de leurs spécificités. Un constat qui a été bien révélé par le rapport de l'Iace, montrant que dix gouvernorats seulement sont au-dessus de la moyenne de l'indice du climat d'affaires (2,85).
Le rapport s'appuie sur une évaluation de la réglementation des affaires locales dans tous les gouvernorats dans dix domaines essentiels, à savoir les services municipaux, l'approche participative, la transparence et l'accès à l'information, les services non municipaux, le cadre de la vie et la disponibilité de la main-d'œuvre.
Insatisfaction
Le rapport indique que le climat des affaires dans les gouvernorats de Siliana et Tataouine est jugé "pas du tout satisfaisant". L'indice le plus faible est observé au gouvernorat de Siliana, soit 1,74, alors qu'il était classé en 2016 à la 21e place sur les 24 gouvernorats. Le gouvernorat de Tunis est classé au 1er rang avec une amélioration de son score général par rapport à l'année dernière, passant de 3,84 à 4,82.
Pour les autres gouvernorats, l'Iace souligne que dix gouvernorats ont amélioré leur classement. On note Ariana et La Manouba, qui ont avancé de 12 places, Kébili de 10 places et Zaghouan de 8 places. Les gouvernorats de Tunis et Sfax ont gardé leur classement, respectivement 1er et 2e. De l'autre côté, le classement du gouvernorat de Kairouan a reculé de 11 places, se trouvant à la 20e place.
Cet indice reflète ainsi les défis auxquels fait face tout projet de décentralisation, étant donné que l'investissement est le principal pilier de tout développement économique au niveau régional. Mais c'est cet aspect qui pose problème par rapport à un climat des affaires qui n'encourage pas l'investissement en général et d'autant plus dans les régions intérieures.
Problème d'efficacité
Le dernier rapport Doing Business de la Banque Mondiale a classé la Tunisie au 88e rang sur 190 pays. Ainsi, notre pays affiche un retard flagrant au niveau de certains piliers nécessaires au développement de l'investissement dans les régions. On note l'obtention du permis de bâtir (96e place), dont le délai atteint jusqu'à 96 jours; le raccordement au réseau de distribution de l'eau, avec un délai de 21 jours; le raccordement au réseau électrique avec un délai moyen de 65 jours. Il s'agit également des services municipaux, de l'approche participative et de la transparence et l'accès à l'information, qui sont des piliers pouvant être améliorés avec la mise en place d'un pouvoir local.
Selon l'Iace, l'amélioration de l'environnement des affaires en Tunisie suppose la mise en place de mesures efficaces et efficientes facilitant les procédures administratives et l'accès à l'information. Il s'agit de la publication de l'ensemble des procédures administratives et la création d'un registre en ligne comprenant l'ensemble des procédures administratives applicables aux entreprises, la dematérialisation et l'usage de l'administration électronique comme un levier majeur de simplification.
Ajoutons à cela la facilitation de l'échange d'informations sur l'entreprise entre les administrations publiques à travers l'identifiant commun de l'entreprise, le développement de l'efficacité des guichets uniques pour réduire le nombre des procédures, les délais et les coûts et enfin le transfert du réel pouvoir de décision aux responsables régionaux et doter les organes administratifs concernés de l'autonomie et/ou la souplesse de gestion requise pour pouvoir résoudre les problèmes à temps sans attendre l'accord préalable de l'administration centrale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.