Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion du comité administratif de l'UGTT [Photos]    Les juges poursuivent leur grève pour la 4ème semaine consécutive    CSS: A trois points du bonheur    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    EXPRESS    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Les magistrats poursuivent leur grève pour la 4e semaine consécutive    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une balade dans le passé ...
Exposition
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2018

«Voyage au cœur d'un patrimoine tunisien», une exposition de photographies prises en Tunisie dans les années 80 par l'artiste photographe Chafika Zaouche est abritée par la galerie de l'Institut français de Tunisie jusqu'au 23 janvier.
Il s'agit d'une sélection de photographies réalisées par la photographe Chafika Zaouche dans les années 80, à travers lesquelles son regard vagabond, alerte et sensible, a pu appréhender l'histoire de la Tunisie de l'époque et ses spécificités. L'impression générale qui se dégage de l'exposition est un immense bonheur de manifester la beauté et la singularité culturelle et esthétique de notre patrimoine matériel et immatériel, d'une partie de l'Histoire et du vécu tunisien que la photographe a su révéler et immortaliser.
Des photographies inédites, donc, donnant un aperçu du riche patrimoine tunisien et de divers lieux et gens qui ont attiré l'attention de Chafika Zaouche lors de ses pérégrinations passées.
L'absence d'engagement professionnel dans ce genre de reportage historique a donné à cette randonnée photographique un caractère à la fois rude et raffinée. Cependant, cette série de clichés à la composition sobre et équilibrée, tout en dégradés de gris, observant les gens et les lieux avec un ton fait de liberté et de grâce est restée fidèle à la dimension narrative de la photographie.
Certaines séries, comme celles prises au cœur de la campagne au Nord de la Tunisie nous donnent à voir une réalité figée, transformée, à travers l'objectif, en message solide et attachant.Elle donne à voir des portraits de travailleurs et d'artisans à l'œuvre pratiquant des activités dont la plupart n'existent plus de nos jours à l'instar de cette femme moulant son blé dans un moulin en pierre ou le charretier chargeant sa charrette de sable, ce pêcheur lançant son filet, ou cette autre femme plongeant les mains dans la braise de la «tabouna» pour cuire le pain.
Elle nous fait vivre l'ambiance des festivités d'antan où les tableaux de danse et les divers spectacles témoignent de la richesse du patrimoine folklorique et artistique tunisien.
Ces photographies ont été prises dans le village de Sidi Bou Ali près de Sousse dans une ancienne huilerie qui abritait un centre de folklore traditionnel où on exerçait chant, danse, jeux équestres et jongleries.
De retour à Tunis, Chafika Zaouche fait une halte à la Médina, dans «les ruelles sinueuses de la Médina où les dames vêtues d'un «sefsari» se faufilent à travers les souks, à la recherche d'étoffes».
Les images défilent, formant un ensemble personnel de souvenirs ou de découvertes récoltés. Les portraits des gens se mêlent aux images de paysages grandioses ou des lieux publics, des travailleurs, des chanteurs, des danseurs, des passants, des enfants, des adultes ; hommes et femmes, pris en gros plan, renvoyant l'humanité dans toutes ses formes.
Une exposition d'œuvres exceptionnelles qui offre l'occasion de faire un saut dans le passé, celui de la Tunisie des années 80, et retrouver toutes les singularités et le charme de l'époque rendus avec subtilité et intelligence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.