Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Miracle ou colère de Dame nature ?...
Gafsa — Lac de Moularès
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 03 - 2018

Situé sur la route régionale n°24 au km 26 entre Gafsa et Moularès, le lac de Moularès suscite l'intérêt autant des habitants que des scientifiques qui cherchent à élucider le mystère de son apparition.
Une impression de mer en plein cœur de désert, ce lac peut être inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Il constitue une source d'eau miraculeuse dans ces régions arides. On n'imagine pas ce paysage quand on pense à la sécheresse qui sévit dans ces lieux. Dans la série des lacs étonnants, celui de Moularés ne vous surprend pas par sa couleur ou sa forme, mais plutôt par son apparition.
Situé sur la route régionale n° 24 au km 26 entre Gafsa et Moularès, ce lac suscite l'intérêt autant des habitants que des scientifiques qui cherchent à élucider le mystère de son apparition. Un casse-tête pour l'esprit qui ne se résout qu'avec les yeux. C'est un véritable décor de cinéma qui a échappé à l'œil des réalisateurs. Pour certains, ce fut comme un coup de magie de la nature et ses caprices, alors que pour d'autres, et à première vue, c'est de l'hallucination.
«Gafsa Beach»
Le lac fascine par ses eaux azuréennes, provenant des sources souterraines qui l'alimentent, et ses couleurs qui changent au fil de la journée. La projection du canyon, qui le surplombe et adosse ses différentes parties sur la surface, lui imprègne un décor de Far west. Cette étendue d'eau, impropre à la baignade mais qui a fait le bonheur des jeunes en 2014 lors de sa première apparition, continue à susciter des interrogations sur fond d'une crainte de voir la région engloutie par les eaux. Mais on n'en est pas encore là (...)
La question qui taraude les esprits, à la recherche d'une réponse dont il n'est pas une sinécure de dessiner les contours : comment est apparu ce lac dans un environnement qui n'a jamais tissé un feeling adouci avec l'eau ?
Un feedback dans le passé et plus exactement en juillet 2014 : c'était la canicule lorsque la production des phosphates fut contrainte à un arrêt forcé à cause des revendications sociales. Stupéfaction des citoyens en découvrant l'apparition d'un lac qui a fait le bonheur des chérubins qui avaient trouvé un plaisir inespéré à y barboter sans se soucier des risques engendrés.
Une éventualité d'abord proposée par un géologue de la faculté des sciences de Gafsa qui l'a finalement récusée, et qui avançait que des secousses sismiques mineures auraient pu fracturer la roche jusqu'à une nappe phréatique. Sous la pression, le million de mètres cubes d'eau qui compose le lac serait alors remonté à la surface.
Se baigner dans le lac, qui atteint jusqu'à 20 mètres de profondeur par endroits, a fait le bonheur des citoyens par ce temps de canicule. Le site, un canyon désert, a vite pris le nom de «Gafsa Beach»
Une situation qui n'est pas sans rappeler celle du lac bleu à Beaumont-sur-Oise, apparu dans les années 1930 dans des conditions similaires et où plusieurs personnes se noient chaque année.
Alors, l'hypothèse du phénomène en corrélation avec l'arrêt de fonctionnement des laveries tient-elle d'une vérité incontestable et de là à responsabiliser ce trust minier de ce tarissement de la nappe phréatique dans ces contrées ?
Ce n'est qu'une supputation répandue chez les citoyens. Du côté de la CPG, poser la question pour de plus amples éclaircissements, c'est recevoir un «niet» catégorique pour nous faire signifier que la réponse tient d'un secret d'Etat. Une sorte de «black out» pour ne pas dire un silence radio sur le sujet. Mais un ingénieur des ressources hydriques nous présenta, sous anonymat, sa version du phénomène. «Le pompage des eaux de la nappe phréatique pour les laveries est derrière le tarissement observé depuis une bonne période et les coupures incessantes de l'eau potable à travers les délégations du gouvernorat causées par cette exploitation démesurée de la nappe. Ce n'est nullement un pur hasard que ce lac resurgit chaque fois que les laveries observent un repos forcé. Juillet 2014 et mars 2018 sont l'illustration parfaite de ce phénomène. Jadis, la région de Gafsa était arrosée par de nombreuses sources naturelles qui faisaient le bonheur des mariées à Tarmil. Les piscines romaines qui ont souffert aussi du tarissement de la nappe phréatique ont retrouvé le jaillissement de l'eau que ces dernières années même si ce n'est pas avec le même débit».
Même son de cloche du côté de l'association (les Amis du bassin minier pour l'environnement) qui met en cause l'exploitation des eaux souterraines et pointe du doigt le traitement du phosphate. Pour cette association environnementale qui lutte bec et ongles pour préserver les lieux sublimes du Sud Ouest, le préjudice subi par les gorges de Shelja est la preuve irréfutable de cette exploitation irrationnelle des eaux souterraines et le gâchis qui a frappé ce joyau de la nature donne matière à réflexion pour revoir les techniques de traitement du phosphate qui devront être modernisées, et la solution de rechange pourrait être dans les pipelines qui relieront Chott Djérid au bassin minier tout comme le pompage au départ du golfe de Gabès. Et l'agriculture dans tout cela paie le prix cher...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.