Contenu du communiqué publié ce mardi par le Président du parti Qalb Tounes    Tunisie – Kais Saïed déclaré officiellement président de la République demain jeudi    Nabil Karoui reçu par Noureddine Taboubi, Secrétaire général de l'UGTT    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    138 millions d'euros accordés par la BAD à la STEG    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    L'ETAP et l'EPPM signent un contrat pour la réalisation d'une usine tunisienne de traitement et de conversion du gaz naturel à Tataouine    Coupe arabe des clubs : un corps arbitral tunisien pour un match en huitièmes de finale    Inauguration du Centre d'Arts dramatiques et Scéniques de Bizerte    Match Amical : le Club Africain bat le Stade Tunisien 2-0    Mehdi Houas annonce un grand partenariat au Royaume-Uni    JCC 2019: Présentation des documentaires tunisiens en compétition officielle    La Tunisie adhère à la Convention de Lanzarote    Colloque «LES ARTS PLASTIQUES EN TUNISIE : Parcours de générations et Enjeux esthétique et culturels»    Blocage des trains du TGM ce matin au niveau de la station de Radés    CAN U23 : deux arbitres représenteront la Tunisie    Euro 2020 : les pays qualifiés jusqu'ici    4 millions dinars d'or et du matériel technologique saisis à Tatouine    Marathon Nourane pour courir contre le cancer dimanche 20 octobre à Tunis    Tunis fête les 100 ans du Bauhaus    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Tunisie-Ligue 1: programme des matchs amicaux de ce mercredi    Tunisia Digital Awards: Best Web Site    Les USA sont impatients de travailler avec Kaïs Saïed, selon Mike Pompeo    Wafa Harbaoui: Une virtuose de la guitare…Une voix mélodieuse et poétique déchirée entre deux cultures !    Une réunion autour du dossier financier du Club Africain    On assiste à un bal masqué au nom de Kais Saied, affirme Borhen Bssais    L'Algérie tend la main pour un nouveau partenariat économique avec la Tunisie    Le délai de passation du pouvoir entre Ennaceur et Saied    Des manifestants bloquent la circulation des trains au niveau de Rades    Les Nations-Unis félicitent le Peuple Tunisien pour la réussite des élections présidentielles    Tunisie- René Trabelsi félicite Kais Saïed pour sa victoire    Tunisie – Météo mercredi 16 octobre : L'alerte aux orages maintenue    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Balance ton hôpital !
Les jeunes médecins brisent l'omerta
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 03 - 2019

La mort inadmissible de 12 nouveau-nés au service de réanimation pédiatrique de l'hôpital Wassila-Bourguiba à Tunis ouvre le débat sur la réforme de tout le secteur de la santé publique. S'agit-il de l'arbre qui cache la forêt ? Certains médecins ont décidé de briser le silence en dénonçant eux-mêmes les dépassements dont ils sont ou ont été témoins. L'initiative « Balance ton hôpital » est lancée.
Fallait-il attendre une catastrophe sanitaire pour agir et briser le silence sur les dépassements dans nos hôpitaux ? Des médecins, dont notamment des jeunes, disent qu'il n'est jamais trop tard pour alerter l'opinion publique sur les formes de corruption dans l'un des secteurs les plus sensibles du pays et sauver ce qui reste de son image. Corruption, dépassements, manque d'équipements et de médicaments, abus de pouvoir et mauvais services… Des médecins ont récemment lancé une initiative baptisée «Balance ton hôpital», sur fond de décès en série de bébés prématurés à La Rabta, pour dénoncer les formes de corruption dont ils sont témoins. Le principe est simple : mettre à jour toute forme de dépassement dont on est témoin.
Si les réseaux sociaux s'avèrent être parfois des moyens de désinformation ou de manipulation de l'opinion publique, ils contribuent, quand même, au lancement de certaines initiatives de prise de conscience collective pour s'opposer à la corruption et aux abus. C'est dans ce sens que de jeunes médecins ont lancé l'action « Balance ton hôpital » en vue de donner un aperçu réel de ce qui se passe à l'intérieur de nos établissements hospitaliers.
Estimant que ce sont finalement eux qui payent la facture de la mauvaise réputation de tout le secteur de la santé publique, ces jeunes médecins ont décidé de riposter en dévoilant des affaires de corruption et des dépassements dans leurs établissements. A travers des statuts Facebook, ces jeunes « balancent » sur les conditions catastrophiques dans lesquelles ils exercent. Certains ont même témoigné d'établissements hospitaliers infestés de rats alors que d'autres affirment que des hôpitaux connaissent des problèmes de coupure d'électricité répétitifs, ce qui menace le bon déroulement des opérations chirurgicales. En effet, dans leurs publications, ces médecins ont exprimé leur ras-le-bol face à la dégradation du système de la santé publique, témoignant ainsi des états lamentables des hôpitaux qui semblent être livrés à eux-mêmes, en l'absence de tout contrôle ou décision politique à même d'améliorer la situation.
Un hôpital sans Bétadine !
N.C., interne à l'hôpital Tahar Sfar à Mahdia, raconte ses mésaventures professionnelles au sein de son établissement hospitalier, qui connaît un manque accru d'équipements et de médicaments de base. « Durant une garde en service chirurgie générale au sein d'un hôpital universitaire qui irrigue je ne sais combien de régions, on se retrouve sans Bétadine, zéro stock. Et quand tu en demandes, tu te fais vivement rabrouer et on te répond sans ménagement et avec rudesse qu'on vous en a déjà délivré un flacon la veille », témoigne-t-elle.
Pour sa part, A.B. médecin tunisien ayant quitté le pays pour la France, où il exerce à l'hôpital Bichat Claude-Bernard à Paris et l'un des initiateurs de ce mouvement, livre un témoignage sans appel sur l'état des lieux des établissements hospitaliers en Tunisie. « Lors de mon passage à l'hôpital Ibn Jazzar à Kairouan, et lors d'une réunion de négociation avec le directeur de l'hôpital, on nous a clairement signifié que le ministère ne peut plus accorder de budget complémentaire. On doit choisir entre ne plus acheter certains médicaments, consommables ou produits de nettoyage, ou virer du personnel qui est déjà en manque », révèle-t-il. Et de poursuivre que les gardes des médecins, des infirmiers et des techniciens n'ont pas été payées depuis plusieurs mois. «On n'a pas payé la Steg et la Sonede depuis des mois, et si on ne paye pas le mois prochain, on nous coupera l'eau et l'électricité dans tout l'hôpital», poursuit-il.
Commentant cette initiative qui commence à faire bruit, Jed Henchiri, président de l'Organisation tunisienne des jeunes médecins, a affirmé qu'il ne s'agit pas de la première action de ce genre, et que les médecins ont toujours dévoilé les dépassements par tous les moyens. «On a tout essayé et tout fait pour dénoncer les formes de corruption dans nos hôpitaux, l'objectif étant de déterminer les responsabilités pour pouvoir opérer les réformes nécessaires. Nous, les jeunes médecins, nous nous engageons à briser l'omerta», a-t-il affirmé.
Si les jeunes médecins ont commencé à agir pour dénoncer la situation, c'est parce que ce drame national est considéré comme étant l'épisode le plus douloureux du processus de dégradation, pour ne pas dire l'effondrement du secteur de la santé publique et qu'il est par conséquent inadmissible de continuer à ignorer l'obligation d'entamer les grandes réformes dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.