Météo: Prévisions pour mardi 21 mai 2019    BE TOUNSI & Le HUB DESIGN NABEUL, organisent conjointement une soirée consacrée au lacement de la nouvelle marque YELITE    Tunisie – Un homme d'affaire tunisien dirige une équipe d'admins de pages Facebook suspectes    L'armée saoudienne intercepte deux missiles qui ciblaient La Mecque    France : Evacuation urgente de la tout Eiffel à Paris    Tunisie – Décisions pour repêcher Tunisair dont le licenciement de plus de 1000 agents    Le Sénégal désire s'inspirer de la Tunisie pour le rachat de l'électricité renouvelable auprès des particuliers    La France accorde à la Tunisie une nouvelle subvention de 1,5 M€    Adieu aux plaques Bleues des voitures de Location    Par Anis Khelifi : ITIL dans les entreprises tunisiennes    L'ALECA sera ce qu'en feront les négociateurs tunisiens, déclare Olivier Poivre d'Arvor    Badderdine Ouali revient sur la station T et la fuite des ingénieurs    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Cannes 2019 : l'acteur Mohamed Dhrif primé aux Critics Awards de l'ACC    Secousse tellurique d'une magnitude de 2,7 degrés à Métlaoui    Samsung Galaxy A70: caractéristiques    Tunisie: Des vendeurs ambulants de fripe protestent devant le gouvernorat à Bizerte    Tennis : Malek Jaziri continue de reculer au classement ATP et Ons Jabeur garde sa place    Les DRIVING NIGHTS by PEUGEOT    Suite à une décision de la justice tunisienne, l'association Shams rayonne de nouveau en toute légalité    Ligue 1 : Un arbitre égyptien pour le Classique CSS-ESS    En photos : Dorra Zarrouk resplendissante, sa robe rose enflamme le Tapis rouge à Cannes    DELICIOUS lance officiellement sa Nouvelle Collection « BOHO CLIC » ETE 2019    Dr Sonia Ben Cheikh participe à l'ouverture de la 72ème session de l'OMS à Genève    Le Tunisien Mansour Barnaoui remporte 1 million de dollars: ‘'J'achèterai une maison...''    Le premier téléviseur intelligent à commande vocale en arabe est lancé par LG    La Synagogue El Ghriba à Djerba sous haute surveillance – Prés de 7000 visiteurs attendus pour le pèlerinage juif    Musée Bardo Up : Une application pour explorer le musée avec la réalité augmentée (Vidéo)    Khémaïes Jhinaoui entame aujourd'hui sa visite officielle à Oslo, en Norvège    Youssef Chahed préside un CMR consacré spécialement au secteur des Transports et à Tunisair    Tunisie: Vidéo fuitée, Sofiène Toubel, accuse ces parties et promet d'en révéler davantage    Coupe de la CAF (Finale aller) : La RS Berkane s'imopse face au Zamalek    Belgique : Hamdi Harbaoui meilleur buteur pour la deuxième saison de suite    Prix Marc-Vivien Foé : l'Ivoirien Nicolas Pépé remporte l'édition 2019, Whabi Khazri deuxième    Manchester City : Kompany annonce son départ    Suppression des faux comptes par la société Facebook : Précisions de l'ISIE    Températures entre 20 et 25°C sur le nord, aujourd'hui    En photos : Quand deux célébrités portent la même robe à Cannes...    Suites aux sanctions de Trump, Huawei Android risque d'être privé des services de google    Le Hollandais Duncan Laurence remporte la 64e édition de l'Eurovision    Libye: La Turquie envoie 30 voitures blindées en soutien aux forces anti-Hafter    Egypte: Un bus touristique ciblé par une explosion devant un musée au Caire    Le Tunisien Farouk Ben Mustapha sacré « Meilleur gardien du championnat » en Arabie saoudite    En vidéo : Dorra Zarrouk à la soirée Chopard à Cannes, que pensez-vous de son look ?    La France s'explique sur les accusations d'«ingérence» en Algérie    Ciné Social au CinéMadart : 1ère édition du 22 au 26 mai 2019 (Programme)    En Italie, une amende de 3500 à 5500 euros pour chaque vie sauvée    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Balance ton hôpital !
Les jeunes médecins brisent l'omerta
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 03 - 2019

La mort inadmissible de 12 nouveau-nés au service de réanimation pédiatrique de l'hôpital Wassila-Bourguiba à Tunis ouvre le débat sur la réforme de tout le secteur de la santé publique. S'agit-il de l'arbre qui cache la forêt ? Certains médecins ont décidé de briser le silence en dénonçant eux-mêmes les dépassements dont ils sont ou ont été témoins. L'initiative « Balance ton hôpital » est lancée.
Fallait-il attendre une catastrophe sanitaire pour agir et briser le silence sur les dépassements dans nos hôpitaux ? Des médecins, dont notamment des jeunes, disent qu'il n'est jamais trop tard pour alerter l'opinion publique sur les formes de corruption dans l'un des secteurs les plus sensibles du pays et sauver ce qui reste de son image. Corruption, dépassements, manque d'équipements et de médicaments, abus de pouvoir et mauvais services… Des médecins ont récemment lancé une initiative baptisée «Balance ton hôpital», sur fond de décès en série de bébés prématurés à La Rabta, pour dénoncer les formes de corruption dont ils sont témoins. Le principe est simple : mettre à jour toute forme de dépassement dont on est témoin.
Si les réseaux sociaux s'avèrent être parfois des moyens de désinformation ou de manipulation de l'opinion publique, ils contribuent, quand même, au lancement de certaines initiatives de prise de conscience collective pour s'opposer à la corruption et aux abus. C'est dans ce sens que de jeunes médecins ont lancé l'action « Balance ton hôpital » en vue de donner un aperçu réel de ce qui se passe à l'intérieur de nos établissements hospitaliers.
Estimant que ce sont finalement eux qui payent la facture de la mauvaise réputation de tout le secteur de la santé publique, ces jeunes médecins ont décidé de riposter en dévoilant des affaires de corruption et des dépassements dans leurs établissements. A travers des statuts Facebook, ces jeunes « balancent » sur les conditions catastrophiques dans lesquelles ils exercent. Certains ont même témoigné d'établissements hospitaliers infestés de rats alors que d'autres affirment que des hôpitaux connaissent des problèmes de coupure d'électricité répétitifs, ce qui menace le bon déroulement des opérations chirurgicales. En effet, dans leurs publications, ces médecins ont exprimé leur ras-le-bol face à la dégradation du système de la santé publique, témoignant ainsi des états lamentables des hôpitaux qui semblent être livrés à eux-mêmes, en l'absence de tout contrôle ou décision politique à même d'améliorer la situation.
Un hôpital sans Bétadine !
N.C., interne à l'hôpital Tahar Sfar à Mahdia, raconte ses mésaventures professionnelles au sein de son établissement hospitalier, qui connaît un manque accru d'équipements et de médicaments de base. « Durant une garde en service chirurgie générale au sein d'un hôpital universitaire qui irrigue je ne sais combien de régions, on se retrouve sans Bétadine, zéro stock. Et quand tu en demandes, tu te fais vivement rabrouer et on te répond sans ménagement et avec rudesse qu'on vous en a déjà délivré un flacon la veille », témoigne-t-elle.
Pour sa part, A.B. médecin tunisien ayant quitté le pays pour la France, où il exerce à l'hôpital Bichat Claude-Bernard à Paris et l'un des initiateurs de ce mouvement, livre un témoignage sans appel sur l'état des lieux des établissements hospitaliers en Tunisie. « Lors de mon passage à l'hôpital Ibn Jazzar à Kairouan, et lors d'une réunion de négociation avec le directeur de l'hôpital, on nous a clairement signifié que le ministère ne peut plus accorder de budget complémentaire. On doit choisir entre ne plus acheter certains médicaments, consommables ou produits de nettoyage, ou virer du personnel qui est déjà en manque », révèle-t-il. Et de poursuivre que les gardes des médecins, des infirmiers et des techniciens n'ont pas été payées depuis plusieurs mois. «On n'a pas payé la Steg et la Sonede depuis des mois, et si on ne paye pas le mois prochain, on nous coupera l'eau et l'électricité dans tout l'hôpital», poursuit-il.
Commentant cette initiative qui commence à faire bruit, Jed Henchiri, président de l'Organisation tunisienne des jeunes médecins, a affirmé qu'il ne s'agit pas de la première action de ce genre, et que les médecins ont toujours dévoilé les dépassements par tous les moyens. «On a tout essayé et tout fait pour dénoncer les formes de corruption dans nos hôpitaux, l'objectif étant de déterminer les responsabilités pour pouvoir opérer les réformes nécessaires. Nous, les jeunes médecins, nous nous engageons à briser l'omerta», a-t-il affirmé.
Si les jeunes médecins ont commencé à agir pour dénoncer la situation, c'est parce que ce drame national est considéré comme étant l'épisode le plus douloureux du processus de dégradation, pour ne pas dire l'effondrement du secteur de la santé publique et qu'il est par conséquent inadmissible de continuer à ignorer l'obligation d'entamer les grandes réformes dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.