Trump menace l'Iran d'une attaque destructrice    Ooredoo vous transporte en Egypte avec son forfait International Pays Arabes    Températures en légère baisse à partir de demain    CAN 2019 : le match Tunisie-Angola dans la presse égyptienne    Les deux gagnants tunisiens au Championnat Microsoft Office Specialist participent à la compétition mondiale à New York    CAN 2019 : Tunisie – Mali, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Copa America : Programme des quarts de finale    Nabil Karoui désigné officiellement Président du parti « Cœur de Tunisie » anciennement appelé « Parti tunisien pour la paix sociale »    Tunisie- Le ministère de la santé tranche dans l'affaire du décès des nouveau-nés    Révision à la hausse de la tarification de l'électricité et du gaz naturel    Tunisie : Réouverture à Djebel El Oust du centre Amal d'éducation, de prévention et de traitement de la toxicomanie    Tunisie: Khaled Chouket accuse Nabil Karoui d'avoir recouru à l'arnaque politique    Tunisie- Hatem Ben Salem : ” la toxicomanie en milieu scolaire existe”    Huawei remporte le Prix de contribution exceptionnelle pour ses 20 ans d'existence en Tunisie    NEBRAS : Communiqué de presse « Faciliter l'accès des victimes de la torture à la réhabilitation »    Sarra Besbès remporte la médaille d'Or à Bamako lors des Championnats d'Afrique d'Escrime    Tunisie: Mohsen Marzouk appelle à une charte contre les tensions politiques    Energies renouvelables : les meilleurs experts au Sommet « Place au soleil » à Tunis    La Poste Tunisienne édite deux timbres-poste dédiés pour le navire “ISTIKLAL” et le Musée militaire national    OPPO sponsor régional officiel de la Coupe d'Afrique des nations 2019    Tunisie : 15 établissements universitaires étrangers ont confirmé leur participation au salon des études à l'étranger    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    CEPEX :Plus de 20 exposants tunisiens au salon Summer Fancy Food Show    CAN 2019 : Wahbi khazri élu meilleur joueur du match Tunisie-Angola    René Trabelsi : Le développement numérique est un facteur essentiel pour parvenir au développement durable    Le secrétaire d'Etat Hatem Ferjani participe à la réunion des coordinateurs nationaux du sommet du forum de coopération Chine – Afrique à Beijing    Comment se faire rembourser un vol Vueling vers la Tunisie ?    Mercato : Ali Abdi (CA) vers la Ligue 2 française    CAN 2019 : Résultats des matchs du lundi et Programme des rencontres du mardi    La Banque mondiale approuve un projet d'investissement de 151 millions de dollars    Tunisie-La 55ème édition du Festival du Carthage du 11 juillet jusqu'au 20 août    Tunisie – AUDIO : Salma Elloumi prend ses distances des querelles de Nidaa Tounes, et veut ressusciter le parti    Le PDL a internationalisé une série d'affaires de violation des droits humains en Tunisie, selon Abir Moussi    Néji Jalloul annonce officiellement sa démission de Nidaa Tounes    Tunisie : La 55ème édition du festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Tunisie: Swagg Man au siège de l'ARP en compagnie de députés    Alerte incendie en Grande-Bretagne, le parlement de Westminster évacué    Arabie saoudite: Un mort et 7 blessés dans une nouvelle attaque houthie contre un aéroport    En vidéo : Fête de la musique By MG    Libye: Un avion dérouté de l'aéroport de Tripoli après la chute d'un obus    Tensions au Golfe: La Compagnie aérienne saoudienne change l'itinéraire des vols de ses avions    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    La Tunisie élue à la présidence du comité permanent de la Conférence des Etats signataires de la Convention de l'Unesco    SFAX célèbre la fête de la musique à travers la fondation BIAT et l'IFT    Tunisie : La Fête de la Musique sera célébrée avec 179 concerts le 21 juin    La DIVA Amina FAKHET : Pour une 2ème fois à Yuka gammarth le 16 juillet 2019.    Signature d'une convention de partenariat entre le Festival International de Carthage et Tunisair    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le comble de l'absurde
Démolition du fronton du Palais beylical à Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 03 - 2019

L'événement est de taille puisqu'il ne s'agit, ni plus ni moins, que de la destruction d'un monument historique de l'histoire contemporaine de la Tunisie.
Cela est d'autant plus sidérant qu'on ne cesse de nous bombarder, chaque jour, de mauvaises surprises et d'aberrations de tous genres. La dernière (en date), et sûrement pas la dernière, est celle qui concerne la démolition du fronton du palais beylical de Carthage. Celui-ci porte, qui plus est, les armoiries du pouvoir. Actuellement, cet édifice abrite Beit El Hikma ou l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts.
Faut-il le rappeler, c'est là que s'est déroulé le dernier acte qui allait conduire la Tunisie à l'Indépendance et c'est de là que le futur premier président du pays a «expulsé» le dernier bey de la dynastie husseïnite (Lamine Bey).
Cette valeur historique n'a pas pu préserver cet important monument contre l'ignorance flagrante de ces gens qui prétendent tout savoir et pouvoir. Toutes nos administrations, malheureusement, sont, de plus en plus infestées par cette nouvelle race d'ignares en costume-cravate qui ont remplacé des élites et des compétences préférant s'effacer devant la médiocrité rampante.
Car une telle décision ne peut être prise par une seule personne. Les explications données pour justifier cette situation ne tiennent pas debout. On prétend qu'elle émane des responsables de Beit El Hikma. Ceux-ci auraient jugé bon de faire démolir la partie comportant les armoiries beylicales parce qu'elle représente un danger. En effet, affirme-t-on, un pan dudit fronton est, déjà, tombé et des fissures ont été observées sur les murs.
La direction du Patrimoine, de son côté, n'aurait pas été informée (ce qui est une erreur grossière et inadmissible). On ne conçoit pas qu'une institution telle que Beit El Hikma, ne soit pas bien entourée et bien entretenue.
On ne comprend, même pas, comment la réaction n'a eu lieu qu'après coup alors qu'il y avait des travaux qui ont pris du temps. L'échafaudage aurait pu éveiller les soupçons que quelque chose se préparait.
De telles bizarreries ne peuvent se dérouler ailleurs. C'est le comble du laxisme et de l'anarchie administrative. Quand bien même on nous rassurerait que tout rentrera dans l'ordre dans une dizaine de jours, le simple citoyen ne pourra pas s'empêcher de craindre d'autres catastrophes. Le pillage de notre patrimoine qui s'amplifie depuis 2011 ne suffit-il pas ?
D'ailleurs, il ne faudra pas restaurer à l'identique cette partie démolie mais il faudra, également, aménager l'environnement qui entoure ce site. La place devant ce palais n'a pas connu d'entretien depuis belle lurette. La petite plage que les familles préfèrent en été est livrée à elle-même. De façon délibérée, disent les habitués comme si on ne voulait pas que cette zone soit fréquentée par les citoyens.
On sait que c'est une zone «sensible». Mais tout le monde sait qu'elle l'a toujours été et que malgré tout, les gens se sentaient plus à l'aise en venant admirer le bleu de l'azur, les bateaux et les cimes des montagnes de Boukornine. C'est leur pays.
Mis à part ce qui vient de se passer à Carthage et le sort qu'on a réservé à l'ancien palais beylical, il serait opportun de signaler que les plages de la banlieue nord (de La Marsa à La Goulette), méritent un meilleur traitement de la part des municipalités respectives. Les palais des beys y sont implantés mais ne bénéficient pas de l'intérêt requis. A La Marsa, il paraît que le bâtiment a été transformé en restaurant. Comme ce fut le cas du palais beylical de Carthage (une sorte de casino appelé «Zéro de conduite dans les années 70 et fréquenté par les étrangers et les grandes personnalités de l'époque).
Le palais présidentiel, actuel, a respecté le même circuit. Dans les années 60, Bourguiba avait choisi de l'édifier au bord de la mer près des Thermes d'Antonin. Lorsqu'on continue jusqu'à Salammbô, on ne peut que constater, avec désarroi, l'état lamentable dans lequel se trouve le Port punique. Des barques de pêche ou de plaisance y ont élu domicile et l'ont transformé en débarcadère anarchique. Pendant ce temps, aucune autorité ne s'est manifestée pour remettre de l'ordre dans une situation inédite.
Pis encore, toutes les ruines de Carthage n'échappent pas à cette indifférence et sont livrées à une dégradation inévitable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.