SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Sommet Chine-Afrique : Jerandi aura-t-il sa part de l'énorme gâteau chinois?    L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    Parachutisme : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement SKYS dans le désert de Tozeur    Un vol exceptionnel de l'aéroport de Tunis-Carthage vers le Maroc    Bourse de Tunis : Lancement d'un Guide de reporting environnemental, social et de gouvernance    Change devises en dinar tunisien : Cours du 29 Novembre 2021    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    Migration clandestine : 461 migrants sauvés au large de Ben Guerdane    NBA : Les Lakers et LeBron en équilibre, Golden State et Curry déroulent    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Trafic d'organes : Les personnes vulnérables visées    Le film égyptien FEATHERS, Tanit d'or des JCC au cinéma dès le 1 décembre (B.A. & Synopsis)    Les indiscrétions d'Elyssa    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Ahlem Gzara : Le pass vaccinal tunisien bientôt reconnu en Europe    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Stabilité monétaire, discipline budgétaire
Commentaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 12 - 2011


Par Jawhar CHATTY
A deux reprises et en l'espace de deux mois, la Banque centrale de Tunisie a baissé d'un point de pourcentage son taux d'intérêt directeur pour le ramener à 3.5%. Ce volontarisme semble aujourd'hui relativement sans effet sur la sphère de l'investissement privé puisque, en toute vraisemblance, le taux de croissance sera de 0% et même négatif et le taux de chômage de plus de 18% à la fin de l'année 2011.
Pourtant, en poussant jusqu'à ses dernières limites la baisse du taux directeur, l'autorité monétaire fait montre d'un rare pragmatisme dicté par une conjoncture économique nationale et internationale particulièrement difficile. L'objectif recherché était la stimulation de l'investissement en tant que moteur de la croissance et de la création d'emplois. Cet objectif a été fixé en veillant , et ce n'est guère facile, tout particulièrement à la stabilité de la monnaie nationale et à la stabilité du pouvoir d'achat. C'est ce pragmatisme monétaire qui a tout de même évité le pire à l'économie nationale et qui n'aurait été possible sans une certaine liberté de manœuvre et une indépendance certaine de l'autorité monétaire vis-à-vis des politiques et du gouvernement. Aujourd'hui, c'est cette indépendance que revendique la Banque centrale. Inquiète par les propositions tendant à la soumettre à l'autorité du gouvernement, la BCT a appelé à la consolidation de son indépendance en l'inscrivant dans la loi organisant les pouvoirs publics et en l'inscrivant dans la Constitution, soulignant «la nécessité de fixer les critères de nomination et de révocation du gouverneur, de la désignation des membres du Conseil d'administration ainsi que les modalités d'intervention et de contrôle et les mécanismes de responsabilisation et d'évaluation de l'efficience de la Banque».
L'indépendance revendiquée est donc à la fois politique et économique. Politique, en ce sens qu'elle interdit toute interférence du pouvoir politique sur les décisions prises par l'autorité monétaire tout autant que toute influence du gouvernement sur l'organisation institutionnelle de la Banque centrale. Economique, cette indépendance serait le synonyme d'un libre choix des objectifs fixés et des instruments utilisés et d'une impossibilité de financer le déficit budgétaire des gouvernements par la création monétaire. En effet, que ce soit en raison de l'incohérence temporelle de ses décisions ou de sa propension à générer des cycles politico-économiques, un gouvernement, quel qu'il soit, aurait une tendance naturelle à gérer peu efficacement la politique monétaire, eu égard à l'objectif de stabilité des prix. De fait, la théorie prête à une banque centrale indépendante la crédibilité qu'un gouvernement n'a pas concernant la gestion de la monnaie et qui chercherait à relancer l'économie au prix d'une inflation plus forte. Il est par ailleurs empiriquement établi que l'indépendance des banques centrales se traduit par une meilleure performance en termes de stabilité des prix. Autre avantage, et non des moindres, une banque centrale indépendante ne peut plus faire fonctionner la «planche à billets» pour financer le déficit et la dette publics. La perte de cet instrument monétaire comme moyen de faire face à un endettement excessif est en principe propre à amener les gouvernements à plus de prudence et de modération dans la mise en œuvre de leur politique budgétaire. L'indépendance de la Banque centrale aurait ainsi un impact «disciplinant» sur les finances publiques.
Cependant, si la stabilité monétaire, la stabilité des prix et la discipline budgétaire sont autant de bienfaits qu'apporterait l'indépendance de l'autorité monétaire, l'on ne peut ignorer l'impact qu'aurait le jeu non coopératif entre gouvernement et Banque centrale sur une économie qui se cherche encore et qui est en quête de croissance. L'indépendance de la Banque centrale entraîne la perte d'un instrument de politique économique. Spécialiser la Banque centrale dans la lutte contre l'inflation et la rendre indépendante des autorités budgétaires, c'est accepter une affectation rigide des instruments aux objectifs. Peut-on se le permettre pour une économie en crise ? Poser la question en ces termes, c'est évidemment y répondre, mais c'est aussi une manière de défendre le principe de l'indépendance de l'autorité monétaire dans la perspective d'un rebond , à moyen terme, de la croissance de l'économie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.