Gafsa : Aucune route bitumée depuis 2017, l'argent ira ailleurs…    UBCI : Le Produit Net Bancaire en hausse de 9%    CAN 2022 : Match à suivre ce soir, Nigéria – Tunisie, sur chaînes TV et en Live streaming    EN : trois renforts prennent la direction de Garoua    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    Foot-Europe: le programme du jour    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    Récupération politique    Express    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Assassinat de Faouzi Houimli : l'auteur condamné à mort avec une peine de sûreté de 36 ans    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Ange et le Démon
Publication - La femme en Afrique à l'époque romaine, de Leïla Ladjimi Sebaï
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 03 - 2012

«Il ne faut jamais oublier que la Tunisie, fait unique dans l'histoire, fut fondée par une femme. Elyssa, nommée aussi Didon (un nom berbère), est un symbole tunisien sans aucun doute. Ce n'est qu'une légende, dit-on. Mais les légendes imprègnent parfois les cerveaux autant que les réalités», affirme l'archéologue Leïla Ladjimi Sebaï. La chercheuse est convaincue que ce peuple, malgré les diverses civilisations qui l'ont conquis, pendant des siècles, continue à conserver, inconsciemment, ses traditions maghrébines — elle désigne par le Maghreb, le territoire compris entre le Maroc et l'ouest de la Libye, jusqu'à Tripoli—. «On a tendance à croire que lorsqu'un conquérant occupe une terre, il efface tout ce qui le précède. Une énorme erreur. La Tunisie n'a jamais cessé d'être une terre africaine. Cette population a le génie d'assimiler les différences, de les transformer, de se les approprier pour en faire une identité», précise-t-elle. Pour confirmer ses thèses, Leïla Ladjimi va au-delà des légendes. Grâce à l'étude des documents épigraphiques de l'époque romaine, elle a pu dresser des portraits de femmes de l'Antiquité. Des femmes, surtout africaines, avec leurs particularités dues au maintien de traditions héritées des siècles antérieurs, berbères et puniques. Cette recherche a fait l'objet d'une thèse de 3e cycle, présentée, en 1977, à l'Université d'Aix-en-Provence et qui vient d'être rééditée par l'Institut national du patrimoine. «J'ai senti, aujourd'hui, le besoin de soulever, de nouveau, ce sujet que je considère de toute actualité. La femme tunisienne doit connaître son histoire», insiste Mme Sebaï.
Avant d'aborder le thème principal de sa recherche, (la femme romaine d'Afrique, plus précisément celles qui ont vécu aux II, III et IV siècles, l'apogée de la période romaine en Tunisie), Leïla Sebaï a essayé de retracer l'histoire de la femme berbère, puis punique. «Nous savons, hélas, peu de choses sur ces femmes. Les documents sont rares et trop incomplets, pour que nous puissions nous en faire une idée réelle», précise l'archéologue. D'après les écrits du Grec Hérodote, les femmes berbères apparaissent comme des esclaves et des servantes sur le plan social et juridique, mais aussi comme investies d'une certaine autorité et d'une étonnante liberté sur le plan des mœurs. Certaines femmes ont marqué l'histoire par leurs exploits de guerre : Cyria qui, au IV siècle, a tenu tête à l'Empire romain auprès de son frère, le prince maure Firmus, et évidemment la Kahéna, qui, à la fin de la domination romaine, exerça un pouvoir presque absolu sur les Berbères... «La sociologue Emna Ben Miled a démontré, qu'à la veille de la colonisation, plusieurs tribus tunisiennes portaient le prénom de femmes. Les Français, choqués, ont dû changer ces noms», souligne encore l'archéologue.
La gloire des femmes
Pour Leïla Sebaï, la naissance de l'Afrique punique a été auréolée par les gestes héroïques de deux femmes hors du commun. «Didon s'est donné la mort par le feu pour sauver Carthage et la femme d'Asdrubal s'est également jetée dans les flammes, avec ses enfants, en maudissant son mari qui implorait le pardon de Scipion», ajoute encore l'historienne qui raconte également, comment, au cours de la deuxième guerre punique, toutes les Carthaginoises ont sacrifié leurs longues chevelures, signe de force et de puissance, pour en faire des cordages de navires de guerre...
Les traits de caractère de cette femme d'Afrique ne sont devenus plus clairs qu'à l'époque romaine, grâce à l'abondance de la documentation. En se référant surtout aux épigraphes, Sebaï relate la vie de ces femmes «pudiques, chastes et vertueuses qui sont décrites, en revanche, dans certains textes littéraires, comme coquettes, vénales et indisciplinées», précise-t-elle.
On apprend également que la vie familiale de cette époque est basée sur un mariage, synonyme d'amour, de la bonne entente et du respect. «Cette union apparaît comme l'association de deux intelligences égales. Il s'agit d'un véritable couple, au sens moderne du terme», ajoute la chercheuse. Les femmes se marient jeunes (entre 13 et 23) et, contrairement aux Romains, les Africaines attendent la puberté de leurs filles avant de les donner en mariage...
La femme démon
Les sources sont muettes quant à la physionomie de ces femmes. «En revanche, Tertullien, (...) nous apprend que les Africaines de son temps se faisaient souvent teindre en blond. Donc, elles sont brunes», rapporte, amusée, Mme Sebaï. L'archéologue suppose que les jeunes filles et jeunes femmes recevaient une instruction qui permettait à certaines grandes dames de tenir des salons et de s'entourer de beaux esprits. Reste que le domaine de la femme est avant tout la maison : s'occuper de son ménage et filer la laine, l'une des activités essentielles de la femme au foyer. «Les qualités pratiques de leurs épouses étaient fort appréciées par les Africains, dont on connaît le goût des affaires et de l'argent, et ce, dès la plus haute antiquité», précise encore l'historienne. Les femmes, comme les hommes, pouvaient gérer et administrer leurs biens personnels. Les travailleuses ont toujours existé : on retrouvait, dès cette époque, les sages-femmes et les médecins, les musiciennes, les danseuses, les chanteuses, les commerçantes, les pédagogues, les femmes de lettres... A cela s'ajoutent plusieurs fonctions religieuses. «Notons que la femme, depuis la préhistoire, a toujours eu une considération divine. C'est elle qui porte la vie et qui donne naissance à l'homme.(...) Son exclusion des activités économiques et religieuses est un phénomène relativement récent dans l'histoire», précise encore Sebaï. L'image de cette naissance s'est renversée à l'arrivée du christianisme, au Ier siècle. «Ève fut créée à partir d'une côte d'Adam», selon la Bible et la femme devint une partie de l'homme... Pire encore, celle femme est décrite comme «corruptrice» de l'humanité, porte de l'enfer, créature du diable. «Cette nouvelle idée de la femme associée au démon, face à l'homme auguste image de Dieu, allait prévaloir pendant de longs siècle et traîner la femme dans une certaine misère et dans l'asservissement le plus complet», constate Leïla Sebaï. Pour elle, la Tunisie est une femme féconde qui est à la quête de son identité africaine...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.