Référendum : le Tribunal Administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed a profité de ces artistes complaisants pour installer sa nouvelle dictature    Siliana: Avancement de 90% des travaux d'aménagement du foyer universitaire    Abdellatif Mekki : Je serai peut-être candidat aux prochaines élections présidentielles    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie: Le mercure grimpera à 42 degrés    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    Tunisie : Trois morts à Bizerte    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Tribune | Mon message d'Hiroshima    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Pourquoi | A propos des horloges    Noureddine Taboubi : l'UGTT est pour un régime présidentiel modéré    Rached Ghannouchi : nous avons appelé au boycott et trois quarts des Tunisiens ont répondu    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    QNB – La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Australie: Qantas demande à ses cadres de venir remplacer les bagagistes    Embellie touristique    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Météo du lundi 8 août 2022    Un Algérien viole une Américaine de dans des toilettes publiques en France    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Météo : cellules orageuses et pluies éparses dans quelques régions cet après-midi    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme
Rencontre autour de «L'histoire de la médecine et de la pharmacie», à Beït El Hikma
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 01 - 2012

«... La tolérance est notre devise... Et des termes comme Dignité ou Liberté, qui sont désormais les piliers de notre révolution, ne sont pas étrangers à notre histoire», a affirmé Docteur Hamza Saddem, président de la Société tunisienne d'histoire de la médecine et de la pharmacie, à l'ouverture de la rencontre organisée par cette association,vendredi dernier, à l'Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts (Beït El Hikma). Deux conférences étaient au programme : la première, tenue par l'archéologue Leïla Sebaï Ladjimi, avait pour thème «Femme et métiers médicaux en Afrique antique» et la seconde, soutenue par la professeur à l'Université de La Manouba, Fatma Lakhdhar, a développé le passage du savoir de l'Orient à l'Occident.
Les deux conférencières ont affirmé, chacune dans son domaine, une idée majeure : le savoir est ancré dans notre culture depuis l'Antiquité. Leïla Sebaï est remontée jusqu'à la préhistoire pour montrer la place de la femme savante dans la société. «La seule représentation humaine que nous possédons de cette époque est une figure féminine. Une déesse». Serait-ce là, un indice pour démontrer que la gent féminine avait un poids majeur parmi les hommes? Faute de témoignages, de traces et de documentations, il est difficile d'aller plus loin dans ces thèses...
Les images s'éclaircissent surtout à l'époque romaine. Les inscriptions et les sources deviennent plus abondantes et même bavardes. Les femmes savantes s'avèrent nombreuses : elles sont des médecins, des professeurs, des philosophes... «On désigne par ce dernier titre les personnes qui maîtrisent le latin, signe du plus grand degré de savoir », précise l'archéologue. A cette époque, rien n'interdisait à ces femmes de pratiquer des métiers aussi nobles que la médecine. Nombreuses étaient celles qui étaient admises à l'Université de Carthage. La société le tolérait et l'acceptait. Il y avait même des hommes qui comptaient parmi les patients de ces femmes médecins, félicitées souvent pour leur compétence... «L'exclusion de la femme de la vie politique et économique est un phénomène relativement récent», a ajouté Sebaï.
L'archéologue a, toutefois, évoqué l'importance du rôle de la «sage-femme» à cette époque. «Non seulement, elle assistait les femmes en travail, mais elle accomplissait plusieurs rôles d'ordre religieux et même social. Elle était appelée parfois à former les couples pour garantir la belle progéniture», s'est encore amusée à raconter la scientifique. On appelait cette sage-femme la «matrone» ; un terme employé jusqu'aux derniers siècles, pour désigner ce métier.
Le savoir n'a pas de frontière
«L'histoire est comme une chaîne composée d'anneaux indissociables», affirmait pour sa part Fatma Lakhdar. Le chercheuse a commencé son intervention par une citation qui reconnaît l'apport de «la civilisation arabo-musulmane» dans l'éveil scientifique de l'Occident. «Une citation flatteuse certes, mais qui comporte beaucoup d'erreurs historiques», a précisé l'universitaire. Pour elle, cette civilisation ne peut pas être considérée comme une entité homogène. Elle comporte plusieurs races, langues et cultures... Ce qui a facilité et accéléré le passage du savoir d'abord des Grecs et des Romains et plus tard de l'Orient vers l'Occident... Fatma Lakhdar s'est attardée à expliquer ce passage complexe qui a commencé dès le XIe siècle et elle a fini par conclure en suggérant la réécriture de l'histoire de la médecine. «Plusieurs inventions et découvertes sont attribuées injustement à d'autres scientifiques. Il faut rétablir l'ordre des choses et lever l'injustice sur l'histoire de la médecine arabe». L'historienne va plus loin encore. Elle impose des conditions de travail pour mener à bien cette réécriture. Il est essentiel pour elle, de récupérer les milliers de manuscrits répartis dans les bibliothèques occidentales et de trouver, ensuite, des chercheurs qui maîtrisent les langues anciennes, (arabe, latin et autres), ainsi que la médecine moderne. «Il faut un local et un budget... Et tout cela ne peut se faire sans une volonté politique sérieuse», insiste-t-elle... Ce projet n'a pas l'ambition de valoriser le savoir de l'Orient sur l'Occident. Selon Fatma Lakhdar, la civilisation, dans son aspect scientifique, n'a pas de frontière. Elle est le fruit d'efforts humains cohérents et complémentaires qui tendent vers un avenir meilleur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.