La Tunisie enregistre 5 nouveaux cas portant le nombre total actuel à 628 cas confirmés du Coronavirus + 24 morts et 25 guérisons    Prolongement du Confinement au-delà du 15 avril pour la France    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 205 décès    La municipalité de Tunis prédisposée à inhumer les victimes du Covid-19 au Jellaz (vidéo)    Hausse des tarifs de l'eau potable pour l'usage domestique et touristique    Coronavirus [audio] : Le refus de l'enterrement des victimes de coronavirus peut conduire à des poursuites judiciaires    Tunisie: Appel du Parlement à une enquête après des menaces d'assassinat à l'endroit de Zouhair Maghzaoui et Samia Abbou    Bulletin de veille sanitaire COVID-19 du 06 Avril 2020 de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes à l'issue des 623 cas confirmés    El Mekki : l'objectif de l'application de la quarantaine sanitaire globale, est l'ancrage de la distanciation sociale qui reste le seul moyen pour cerner la pandémie    Covid-19 – STAFIM Peugeot et Groupe Khechine : Don de 13 véhicules « 10 Pick Up et 3 Ambulances »    Tunisie: Deux timbres postaux à l'effigie de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi    Le Qatar réfute les allégations de corruption autour de la Coupe du monde    Coronavirus: Aucun nouveau cas à Sidi Bouzid    Club Africain : malgré le coronavirus, la FIFA menace encore    CA Bizertin : les joueurs impayés depuis 6 mois    La famille de La Presse en deuil : M'Hamed Jaïbi, n'est plus    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 08 Avril à 11H00 :    Le sommet de Tunis de la Francophonie sera-t-il repoussé à 2021 ?    La FIFA dévoile ses recommandations et directives par rapport aux contrats des joueurs    Tottenham avertit Mourinho et plusieurs joueurs vus s'entraîner ensemble    Tunisie-Lutte contre le Corona: La BNA lance une campagne pour le soutien du fonds 1818    Huawei soutient les étudiants tunisiens dans l'enseignement à distance    Elyès Fakhfakh désigne comme "Porte-parole du Gouvernement" la ministre de la Femme Asma Shiri    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Météo : ciel voilé et températures stationnaires    Covid-19 | Trump menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS    «La CAN est toujours fixée à janvier et février 2021»    Nagguez de retour à l'Etoile?    Allagui va rompre son contrat avec Mouscron    Le métier de Président ….    L'ONU s'abstient d'incriminer directement la Russie    Impitoyable « guerre mondiale » des masques    L'INS déplore l'impact du confinement sur son activité    Baisse timide sous fond de contraintes budgétaires et guerre sanitaire    Tunisie Telecom leader des connexions mobiles en Tunisie    Le Calife de Carthage met la main à la pâte !    Repartir du bon pied    Artistes et intellectuels, comment vivent-ils le confinement ?    La poésie, l'amour et les femmes    Hommage à l'un des plus grands écrivains africains    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le diktat de l'argent
63e Festival international de Cannes
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 05 - 2010


De notre envoyée spéciale Samira DAMI
Décidément la crise qui frappe actuellement le monde est omniprésente, reflétée aussi bien par les films de la sélection officielle que ceux des sections parallèles de cette 63e édition de Cannes. Ainsi en est-il de Wall Street, L'argent ne dort jamais signé Oliver Stone et programmé hors compétition.
Cet opus est en fait une suite, réalisé 22 ans après Wall Street, toujours avec le même acteur Michael Douglas qui retrouve le personnage de Gordon Gekko, lui ayant valu l'oscar du meilleur acteur en 1987.
C'est donc à la jungle de la haute finance de New-York que s'attaque le réalisateur de Platoon.
Rappelons-nous dans le premier épisode de Wall Street du mémorable discours de Gordon Gekko, un personnage cynique, vorace et avide d'argent, où il déclamait haut et fort que «la voracité est utile, l'avidité est bonne et la faim un moteur».
«Or, ce même discours “l'avidité c'est bien” a été abondamment cité dans les médias à propos de l'actuelle crise financière», a affirmé Oliver Stone lors de la conférence de presse qui a suivi la projection du film. D'où l'idée de la suite où l'on voit, en 2001, Gekko sortir de prison après avoir purgé sa peine.
Brisé, n'ayant plus rien du gourou de Wall Street d'autrefois et tout le monde lui ayant tourné le dos même sa fille avec laquelle il veut coûte que coûte renouer.
En 2008, c'est Jake Moora (Shia Labeouf) qu'on découvre dans la peau d'un jeune trader brillant, doué et dynamique qui va être confronté aux affres de la crise du système financier. Jake est aussi le fiancé de Winnie, la fille de Gekko, qui a écrit un livre où il livre sa vision du monde de la finance et du marché plus claire, plus mûre après des années de réflexion en prison. Déterminé à reconstruire les liens avec sa fille, Gekko utilisera Jake, lequel cherche ses conseils, pour contrer un banquier sans pitié… Si Wall Street, dans son premier épisode, se décline tel un conte moral, dans le second, Stone démonte le mécanisme financier de Wall Street, tout en montrant que les requins de la finance des années 80, incarnés par Gekko, ont été supplantés par les banquiers d'affaires qui, parce qu'ils travaillent et agissent — l'avènement de la mondialisation oblige — à l'échelle planétaire, gagnent des milliards de dollars. Riches et arrogants, ils sont dépeints comme des prédateurs insatiables qui ont mené et mèneront encore le monde à sa perte, si rien ne vient les contrecarrer.
Jamais manichéen, le film ne généralise pas, ne met pas tous les financiers et banquiers d'affaires dans le même sac : Jake, qui incarne ces jeunes experts en technologie gagnant des millions de dollars avant leurs trente ans, a un mentor, Louis Zabel, honnête et attaché à son protégé.
Car l'important dans le nouveau Wall Street, c'est que les événements et la crise qui a frappé il y a deux ans Wall Street sont filmés de manière précise, voire méticuleuse.
Entre la grande histoire, soit la crise financière en Amérique et dans le monde, et la petite histoire, la vie intime des personnages, leurs relations et conflits, s'égrène le dernier-né de Stone, conférant à l'ensemble une dimension réaliste et humaine. Le film est, du reste, terrifiant quand on voit ce qui s'est passé dans les années 2000 à la Bourse de New York.
Passionnant, dénonciateur d'une avidité aujourd'hui légale, et du pouvoir de l'argent, il est merveilleusement interprété aussi bien par Michael Douglas, que le reste des acteurs, dont Josh Brolin dans le rôle de Bretton James, le vorace banquier d'affaires, et Carrey Mulligan (Winnie), Frank Langella (Louis Zabel). Réalisé d'après le scénario coécrit par Allan Loeb et Stephen Schiff, le film, produit par un producteur indépendant, Eric Kopeloff, a nécessité à l'évidence de grands moyens entre costumes et décors notamment. Ce deuxième épisode où est reflétée l'évolution du système économique américain, notamment «wall-streetien», miné par les traders, tire, à l'instar du premier, une morale : rien ne vaut les valeurs sociales et les liens familiaux. L'humanité c'est ce qui reste quand on a tout perdu.
La force et la qualité de «W.S. L'argent ne dort jamais» annoncent, en tout cas, son succès. Sera-t-il plus retentissant que celui d'il y a 22 ans. Tout porte à le croire.
Toujours en rapport avec l'histoire, Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, sélectionné en compétition officielle, a «déchaîné», on le sait, les passions sur Internet.
«Le collectif Vérité-histoire Cannes 2010» récemment constitué ayant appelé à «pourrir» par des manifestations le festival. Mais jusqu'à présent, rien à signaler. Une tempête dans un verre d'eau‑? On verra bien le jour de la projection de ce film en compétition sous la bannière algérienne, prévue le vendredi 21 mai.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.