Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue de sourds malgré les bons offices
Ugtt-Ennahdha-Gouvernement
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 12 - 2012

La tournure folle que prennent les événements était prévisible. Depuis quelque temps, le courant ne passe plus entre l'Ugtt et le gouvernement. Ils se toisaient de loin. Dans une inimitié non déguisée. Désormais, ils se regardent en chiens de faïence.
Cela s'est révélé au grand jour lorsque, mi-octobre, le parti Ennahdha et le CPR avaient boycotté le Congrès de dialogue national de la centrale syndicale. Pourtant, tous les protagonistes de la scène politique nationale y avaient pris part, présidence, gouvernement et Assemblée constituante inclus.
La tension était dans l'air, pour des raisons inavouées. Non explicitées pour le moins. Avec les événements de Siliana, cela a empiré. On y a découvert le navrant dialogue de sourds entre le gouvernement, le mouvement Ennahdha et la centrale ouvrière. Cette dernière a soutenu les revendications citoyennes, tout en campant un profil tranché. Ceux-là ont joué sur le registre du tout répressif et des déclarations à l'emporte-pièce. Une semaine durant, cela nous a embarqués dans le répertoire du tragique.
Les attaques du siège de l'Ugtt mardi dernier par des groupes hostiles ont empiré la donne. Les échauffourées et violences qui s'ensuivirent ont ravivé les brasiers ardents et jeté de l'huile sur le feu.
Aujourd'hui, on se retrouve à la croisée des chemins. Le bras de fer promet d'être cruel et sans merci. Les observateurs craignent le pire. Les grèves générales régionales d'hier ont permis à chacune des deux parties de jauger de sa force et de la capacité de riposte de l'autre. Parce que, désormais, il y a deux parties. Apparemment irréconciliables, ou presque.
On escompte l'aboutissement des initiatives des sages, voire des courtiers honnêtes. Sans grand résultat pour l'instant. Mais tous les espoirs raisonnables demeurent permis. MM. Ahmed Mestiri et Ahmed Ben Salah, éminentes figures nationales jouissant de la considération de toutes les parties, tentent de jouer un rôle médiateur. M. Mustapha Ben Jaâfar, président de l'Assemblée constituante, s'y affaire lui aussi.
Pas plus tard qu'hier, le secrétaire général de l'Ugtt, Houcine Abbassi, a déclaré ne pas être au courant d'une visite du président d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, prévue aujourd'hui au siège de l'Ugtt. Auparavant, M. Ahmed Ben Salah, ancien secrétaire général de la centrale syndicale, avait annoncé que Rached Ghannouchi, Ahmed Mestiri et lui-même devaient se rendre aujourd'hui au siège de l'Ugtt pour rencontrer Houcine Abbassi.
A l'issue de son entrevue hier avec le président de la République, le secrétaire général de l'Ugtt a souligné que la grève générale annoncée pour le 13 décembre est maintenue.
Tous les regards sont tournés vers la Kasbah (siège du gouvernement), vers la place Mohamed-Ali (siège central de l'Ugtt) et vers Montplaisir (siège d'Ennahdha). C'est entre ces trois lieux abritant autant d'instances influentes que se joue la partie serrée. L'avenir immédiat de la paix civile en Tunisie en dépendra.
Pour l'instant, l'Ugtt, initialement prise à partie lors du déclenchement de la crise, se retrouve dans la position du protagoniste décisif. Elle a bien décrété une grève générale pour le jeudi 13 décembre. Et elle se prévaut de la réussite des grèves générales régionales d'hier.
Il semble qu'elle exige un plancher avant de reprendre langue avec les instances gouvernementales, qu'elle boycotte mordicus : des excuses officielles d'Ennahdha au peuple tunisien sur les attaques du siège de l'Ugtt, place Mohamed-Ali mardi dernier. M. Samir Cheffi, S.G. adjoint de l'Ugtt, l'a réitéré hier. La centrale syndicale appelle également à la dissolution desdits comités de sauvegarde de la révolution. Et pour cause. Elle les assimile à des milices, des troupes d'assaut et des groupes paramilitaires d'Ennahdha.
Pour le gouvernement, dissoudre ces comités équivaudrait à une sorte d'aveu, la reine des preuves. Comme l'instruit le proverbe bien de chez nous, d'un côté c'est brûlant, de l'autre c'est incandescent.
L'hiver a commencé il y a moins d'une semaine. Les nuits y sont particulièrement longues. Les plus optimistes osent espérer que la crise trouvera incessamment un dénouement heureux. Parce que le sommeil de la raison engendre des monstres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.