Salem Labiadh affirme que le parti Echaab déposera un recours en Appel concernant le siège restitué à Saïd Jaziri de Hizb Errahma à Ben Arous    Tunisie : la BAD accorde 138 millions d'euros à la STEG pour le réseau d'électricité et les énergies renouvelables    Patrice Bergamini : Le visa vers l'Europe sera révisé dès la reprise des négociations sur l'ALECA    Objectif Tunisie Propre ! Une campagne de nettoyage de grande envergure (photos, vidéos)    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    Numeryx Tunisie inaugure ses locaux et signe un partenariat avec le Digital security Lab de l'école Sup'com    Ligue 1 : les arbitres de la cinquième journée    L'ISIE fera appel de la décision en faveur de Said Jaziri    Ligue des champions de l'UEFA : programme des matchs de cette semaine    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    L'ATUGE UK et l'ambassade de Tunisie à Londres organisent une conférence autour de l'économie tunisienne et le rôle de la diaspora    La Tunisie abrite à partir de demain mardi 22 Octobre le 11ème Championnat arabe de Tir à l'arc    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    Tunisie- Rejet de la demande de libération de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie- Neuf médecins du service des urgences de l'hôpital du Kef présentent leur démission    FMI et Banque Mondiale : Restons concentrés sur nos objectifs – Obtenir de meilleurs résultats au profit des plus pauvres dans le monde    Classement ATP: Malek Jaziri recule de 2 places (150e)    La Radio Tunisienne et les Radios régionales seront en grève le mardi 22 Octobre    TASDIR+ se déplace dans les régions pour cibler 200 entreprises    Retour sur l'élimination à Kasserine du dangereux terroriste algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère du terroriste Lokmane abou Sakhr    Le tacle de Sami Fehri à Soumaya Ghannouchi    L'officine, exigences d'évolution rassemble Le Syndicat des pharmaciens    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    En vidéo : La RSE au coeur de l'ADN des Laboratoires SVR Tunisie    Abdelkrim Harouni : Ghannouchi est la figure nationale la plus importante du pays    Club Africain : du nouveau concernant les six points perdus    Economie en crise, Saidane tire la sonnette d'alarme    Tunisie – Météo : Possibilité des cellules orageuses accompagnées de quelques pluies    Tunisie- Le mouvement du peuple ne participera pas au nouveau gouvernement formé par Ennahda    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants en situation de menace : près de 6.000 avis reçus
Rapport 2013 sur les activités des délégués à la protection de l'enfance
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 05 - 2014

Des chiffres en dessous de la réalité. L'insuffisance de signalement, pourtant obligatoire, met l'enfant en péril
Le dernier rapport annuel de l'activité des délégués à la protection de l'enfance a été présenté hier lors d'une conférence de presse à Tunis. En 2013, les délégués à la protection de l'enfance ont reçu 5.783 avis, dont plus d'un tiers concerne des enfants de moins de 6 ans. Les situations de danger les plus fréquemment signalées sont : l'incapacité des parents à assurer la protection et l'éducation de l'enfant (1.819 avis), le manquement notoire et continu à son éducation et à sa protection (1.496), l'exposition à la mendicité ou son exploitation économique (956) et son mauvais traitement habituel (634).
Pour le délégué général, Hammadi Mehiar, ces chiffres ne sont pas représentatifs de la réalité. «Le nombre d'avis a beaucoup diminué alors qu'il devrait augmenter. Ceux qui doivent faire le signalement, éducateurs, médecins, professeurs ou instituteurs, ne le font pas. Il y a un certain désengagement et un manque de disponibilité envers les enfants qui ne trouvent plus à qui se confier ou parler».
Le nombre d'avis enregistrés diffère d'une région à une autre. Il est de 499 à Tunis, contre 59 et 65 à Médenine et à Tataouine. Le foyer familial semble être le cadre où l'enfant est le plus exposé aux menaces (3.707 avis), suivi par la rue (742) et les institutions d'éducation (458). Ce sont dans ces lieux également où il y a le plus de victimes. Sur les 2.441 cas avérés de violence, 65,9% ont lieu à la maison, 14,4% dans la rue et 11,5 % dans une institution d'éducation.
Pour Moëz Chérif, de l'Association tunisienne de protection des droits de l'enfant, ces statistiques remettent en question le bien fondé du texte constitutionnel, qui confie à la famille, dans son article 47, la première responsabilité pour assurer l'éducation et la protection de l'enfant, et relègue au second plan le devoir de l'Etat à assumer cette responsabilité.
Autres chiffres présentés, ceux relatifs aux enfants en conflit avec la loi. En 2013, les délégués de protection à l'enfance ont reçu 429 demandes de médiation, ce qui représente une moyenne de 5,2 demandes pour 10.000 enfants (13-17 ans). Uniquement 6,8% des demandes concernent les filles. Dans la plupart des cas, les délits commis sont le vol et des actes de violence. Les délégués obtiennent des résultats «positifs» après médiation dans 96% des cas. «La médiation est un des mécanismes de protection des enfants en conflit avec la loi. Notre priorité est de ne pas les arrêter. On évite au maximum les poursuites et surtout l'incarcération dans les centres de correction ou même dans les postes de police», affirme Hammadi Mehiar.
La conférence de presse a été l'occasion d'évoquer également certains problèmes rencontrés par les délégués de protection à l'enfance. «Les gens pensent qu'on a toutes les ressources matérielles et humaines nécessaires. En réalité, on n'a pas d'équipe de travail. Il y a un délégué pour 10.000 enfants et les moyens sont très limités», indique Anis Aounallah, délégué à la protection de l'enfance à Tunis. «Le budget de fonctionnement n'a pas été versé depuis 5 mois. Les déplacements sont à notre charge, on achète nous-mêmes notre matériel de travail... Au bureau de Tunis, par exemple, on n'a pas d'Internet. Il n'est pas sûr que pour l'année 2014, on aura les statistiques».
Autre problème soulevé, celui des textes juridiques. «Depuis leur création en 1996, les textes régissant l'activité des délégués à la protection de l'enfance n'ont pas été révisés. Plusieurs lois ne sont pas applicables aujourd'hui, et nos prérogatives sont parfois trop limitées».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.