Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il a bien eu lieu
Conseil national de Nida Tounès
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 03 - 2015

Décision d'inclure Nabil Karoui dans le comité constitutif
Le conseil national convoqué par le « mouvement de rectification » dirigé par Hafedh Caïd Essebsi a bien eu lieu hier à Tunis, malgré l'appel de Mohsen Marzouk invitant les nidaistes à ne pas y assister pour ne pas nuire à l'image du parti et pour préserver son unité, ou du moins des chances de se concerter et de trouver un consensus. Le consensus, si cher au fondateur de Nida Tounès et actuel président de la République, Béji Caïd Essebsi, pour lequel il a défendu la présence d'Ennahdha dans le premier gouvernement de la IIe République et ce, contre le gré de ses électeurs et à leur grande déception.
Environ 800 nidaistes auraient participé au conseil national, à l'invitation de Ksila et ses camarades. Ils étaient venus de différentes régions : membres du bloc parlementaire, du bureau exécutif et des coordinations régionales. Un nombre non négligeable quand on sait que ce mouvement s'est formé contre les décisions du comité constitutif, les premiers hommes de BCE qui ont mis les bases du parti au moment où le bateau Tunisie tanguait à droite, malmené par une Troïka inexpérimentée, incomprise, arrogante et désorientée par une opposition féroce, jadis amie.
Et le consensus ?
Le conseil national a bien eu lieu en vue d'examiner les désaccords, la crise ou tout simplement la guerre des clans qui secoue le parti doublement vainqueur aux dernières élections législatives et présidentielle. Un parti miracle cousu de toutes pièces, un mix de destouriens, de gauchistes et de syndicalistes, qui a surpris les Tunisiens et le monde en arrachant démocratiquement le pouvoir, après la révolution, après seulement deux ans d'existence et sans même avoir eu le temps ni l'opportunité de tenir son congrès constitutif. Le conseil national devait aussi faire des recommandations pour les proposer au président par intérim de Nida. Résultat : il décide d'inclure Nabil Karoui dans le comité constitutif et l'ajout d'un article au règlement intérieur pour en compter finalement 43. Même si celui-ci introduit d'importants changements, au niveau du fonctionnement du parti, fallait-il tout cette cohue, et de surcroît en public, pour arriver à cela ? Sachant que le comité constitutif a prévenu qu'il est l'unique structure légale du parti. Toute décision prise hors de ce comité est donc nulle et non avenue.
Pourtant, le président de la République, père de Nida, sollicité par les adhérents du premier parti politique dans le pays, est sorti de son silence, imposé par la Constitution de 27 janvier 2014, pour prodiguer, vendredi dernier, ses conseils aux membres organisateurs du conseil national qui lui ont rendu visite. Ils se résument en une phrase : opter pour le consensus. Cela n'a pas été le cas hier.
Nida Tounès a porté haut l'étendard des espérances d'au moins la moitié des Tunisiens. Qu'en reste-t-il ? D'un côté, les dirigeants de ce parti se querellent, s'insultent, lavent leur linge sale en public et donnent l'image d'une formation sans « cœur », sans foi ni avenir. De l'autre, les électeurs de Béji Caïd Essebsi et de Nida Tounès sont déçus et inquiets. Ils ont cru qu'un changement était possible, dans le bon sens, avec un disciple de Bourguiba et un parti ouvert à toutes les sensibilités. Or le chemin semble encore long, les obstacles nombreux et la sortie du tunnel pas pour demain. L'apprentissage de la démocratie par nos politiciens va durer encore quelque temps, semble-t-il, et les Tunisiens ne vont pas sortir de sitôt de l'auberge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.