L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Tunisie – Amélioration des rentrées du tourisme en devises de 20%    HASSI JERBI les Foulées « marathon » des Flamants roses … que des sensations agréables    Nouvelle composition des blocs parlementaires après la démission de certains députés    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Programme TV du jeudi 22 août    PANDA TOUR    Habib Khedher évoque une guerre des pouvoirs    Collision entre un train et un camion à Fondouk Jedid    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Ennahdha rêve de remporter la Présidentielle dès le 1er tour !    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie- Saïd El Aydi :” J'ai une double nationalité à laquelle je vais renoncer conformément aux dispositions de la Constitution”    la nouvelle mesure des voitures louées n'est pas respectée    Coupe Arabe des Clubs (Qualifications): le programme de jeudi    Oriflame Tunisie accueille une nouvelle DG, l'une des plus jeunes en Afrique et lance la gamme Love Nature    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Lotfi Mraihi: Non! Le président de la République n'est pas le père des Tunisiens    Manifestation contre la dégradation de la qualité du train à Kalâa Kebira    Selma Elloumi : la Tunisienne est toujours au rendez-vous avec l'histoire    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Un cheval de Troie sur votre ordinateur, alerte le site NordVPN    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Daniel Sturridge signe à Trabzonspor (officiel)    Tunisie: Abandon par Youssef Chahed de la nationalité française,ce que Rached Ghannouchi lui a suggéré    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    La Poste Tunisienne première institution à l'échelle internationale certifiée « Masterpass QR » de MasterCard internationale    Que faire lors d'un vol retarde Brussels Airlines ?    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    US Open : Malek Jaziri éliminé dès les qualifications    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    René Trabelsi en visite inopinée dans des unités et restaurants touristiques    Ligue 1 : un changement au programme de la première journée    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Les Nuits du Musée de Sousse, 8e édition du 21 au 27 août 2019 (Programme)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arabie saoudite : Un « coup de palais » de l'homme-lige du roi Abdallah
Publié dans Leaders le 28 - 03 - 2014

À la veille de la visite du président américain Barack Obama à Riyad, prévue le 22 mars, la cour royale d'Arabie saoudite a annoncé la nomination du demi-frère du roi Abdallah, le prince Moqren ben Abdel Aziz, « vice-prince héritier », un poste inédit et une décision qui le place deuxième dans l'ordre de succession au trône.
Cette nomination n'est pas de nature à mettre un terme aux sempiternelles spéculations sur la succession du prince héritier Salmane et ministre de la Défense (79 ans, qui souffrirait de la maladie d'Alzheimer), puisque les fins connaisseurs des intrigues du palais ne doutent pas qu'elle porte la signature de l'homme fort du royaume, Khaled Al-Twaijri, le chef de cabinet du roi Abdallah et son bras droit.
Le décret du cabinet royal diffusé jeudi soir par la télévision officielle et annonçant la nomination du prince Moqren (69 ans, le plus jeune fils du fondateur du royaume Abdel Aziz (Ibn Saoud), et chef du renseignement de 2005 à 2012), précise qu'il continuera d'assumer ses fonctions de deuxième vice-président du conseil des ministres et de conseiller du roi.
Selon le décret, Moqren sera proclamé roi "en cas de vacance simultanée aux postes de prince héritier et de roi". Le décret précise que la décision a été prise par le Conseil d'allégeance "à plus des trois quarts" de ses 34 membres, des princes de la famille royale, et souligne que cette décision est «irrévocable, ne peut en aucune manière être modifiée ou remaniée ou interprétée par quiconque».
Conformément aux règles de succession en vigueur dans le royaume le pouvoir se transmet d'un frère à l'autre, en respectant le droit d'aînesse, parmi les fils du roi fondateur. C'était le roi Abdallah en personne qui avait établi le «Conseil d'allégeance» en 2006 pour assurer une transition pacifique du pouvoir dans cette monarchie ultraconservatrice du Golfe, première puissance pétrolière mondiale.
Or, le roi Abdallah avait déjà procédé à deux nominations aux fonctions de prince héritier sans se conformer aux règles de succession depuis son accession au trône en 2005: celle du prince Nayef, ex-ministre de l'Intérieur, après le décès du prince Sultan, également ex-ministre de la Défense, en octobre 2011, et celle du prince Salman après le décès de Nayef en juin 2012.
La nomination du prince Nayef, ultraconservateur, avait irrité le prince libéral Talal Ben Abdel Aziz, un demi-frère du roi Abdallah, au point de démissionner deux semaines plus tard du "Conseil d'allégeance", sans toutefois préciser les raisons de sa démission, un acte rare dans le royaume saoudien.‎
Le prince Talal, connu pour ses actions en faveur du développement humain, préside le Programme arabe du Golfe pour les organismes de développement des Nations Unies (AGFUND), dont les interventions sont axées sur la promotion de l'éducation et de la santé dans les pays en développement.‎ Il avait fait partie au début des années 1960 d'un mouvement des princes libres. Son fils, le prince Al-Walid, est un milliardaire à la tête du Kingdom Holding et réputé pour son libéralisme.‎
Aussitôt après l'annonce de la nomination du prince Moqren comme vice-prince héritier, le frère aîné d'Al-Walid, le prince Khaled, connu pour sa proximité avec le courant religieux conservateur, a menacé sur Twitter de révéler «les détails ignominieux » de l'instigateur de cette désignation, « le guide suprême du Diwan (palais royal) qui, avant la visite d'Obama, a mené d'intenses contacts à l'intérieur et à l'extérieur du royaume, voyageant entre pays arabes et européens, pour conforter sa position et assurer ses intérêts personnels et ceux de ses alliés et leur avenir politique », dans une allusion évidente à Khaled Al-Twaijri.
https://twitter.com/s_2O17_/status/448952266343464960/
Khaled Al-Twaijri (54 ans) est le fils de cheikh Abdelaziz en Abdel Mohsen Al-Twaijri qui avait voué sa vie jusqu'à sa mort en juin 2007 au service de la famille régnante saoudienne et occupé plusieurs hautes fonctions, notamment au sein de la Garde nationale, une unité pleinement opérationnelle de première ligne, principalement recrutée dans les forces militaro-religieuse tribales et commandée par la fils du roi Abdallah, le prince Meteab.
Au fur et à mesure que la santé du roi Abdallah (90 ans) a été miné par la maladie, bon nombre de Saoudiens ultraconservateurs ne ménagent plus sur internet et sur les réseaux sociaux leurs critiques à l'encontre de Khaled Al-Twaijri, accusé de «libéral», d'«ennemi de l'islam», d'avoir «pris en otage» le roi Abdallah et de «régenter en maître absolu du palais royal».
Certains d'entre l'accusent d'être responsable de la mise à l'écart du chef des services de renseignements du royaume et ancien homme fort, l'émir Bandar ben Sultan, et surtout de fomenter des plans pour favoriser l'accession au trône du prince Meteab, désigné récemment chef de la Garde royale, (comme le souhaite le souverain saoudien), au détriment de l'actuel ministre de l'Intérieur, le prince Mohammad ben Nayef, le préféré des Washington où il a été reçu en février par Barak Obama lui-même et par les principaux responsables au sein de l'administration américaine
Le prince Mohammad ben Nayef, qui s'est illustré dans la lutte contre le terrorisme, observe jusqu'à présent le silence. Mais rien ne dit que la guerre de succession est réglée.
C'est dans ce cafouillis que le président américain est attendu à Ryad pour sa deuxième visite depuis qu'il est à la Maison-Blanche, avec pour premier objectif: se réconcilier avec son principal allié dans le Golfe, le deuxième étant relancer un partenariat stratégique vieux de 70 ans, mais qui a été malmené ces dernières années par des divergences de vues sur l'Iran et les révoltes arabes.
Habib Trabelsi

Tags : Moqren ben Abdel Aziz Barack Obama Khaled Al-Twaijri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.