Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Philippe Séguin : Révélations sur un père présumé
Publié dans Leaders le 09 - 05 - 2015

Et si Philippe Séguin était né d'un père juif de Tunis, Albert Hayat ? Partagé entre sa famille officielle, avec un père mort pour la France qui l'avait laissé orphelin, pupille de la nation, dans sa prime enfance, et cette ascendance, il avait gardé son secret avec lui. Dans un livre qui vient de paraître aux Editions du Moment sous le titre de Le Fils perdu de la République, Michel Taubmann nous révèle une version inédite. Bonnes feuilles.
La mère de Philippe Séguin, Denise Danièle, est issue, elle aussi, d'une famille de colons, arrivés plus récemment encore que les Séguin en Tunisie. Son père, Joseph Danièle, est venu de Nice à 28 ans, au début du XXe siècle. Il fut d'abord directeur du Crédit lyonnais à Sousse puis à Bizerte, avant de devenir agent d'affaires à Tunis. Son épouse, la mère de Denise, est née dans une famille d'entrepreneurs de travaux publics, les Nicolas.
Ils ont construit plusieurs immeubles dans le quartier juif de Tunis qu'on appelle le Passage. Denise et ses parents habitent dans l'un d'entre eux, au 44, avenue de Londres. Cette artère, rectiligne et fade, bordée de constructions modernes, faisant l'angle avec l'avenue de Madrid, reliait la ville arabe à la ville européenne. Elle longeait le vieux cimetière juif, contenant les tombes de trois saints vénérés, qui sera transformé après l'indépendance en grand jardin public. L'écrasante majorité des habitants de l'avenue de Londres étaient juifs, commerçants ou fonctionnaires modestes.
«Je ne connais pas de non-juifs habitant avenue de Londres à cette époque», témoigne Jean-Pierre Allali, auteur de plusieurs ouvrages sur les juifs tunisiens. Installée au 44, avenue de Londres, la famille «francaouie» de Denise faisait exception.
Née le 20 août 1920 à Sousse, Denise, fille unique de Joseph Danièle et d'Adèle Nicolas, fut toujours choyée par ses parents. Comme les filles Séguin, elle a étudié chez les sœurs à Notre-Dame de Sion. Sans diplôme à l'issue de sa scolarité, qui coïncide avec le début de la guerre, elle travaille comme vendeuse dans un magasin de lingerie féminine, où elle sympathise avec le gérant.
Un autre père au passé moins glorieux
Ce presque trentenaire, de haute taille, à la voix forte, est chaleureux et joyeux. Passionné de théâtre et connaissant par cœur les chansons de Charles Trenet et de Tino Rossi, ce jeune père de famille, de confession juive, n'est pas le plus fidèle des époux. Le grand sourire qui illumine son visage ne laisse pas les femmes indifférentes. Denise s'éprend de lui. Elle tombe enceinte en juillet 1942 d'un bébé qui sera Philippe Séguin. Le jeune commerçant juif est-il le père?
Beaucoup d'indices et de témoignages recueillis au cours d'une longue enquête nous incitent à l'affirmer. Les enfants de Philippe Séguin comme les descendants de son supposé père biologique ont refusé de confirmer cette paternité cachée. Mais ils ne l'ont pas non plus explicitement démentie. L'auteur respecte leur souci de discrétion. Mais il ne peut occulter ce secret de famille, très largement connu dans l'entourage de Philippe Séguin et qui ne relève pas uniquement de la vie privée.
«On ne peut rien comprendre à Philippe, explique un ancien ministre UMP, si on ignore à quel point il était coupé en deux. L'homme politique voulait incarner un patriotisme inspiré par l'exemple d'un père, Robert Séguin, mort au champ d'honneur. Mais l'homme privé souffrait d'avoir appris à l'âge adulte l'existence d'un autre père, moins glorieux.» Est-ce une volonté de semer des petits cailloux pour la postérité?
Dans ses Mémoires, Philippe Séguin écrit quelques lignes, dans le cadre d'une réflexion générale sur la cohabitation entre communautés, qui pourraient être interprétées comme une allusion à la situation de sa mère : «Rien ne faisait plus scandale dans la bonne société, écrit Philippe Séguin, que la rumeur d'une liaison, réelle ou supposée, d'une Française avec un juif - fût-il français - ou, pis encore, avec un Arabe.»
Plus qu'une rumeur
Pour le reste, les Mémoires de Philippe Séguin —les divers entretiens qu'il a accordés et les livres qui lui furent consacrés de son vivant— ne mettent jamais en doute sa filiation «officielle». «Je ne sais rien concernant le cas particulier de Philippe Séguin, confie Jean-Pierre Allali, historien du judaïsme tunisien, c'est une rumeur qui court depuis plusieurs décennies. C'est vrai, le père attribué à Philippe Séguin, bien connu dans la communauté, lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Pas seulement les traits du visage mais aussi la stature, la corpulence, la voix, grave et rauque, le rire, les expressions du visage. C'était très frappant. Est-ce vrai ? Je ne sais pas. Est-ce plausible ? Bien sûr. A cette époque, il y a eu des cas de substitution de père ou de mariages arrangés pour sauver l'honneur d'une jeune fille.» [...]
Il assiste à l'enterrement de son père biologique
Dans la nuit du 17 au 18 août [1995], à 2h45 très précisément, son père biologique, Albert Hayat, rend l'âme à son domicile personnel du 15, rue Auguste-Lançon, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Agé de 82 ans, Albert Hayat était malade depuis longtemps. Mais son état de santé s'est brutalement aggravé. Dans Paris déserté par les vacanciers, Albert Hayat est accompagné seulement par son épouse, Arlette, et un de ses fils, David, âgé de 57 ans.
Philippe Séguin, alors en vacances, revient à Paris. Un peu à l'écart du cortège, il suit l'enterrement d'Albert Hayat dans le carré juif d'un cimetière parisien. Sa présence ne passe pas inaperçue. Les participants à la cérémonie sont peu nombreux. Il est un personnage connu. Et certains membres ou amis de la famille comprennent alors le lien secret entre Albert Hayat et Philippe Séguin.
Le Fils perdu de la République,
par Michel Taubmann.
Editions du Moment, 305p., 19,95€.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.