Aides gouvernementales: Allocation de 270 millions de dinars aux catégories touchées par la crise sanitaire    Al-Sissi et Saïed ont convenu de proclamer 2021-2022, année de la culture tuniso-égyptienne    Tunisie – Qui va financer le fond anti covid ? Les ministres donnent l'exemple    Tunisie – Qu'attend le président Kaïs Saïed pour se faire vacciner ?    Tunisie | Horaire administratif durant le mois de Ramadan    Espérance de Tunis : Ben Khalifa titulaire contre le MC Alger    Les mosquées maintenues ouvertes hors des heures du couvre-feu    Un important site archéologique romain découvert au Kef    La Tunisie, sous le manteau    Match Real Madrid vs Barça : Où regarder le clasio du 10 avril 2021?    Hand-Supercoupe d'Afrique : l'Etoile du Sahel face au Zamalek pour un billet au Mondial des clubs    La Liga: Real-Barça, les compos probables    Le chef du gouvernement décide de rétablir le couvre-feu à partir de 22H00 au lieu de 19H00    Création d'un fonds pour soutenir les personnes et professionnels sinistrés par le Covid-19    Kaïs Saïed : La sécurité de l'Egypte est la nôtre !    L'écosystème HMS de Huawei compte 2,3 millions de développeurs à travers le monde    Ligue des champions : Le programme des quarts de finale retour    Accusé de trahison et de corruption par Rached Khiari, Imed Hammami répond    La Tunisie organise sa 1ère foire virtuelle internationale de l'artisanat    Le PNUD et 16 organisations de la société civile tunisiennes partenaires    Tunisie: Kais Saied souligne l'importance de lutter contre l'extrémisme religieux    Tunisie – L'inestimable cadeau de Saïed à Mechichi    Tunisie- Hichem Mechichi en visite à Gabès : Le projet Désert joy [vidéo]    Tunisie – Une moyenne de plus de quinze heures de jeûne par jour    MEMOIRE : Zakia LADHARI veuve Mustapha El BEHI    Education Nationale | lancement du projet onusien sur l'autonomisation du système éducatif en Tunisie : Favoriser la résilience des jeunes face aux discours violents    Attijari bank et le PNUD organisent conjointement le Hackathon Tek-صح    Express    Energie : Le mix énergétique comme solution pertinente    L'Utap dénonce la fermeture des marchés hebdomadaires    Environnement | Débarrassez-moi de ces ordures…    Le Bardo se met à l'intelligence artificielle    Projet «Ciné labo» de Abdallah Chamekh : Instaurer la culture de la production cinématographique en milieu scolaire    Championnat arabe d'athlétisme à Tunis : Un tremplin pour Tokyo    «Souk al mout'â» (Le marché du plaisir), recueil de nouvelles en arabe de Mounira Rezgui : Des mots comme autant de réverbères    Tunisie: Kais Saied visite les sites historiques du Caire [vidéo]    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, mouvement habituel après l'entrée en vigueur du couvre-feu à Médenine    Disparition : Mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Tunisie-Moncef Marzouki : "Toutes mes excuses à l'âme de Mohamed Morsi et aux martyrs de Rabaa et des autres terribles massacres!"    Décès du prince Philip, époux de la reine d'Angleterre    Par Henda Haouala – Séries TV tunisiennes : un marché de production à prendre au sérieux    Invocation pour accueillir le ramadan    La consolidation des liens de sang procure la richesse et la longévité    Nouveau tirage - Où trouver le livre de Mohamed Ennaceur : Deux République, une Tunisie (Vidéo)    Sortie du livre de photographie "Winter Bloom" de Souheila Ghorbel    Lutte contre l'immigration clandestine : Des radars spéciaux pour localiser tous types de bateaux dans un rayon d'environ 18 km    Kasserine : Un couple de terroristes tué à Mont Selloum    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Les jeunes, la révolution et les réformes
Publié dans Leaders le 07 - 03 - 2021

Par Riadh Zghal - Ce qui est arrivé entre décembre 2010 et janvier 2011 était une révolte non une révolution. Pour qu'il y ait révolution, il faut des changements profonds dans tous les domaines depuis le culturel jusqu'à l'économique, en passant par le politique. Les changements politiques, on les a eus certes, mais le reste a été malheureusement placé sur une voie de dégradation continue. Les mauvais choix politiques ont été élaborés par ceux qui se sont placés au-devant de la scène, se prévalant de leur opposition au régime destourien institué depuis l'indépendance.
L'étendard du changement des institutions levé par les ténors des nouveaux arrivants sur la scène politique était fondé sur de faux paradigmes. D'abord les jeunes qui sont descendus dans la rue au prix de leur vie et de leur intégrité physique - les morts et les blessés étaient parmi eux – n'ont pas demandé de changement de la constitution, mais de la liberté, de la dignité et de l'emploi. Le second faux paradigme était que le changement des institutions de gouvernement du pays allait modifier la société. Alors ceux qui étaient arrivés à l'Assemblée constitutionnelle puis au Parlement ont tout oublié des appels des révoltés pour se consacrer à une lutte pour le pouvoir de remodeler la société en référence à une idéologie, à une conception des rapports de travail, à des intérêts particuliers… Une boîte de Pandore d'oppositions, d'antagonismes, de conflits s'est ouverte donnant lieu à une paralysie du développement économique. Entretemps, les caisses de l'Etat ont été vidées par plus d'un moyen : la «compensation» de ceux qui étaient dans l'opposition au régime précédent, comme si choisir de militer dans l'opposition donnait le droit de recevoir un prix payé par les contribuables, la création de nombreuses instances supposées veiller à la bonne gouvernance des affaires publiques mais c'est le contraire qui s'est produit. Et quand la question d'imputation de la responsabilité de la mauvaise gouvernance se pose, chaque parti ayant participé au pouvoir s'en défend et la rejette sur les autres. Puis on a exhibé une «volonté de lutte contre la corruption» qui a plutôt servi comme arme politique. Et voilà que des députés et autres hommes du pouvoir se transforment en inquisiteurs bloquant des réformes ou poussant à l'arrestation de leurs adversaires même sans jugement. Les ministres qui ont tenté de mettre de l'ordre et de s'occuper de réformes ont vite fait d'être balayés et le jeu des remaniements ministériels et des changements de gouvernement est devenu la règle : en 10 ans on en compte 11, et ce n'est pas fini. Alors adieu les réformes, les plans de développement, l'amélioration des conditions des populations et des régions marginalisées. En revanche, le mal s'est installé progressivement pour durer et s'aggraver: davantage de chômage et d'endettement, de moins en moins de croissance pour arriver à aujourd'hui à un taux négatif de -8%, encore plus de clivages sociaux et de médiocrité du paysage politique entraînant défiance, morosité, morbidité et mouvements sociaux continus destructeurs de ce qui reste de l'économie du pays.
Qu'en est-il des jeunes qui sont descendus dans la rue en janvier 2011 ? Ceux qui avaient 20 ans à l'époque en ont 30 aujourd'hui et que font-ils ? Il faut se rendre à l'évidence et reconnaître que, pire que le gaspillage économique, le pays est en train de gaspiller son capital humain et cela ne semble point effleurer la conscience de ceux qui se querellent pour leur positionnement au pouvoir. Le chômage a atteint la barre des 17%, des jeunes continuent à ériger des barricades sur les routes et les sites de production, d'autres émigrent soit légalement, soit en s'entassant sur les bateaux de la mort, d'autres quittent leurs établissements éducatifs et de formation tous cycles confondus, d'autres se droguent, d'autres s'engagent dans l'économie informelle depuis les commerces à la sauvette jusqu'aux trafics de toutes sortes, et d'autres sont en prison dont certains condamnés à une peine de 30 ans pour avoir consommé un joint ! Sans encadrement, sans perspectives, beaucoup de jeunes et de moins jeunes abreuvés par un paysage politique désolant se perdent dans les méandres de la pauvreté, de l'isolement et du désespoir que des médias plus ou moins complices se plaisent à les y enfoncer. Pourtant, nombreux sont les jeunes qui créent leurs projets, leurs start-up, qui s'investissent dans les organisations de la société civile, qui créent dans l'art, la littérature, la technologie. En revanche, sur le plan politique on voit plutôt des seniors et surtout des politiciens du troisième âge qui occupent les positions critiques du pouvoir !
Faut-il crier au désespoir ou garder espoir dans l'avenir de ce pays moribond ? Comme c'était le cas en janvier 2011, le pays reste ouvert à tous les possibles quoique ce ne soit pas un retour à la case départ.
L'espoir viendra peut-être de ces jeunes qui ont maintenant grandi, qui se secoueront de leur léthargie politique pour occuper la place qu'ils méritent sur la scène politique à l'échelle régionale et nationale. Le pays a besoin d'eux car ils sont plus connectés à ce nouveau monde de l'économie de la connaissance, de la technologie et de la création, plus agiles et plus réactifs par opposition à leurs aînés plus conservateurs et souvent fixés sur leurs «lignes rouges» empêchant tout changement.
L'espoir peut venir aussi des seniors de la politique, non avides de pouvoir, qui se consacrent à soutenir les plus jeunes qu'eux à s'organiser et à s'exercer à l'activité politique au service de la communauté et non des idéologies désuètes. Des seniors de cet acabit, il en existe encore dans notre pays fort heureusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.