RECYCLE, Salon Art et Objet: Le salon des objets crées à partir des produits récupérés    Yamina Zoghlami : La présidence doit fournir la liste des élus qui ont monnayé leurs services    Salaheddine Jourchi- Kais Saied a déjà commencé à mettre en exécution son plan [Audio]    Les fabricants d'aliments de bétail appelés à renoncer à leurs marges bénéficiaires    Municipalité de Raoued : Le chef de l'Etat doit prendre ses responsabilités face aux profiteurs qui usurpent la révolution    Le Kram: Le plafond d'une salle de classe s'écroule alors que des élèves sont à l'intérieur [vidéo]    Mohamed Goumani : Kaïs Saïed continue de diviser les Tunisiens et d'élargir le cercle de ses adversaires    Que comprendre du discours de Kaïs Saïed ?    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    AMI Assurances se donne les moyens de ses ambitions et annonce l'augmentation de son capital social    La Commission européenne veut imposer le chargeur universel pour smartphone d'ici 2024    Salon Web Summit 2021: Les startups tunisiennes appelées à participer    Change devises en dinar tunisien : Cours du 21 septembre 2021    Football : Programme TV de ce Mardi 21 Septembre 2021    La Ligue des Etats arabes tient sa réunion consultative à New York    Iyadh Elloumi: Kais Saied est un danger pour le pays    Une manifestation en soutien à la journaliste Arwa Baraket    Tunisie – Coronavirus: une 3ème dose pour les personnes déjà vaccinées par un vaccin non reconnu dans certains pays    Spectacle "Voyage avec la Lumière" à la Cité des Sciences de Tunis    Bad Buzz: Un centre commercial offre jusqu'à 80% de remise, pour les Lybiens    26 septembre : sixième journée portes ouvertes pour la vaccination    Couacs lors du discours de Sidi Bouzid : La présidence n'avait pas prévenu les équipes de la Télévision nationale    Ligue des champions (2e tour préliminaire) : Le programme    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Discours de Kais Saied- Nabil Hajji souligne les failles de communication    Ennakl Automobiles : Le groupe réalise un bénéfice semestriel de plus de 18 MD    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Bientôt un gouvernement et des dispositions transitoires, promet Saïed depuis Sidi Bouzid    Prévisions météo pour ce lundi    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: Péril imminent. Oui, péril vraiment imminent !
Publié dans Leaders le 31 - 07 - 2021

Par Mohamed Larbi Bouguerra - Les experts en droit constitutionnel ont beau s'égosiller sur l'article 80 et faire, avec suffisance, des déclarations savantes, le plus important est pourtant ailleurs, loin des envolées des juristes et des rhéteurs. « N'ayant pas la force d'agir, ils dissertent » disait avec justesse Jean Jaurès.
Du nord au sud et de l'est à l'ouest, les ordures jonchent le pays dans une indifférence quasi générale, quasi pathologique. A cet égard, il nous faut revoir le fonctionnement et le rendement de la police de l'environnement lancée en juin 2017 avec tambour et trompettes mais dont le rendement est problématique au regard des 3,2 millions de dinars investis dans sa création. Depuis la Révolution, on a essayé vainement d'interdire les sacs (noirs et les autres) en plastique. On se souvient des sorties de M. Youssèf Chahed à ce sujet. Il n'en demeure pas moins que la Tunisie est actuellement le quatrième utilisateur de plastique au monde. Les sacs en plastique à usage unique, interdits en vertu du décret n°32 du 16 janvier 2020, sont toujours commercialisés et contribuent largement au désordre écologique de notre pays qu'ils défigurent et empoisonnent car aucune politique d'enfouissement, de recyclage ou de ramassage n'est mise en place. Puisse le Président mettre fin aux menées des lobbys du plastique et redonner vie à nos métiers traditionnelles ! Mettre fin à la corruption est bien mais une politique environnementale qui tienne la route serait un atout majeur. A l'étranger, on parle d'une « politique environnementale en dents de scie » en Tunisie.
La pénurie d'eau et le stress hydrique crucifient la population dans beaucoup de régions et frappent de nombreux secteurs suite à des sécheresses récurrentes qui ont eu raison de l'approvisionnement de nos barrages. Il est de notoriété publique que notre pays est en première ligne pour le réchauffement climatique. C'est même le pays méditerranéen le plus touché par les phénomènes climatiques. Les températures caniculaires ne cessent de grimper et les incendies ravagent nos forêts. On sait que le sud du pays est particulièrement affecté par ces chaleurs et par la sécheresse. De plus, les sols tunisiens souffrent de ce fait et les agriculteurs utilisent de plus en plus des pesticides douteux - comme à Monastir chez les producteurs de piment - et des engrais dans l'espoir d'assurer un rendement correct. Mais ces intrants chimiques coûteux menacent la nappe phréatique et ont des répercussions sur les prix des fruits et légumes pour le consommateur.
Comment oublier dans cet inventaire l'élévation du niveau de la mer et l'érosion de nos côtes ? Comment oublier ces pollutions industrielles qui défigurent le pays de Bizerte à Sfax et de Gafsa à Gabès ? Pour ne rien dire de la nouvelle vague de Covid-19 et de ses plus de 18000 cortèges funèbres qui nous brisent le cœur.
Depuis le 25 juillet, le Président de la République s'attache à dépoussiérer certains dossiers. Il faut espérer qu'il tienne compte rapidement de ceux intéressant l'environnement des Tunisiens. Il faut espérer que le locataire de Carthage résoudra l'humiliante affaire des déchets italiens débarqués sur les quais du port de Sousse et traduira en justice les responsables.
A l'heure où le pays essaie de s'attaquer aux vrais problèmes, il est essentiel que la question environnementale soit affichée en tête des préoccupations du Président.
Il n'est plus question de dire qu'il faut s'inquiéter des questions environnementales pour le bénéfice de nos enfants et de nos petits-enfants, les inondations en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Italie (lac de Côme)… par exemple, prouvent que le changement climatique est bien là. Aujourd'hui, il est avec nous et bouleverse nos vies. Ce n'est plus une prévision et un avertissement sans frais des climatologues. En Europe comme en Amérique du Nord, ses dégâts n'en sont que trop visibles. Après les tempêtes de neige apocalyptiques de cet hiver, les Etats Unis, le Canada, l'Inde et le Moyen-Orient subissent des températures caniculaires exceptionnelles et des incendies dévastateurs.
Des signaux qui ne trompent guère
Pour étayer ces faits, une nouvelle étude des signaux vitaux de la planète montre que de nombreux indicateurs-clés de la crise climatique mondiale empirent, voire approchent - et même dépassent - le point de non-retour alors que la terre subit des températures caniculaires.
Au total, ce travail révèle que 16 des 31 signaux vitaux de la planète étudiés accusent de nouveaux records bien inquiétants. C'est le cas pour les gaz à effet de serre (GES), la température de l'océan et la masse des glaces. (Lire Katharine Gammon, The Guardian, 28 juillet 2021).
Un des auteurs de l'étude, William Ripple, écologiste à l'Université de l'Oregon aux E.U., a déclaré : « Il existe de plus en plus de preuves que nous nous rapprochons des points de basculement associés à des secteurs importants du système terre ou que nous les avons déjà dépassés". Ceci est surtout dû au maintien du statu quo : "l'un des principaux enseignements du Covid-19 est que même une réduction colossale des transports et de la consommation est loin d'être suffisante et que, au contraire, des changements et des transformations radicaux du système sont nécessaires". Si la pandémie a entraîné l'arrêt des économies et modifié la façon dont on envisage le travail, l'école et les voyages, elle n'a guère contribué à réduire les émissions globales de gaz carbonique. L'utilisation des combustibles fossiles a légèrement baissé en 2020, mais les auteurs d'un rapport publié dans la revue BioScience affirment que le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux "ont tous établi de nouveaux records depuis le début de l'année pour les concentrations atmosphériques en 2020 et 2021". En avril 2021, la concentration de CO2 a atteint 416 parties par million, soit la concentration moyenne mensuelle mondiale la plus élevée jamais enregistrée. Les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées ont toutes eu lieu depuis 2015, et 2020 a é té la deuxième année la plus chaude de l'histoire.
L'étude a également révélé que les ruminants, source importante de gaz méthane (GES), sont désormais plus de 4 milliards, et leur masse totale est supérieure à celle de tous les humains et animaux sauvages réunis. La consommation de viande des riches a ainsi des retombées sur tout le système terre et ses habitants. Les pays du Sud payent la facture, eux qui consomment si peu de protéines dans un monde injuste. L'acidification des océans est proche d'un record historique, et lorsqu'elle est combinée à des températures océaniques plus élevées, elle menace les récifs coralliens dont plus d'un demi-milliard de personnes dépendent pour leur alimentation, les dollars du tourisme et la protection contre les tempêtes.
Afin de changer le cours de l'urgence climatique, les auteurs écrivent que des changements profonds doivent se produire. Ils affirment que le monde doit développer un prix mondial du carbone lié à un fonds socialement juste pour financer les politiques d'atténuation et d'adaptation au climat dans les pays en développement. Les auteurs soulignent également la nécessité d'une élimination progressive et d'une interdiction éventuelle des combustibles fossiles, ainsi que le développement de réserves climatiques stratégiques mondiales pour protéger et restaurer les puits de carbone naturels (forêts) et la biodiversité. Ils soulignent que l'éducation au climat devrait également faire partie des programmes scolaires dans le monde entier. "Les politiques visant à atténuer la crise climatique ou toute autre menace de transgression des limites planétaires ne devraient pas être axées sur le soulagement des symptômes, mais sur le traitement de leur cause profonde : la surexploitation de la Terre", indique le rapport. Ce n'est qu'en s'attaquant à cette question centrale, écrivent les auteurs, que les gens pourront "assurer la durabilité à long terme de la civilisation humaine et donner aux générations futures la possibilité de s'épanouir". Cette surexploitation de la terre ne vient pas des damnés de la terre mais elle vient, entre autres, de ceux qui transportent par avion des étalons et des chevaux de courses pour les concours hippiques outre Atlantique.
La Chine, les Etats Unis et les autres pays industrialisés sont les grands responsables des phénomènes climatiques exceptionnels qui deviennent récurrents. Les pays du Sud subissent de plein fouet des désordres climatiques meurtriers. Des mécanismes efficaces dédiés doivent être trouvés pour atténuer ces changements climatiques dans les pays du Sud et qui, poussant à l'exode, sont gros de troubles et de violences.
M. Le Président, autant que la sécurité et la santé sont importantes, autant l'environnement aussi est une problématique majeure aujourd'hui. Mais vous le savez, le capitalisme, dit-on, ignore le temps long et donc l'exigence écologique. Il ne faut pas que, après le 25 juillet, notre pays tombe dans ce piège qui est…. « un péril imminent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.