Coronavirus : 1 décès et 47 nouvelles contaminations, Bilan du 17 octobre    L'Algérie renforce ses vols à destination de la Tunisie    Tunisie – 21 personnes toujours portées disparues dans le naufrage d'une barque au large de La Chebba    Ligue des Champions : programme des matches retour du 2e tour préliminaire    Tunisie – Un avion libyen atterrit d'urgence à Monastir    Tunisie : Appel à l'élaboration d'une loi contre les violences politiques virtuelles    Décès de l'ancien chef ce la diplomatie américaine Colin Powell des suites du covid    Tunisie – Le parti « Achaâb yourid » appelle Nadia Akacha à démissionner et à se rendre à la justice    Seif Eddine Makhlouf n'a pas été transféré à l'hôpital militaire    Tunisie – Tunisair Express : Reprise des vols Tunis – Tozeur    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Opel dévoile la sixià ̈me génération de l’Astra    Signature d'un accord entre Syphax Airlines et TUI Russia pour le transport de 50.000 touristes depuis la Russie vers la Tunisie    Ounaies : Il ne faut pas prendre négativement la séance du Congrès US à propos de la Tunisie    Aux yeux de Kaïs Saïed, si tu es riche, tu es suspect !    Foot Tunisien – le Bilan de nos expatriés    Yassine Ayari exprime son entière solidarité avec Moncef Marzouki et Ahmed Nejib Chebbi    Bir Bouregba: Taoufik Charfeddine se rend au siège de l'unité spéciale de la Garde nationale    Mohamed Ali Boughdiri : Il ne faut pas avoir peur du retour de la dictature en Tunisie    Amen Allah Messaâdi : La loi sur le passe vaccinal est en train d'être élaborée    Tennis – Classement ATP : Malek Jaziri 297e mondial    Le ministre du Tourisme assiste aux festivités du Mouled à Kairouan [Photos]    Accès gratuit aux monuments historiques à l'occasion de la fête du Mouled    Dr Reinincke à la tête du German Orient Institute    Bilan - Covid-19 : 133 nouveaux cas et trois décès le 16 octobre    Le ministère du commerce lance un programme de contrôle du secteur des fruits et légumes    Signature d'une convention de partenariat entre Fipa Tunisia et Novation City    Montpellier – Lens : Où regarder le match en direct et live streaming ?    QNB participe à la campagne de sensibilisation à l'importance du dépistage précoce pour prévenir le cancer du sein    Riadh Zghal - Tunisie: Où va le processus de la transition démocratique ?    Octobre rose : Campagne de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein à Sidi Bouzid    Ons Jabeur s'incline face à Paula Badosa Gibert    Lyon vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Les membres du Grand Jury des JCC    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception
Publié dans Leaders le 27 - 09 - 2021

Les mythes, surtout lorsqu'ils contribuent à la formation du roman et de l'identité d'une nation, ont la vie dure. Au nombre de ceux-là, l'on peut compter celui de «l'exception tunisienne». Malgré sa déconstruction par le chercheur Michel Camau et par l'historienne Leyla Dakhli, le recours à ce mythe n'a jamais cessé, pour preuve l'usage qu'en ont fait Mark Halter et Skander Ounaies pas plus tard que le mois d'août dernier, chacun dans une tribune dans l'hebdomadaire français Marianne.
«Tounès Mouch-normal»
L'expression «exception tunisienne», on le sait, est ambiguë puisqu'elle peut, en fonction de l'utilisateur, recouvrir des connotations tout aussi bien positives que négatives.
En effet, Lorsqu'il en est fait un usage interne, par les Tunisiens eux-mêmes, elle s'apparente à de la fierté et prend des résonnances nationalistes ou tout du moins patriotiques: «La Tunisie est le seul ou l'unique ou le premier pays du Maghreb ou de l'Afrique ou du monde arabe voire du monde à… ». Cette autoglorification convoque alors non seulement des personnages historiques tels que Hannibal, Caracalla, Didon, Ulysse, Kahina, Ibn Khaldoun, Tertullien, Saint-Augustin… mais aussi toute personne célèbre ou valeureuse touchant de près ou de loin la Tunisie par la naissance, l'origine, le séjour, le voyage…, et elle se trouve ainsi annexée et parfois malgré elle: Claudia Cardinale, Gisèle Halimi, Philippe Seguin, Azzedine Alaïa,… Bertrand Delanoë… mais aussi Flaubert, Klee, Kandinsky…
Cette unicité prend les allures d' une distinction, d'une élection mais lorsqu'elle est utilisée par des non-Tunisiens, croyant flatter, elle résonne comme une anomalie, comme une exception qui confirmerait une règle générale et intangible qui s'appliquerait à un ensemble plus ou moins large et notamment l'espace arabe. Alors à l' autoritarisme militaire et policier, au machisme et à la condition déplorable des femmes , à la répression et à la violence sociale… on oppose la douceur de vivre tunisien, le statut personnel et la libération de la femme par Bourguiba, la nouvelle constitution et la transition démocratique…
L'état d'exception
C'est connu, les Tunisiens ont inauguré le «printemps arabe» et ont inventé tour à tour «le putsch médical» en écartant Bourguiba, le «dégagisme» en démettant Ben Ali et les voilà en train d'inventer un nouveau genre de coup d'état, le «constitutionnel» pour se débarrasser de l'Islam politique. Et il s'est trouvé certains commentateurs pour expliquer par «l'exception tunisienne» le fait qu'aucune goutte de sang n'a coulé lors de ce «coup» qui en vérité signe la normalisation du Pays!
La normalisation
Cette «normalisation» s'est déroulée en trois étapes:
1. le 25 juillet Kaïs Saïed a pratiqué la «stratégie du coucou» en profitant dela colère populaire de grande ampleur qui s'est déclarée partout dans le pays, pour prendre des «mesures exceptionnelles»ben invoquant un «péril imminent» et en s'appuyant sur l'article 80 de la Constitution.
2. Le 23 août, un mois après, pour se donner du temps et calmer l'impatience grandissante de ses compatriotes qui n'en peuvent mais, il a prolongé les mesures exceptionnelles du 25 juillet jusqu'à nouvel ordre.
3. le 22 septembre dernier, le Président a promulgué un décret qui lui attribue tous les pouvoirs et qui officialise sans détour et sans complexe «l'état d'exception» tel qu'il est défini par les meilleurs juristes: «On appelle état d'exception une situation dans laquelle, en invoquant l'existence de circonstances exceptionnelles particulièrement dramatiques et la nécessité d'y faire face – on songe par exemple à une catastrophe naturelle, une guerre, une insurrection, des actes terroristes ou une épidémie –, on suspend provisoirement l'application des règles qui régissent ordinairement l'organisation et le fonctionnement des pouvoirs publics et l'on en applique d'autres, évidemment moins libérales, qui conduisent à une plus grande concentration du pouvoir et à des restrictions aux droits fondamentaux.»*
Cette série de décrets qui, comme l'ont fait remarquer certains, constitue «mini-constitution» met fin à la «transition démocratique» qui dure depuis 2011, envoie aux oubliettes la «meilleure constitution du monde arabe» et, malgré les protestations des partisans de l'identité amazigh, carthaginoise, phénicienne…la Tunisie reviendrait dans le giron arabe où elle est serait désormais soutenue par Les Saoudiens, les Emiratis et les Egyptiens.
Ce désormais pays arabe comme les autres suscite l'inquiétude des démocrates car il n'est plus à l'abri de la tentation militaire puisque Kaïs Saïed a donné l'occasion à l'armée de goûter au pouvoir en y faisant un long stage pratique !
Slaheddine Dchicha
* Michel Troper, «L'état d'exception n'a rien d'exceptionnel», Le droit et la nécessité, PUF, coll. «Léviathan», 2011, p.99


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.