Tunisie – Monastir : Arrestation d'un enseignant pour éloge du terrorisme    Fitch Ratings : La conjoncture fragilise les institutions financières non bancaires tunisiennes    Bourse de Tunis : Le Tunindex à l'équilibre    Amical : Le CA et le CR Belouizdad se quittent sur un match nul (1-1)    FTF : Nouvelles nominations à l'EN juniors et la DNA    Tunisie – FMI : Engagement à appuyer la réforme du système fiscal tunisien    Nabeul De fortes pluies causent le blocage de certaines routes    Le PDL dénonce un complot visant à assassiner Abir Moussi    France : On refoule toujours les "étrangers" à la plage, la gauche dénonce, motus chez Macron    Gabès: Non-lieu pour l'équipage du navire « Xelo »    Sfax: 10 enseignants traduits devant le conseil de discipline (Vidéo)    Baisse des investissements déclarés de près de 60% en deux ans    Non-lieu pour la complice de Rached Khiari    5 employés de la société SELECTA traduits en justice pour leur activité syndicale    75 ans d'Inde progressiste    Refus de libération de la mairesse de Tabarka    Nizar EL BEZ, expert en entrepreneuriat et Directeur marketing de Yalla Fid, à La Presse : « Il est temps que le label ''Made in Tunisia'' ressuscite des ruines de Carthage »    Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin    Tunisie: En ces temps difficiles, soyons tous des citoyens responsables    Signature du mémorandum d'accord d'un jumelage entre la Municipalité de La Goulette et La Municipalité turque de Muratpasa/Antalya    MEMOIRE : Mohamed Sghaier Abid LADEB    Sfax: 8 corps de migrants repêchés à Kerkennah    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Arts plastiques : Le festival international de Mahrès reporté    LK'AL ce soir : L'Algérien Mouh Milano à Bizerte    Festival international de Hammamet | « Rboukh » de Hatem Lajmi : Un spectacle complet !    Marcel Khalifé et Bachar Ma-Khalifé rendent hommage à Mahmoud Darwich à Hammamet    Shimizu Shinsuke, ambassadeur du Japon à Tunis: Le Japon, la Tunisie et l'Afrique, de larges perspectives    Tunisie-Blanchiment d'argent: Hausse des déclarations de soupçon    5 choses à savoir sur les nouveaux smartphones pliables Galaxy Z Flip 4 et Galaxy Z Fold 4 de Samsung    Bassem Trifi : la liste des magistrats révoqués était l'initiative de la ministre de la Justice    Tunisie : Les douaniers menacent d'une grève à cette date    Annulation de la grève des boulangeries    Un Tunisien tue un étranger    CONDOLEANCES : Aïcha SOUID    La Commission d'appel reporte son verdict à septembre : La gabegie s'installe de nouveau...    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Super League africaine : coup d'envoi de la compétition en août 2023    Europa League (3è tour retour): le programme de ce jeudi    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    Météo : Temps stable et températures entre 30 et 40 degrés    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Sarra Hamdi en Bronze    Tahar Melligi est décédé    Patatras : Lotfi Abdelli ne s'exile plus, il remet ça avec la protection des policiers    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tribune | Mon message d'Hiroshima    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le 24 juin, anniversaire de la création de l'armée nationale: L'élite militaire tunisienne existe-t-elle?
Publié dans Leaders le 24 - 06 - 2022

Par le Colonel (R) Mohamed Kasdallah - Six décennies de souveraineté et de décisions autonomes. C'est sans doute une occasion propice pour dresser un bilan et il y a tout lieu de croire qu'on aura droit à un ordre du jour, à des discours et à des recommandations préparés pour la circonstance. On nous rappellera les moments marquants de l'histoire de cette honorable institution et on nous débitera des chiffres se rapportant aux efforts consentis par la communauté nationale pour dire où sont parties nos dépenses. Les mêmes mots, les mêmes arguments reviendront, secteur par secteur, branche par branche, événement par événement, jusqu'à ce que nul n'écoute plus. Alors, on plie les papiers, on fait descendre les couleurs et on annonce la clôture de la cérémonie en attendant de nous retrouver l'an prochain pour présenter un autre bilan.
Cette manière de faire nous caractérise bien. Certes, on n'est pas les seuls au monde à nous comporter de la sorte mais est-ce une raison pour agir ainsi ?
«Il n'est de bon vent pour qui ne sait où aller»
Le présent article s'inscrit, bien entendu, dans la commémoration de cet événement historique mais également dans une interrogation sur les orientations données à cette armée à court et à long terme et la manière de sortir des sentiers battus suivis jusqu'ici.
Pourquoi sommes-nous donc condamnés à ne regarder que pire que nous ? Quelle est donc cette maladie qui nous empêche de lever la tête pour regarder haut ; regarder ceux qui ont pris leur envol dans le ciel de l'humanité ? Quelle est donc cette chose qui nous maintient collés à la mouise (misère) depuis soixante ans ?
Si nous posons ces quelques questions, ce n'est pas pour cracher dans la soupe, comme on dit, car il faudrait rester positif et ne pas être aveugle doublé d'ingrat pour oser nier que des efforts aient été faits...et de très grands efforts. Mais on pose ces questions pour dire que l'efficacité a manqué. Elle a toujours manqué. Tout ce que nous avons entrepris n'a pas fini en queue de poisson ! Est-ce parce que nous ne faisons pas bien les choses ?
Comment pourrions-nous le faire alors que les responsabilités ne sont pas attribuées en fonction des compétences ou du mérite ? ... Et je m'arrête là pour éviter toute polémique. Un soixantième anniversaire est loin d'être indiqué pour une telle chose. Je dirais seulement que nos problèmes sont plus durs que nos aspirations. Ils reviennent à chaque saison, un peu plus difficiles à supporter et un peu plus compliqués à résoudre. Normal, lorsqu'on ne sait ni où aller ni comment.
L'armée vaut ce que vaut en général son élite
L'armée ne se définit plus seulement à travers ses officiers de carrière. C'est plutôt grâce à son élite, de tout grade et de tout statut, qu'elle est désormais réputée mériter une attention particulière de la part de l'Etat.
Quelle que soit la perfection des armes, le rôle de l'homme reste déterminant. Or, de nos jours, il n'y a plus place pour les médiocres ou les moyens. Seuls les brillants auront droit à toute notre considération.
Qu'est-ce que l'élitisme dans l'armée?
Le terme élite désigne quelque chose d'exclusif. Une élite est formée de personnes ou de groupes qui se trouvent aux échelons supérieurs d'une hiérarchie et qui ont normalement plus de pouvoir, d'influence, de mobilité, de statut et surtout de prestige que le reste. Le concept d'une élite militaire est traditionnellement axé sur la relation d'un groupe donné à l'intérieur de sa propre institution, l'armée.
Quoi qu'il en soit, toute la question de ce qu'il convient d'appeler une élite militaire n'est pas aussi évidente qu'on le croit. Le terme est souvent utilisé à mauvais escient par le personnel militaire. En effet, divers groupes, tels que les parachutistes, les pilotes de chasse, certaines unités des armes, pour ne nommer que ceux-là, ont été toujours qualifiés d'élites.
L'élite militaire existe-t-elle en Tunisie?
Poser cette question pourrait paraître aujourd'hui une préoccupation décalée, au moment où l'armée, sollicitée sur de nombreux fronts, vit des mutations opérationnelle, stratégique et structurelle profondes.
Certains pourraient même penser que parallèlement à la libéralisation de la société en général, la «société militaire» devrait faire preuve d'ouverture d'esprit et se «banaliser» au maximum, renonçant à son particularisme et ses spécificités. Car parler de l'élite militaire, c'est nécessairement la mettre en relation et en comparaison avec les normes de l'élite civile.
Depuis quelques années, un effort dans ce sens a été fait mais il est loin d'avoir atteint les résultats souhaités. En règle générale, les personnels militaires ont toujours l'impression de vivre en marge de la nation, de ne pas être compris par elle et par les décideurs politiques. Il suffit de faire une comparaison rapide des modes de rémunération des militaires et de ceux des fonctionnaires civils de l'Etat.
Cela étant dit, l'élite militaire tunisienne existe-t-elle ? La réponse est affirmative. Sans contester la spécificité que chaque profession peut revendiquer, je considère encore que tout officier de l'armée est par définition une élite. Il a été trié sur le volet avant de rejoindre l'armée. Il a reçu une formation solide. Etre officier n'est pas un simple métier, ce n'est pas une passion mais une vocation, un engagement à servir, au besoin, par les armes. Être officier ne se résume pas à détenir des savoirs et maîtriser des savoir-faire. C'est aussi un état d'esprit et un savoir-être.
Le savoir-être de l'officier, un penseur militaire l'a parfaitement décrit, lorsqu'il rappelle à ses obligations celui qui prétend un jour devenir un chef:
«Si tu ralentis,ils s'arrêtent;
Si tu t'assieds, ils se couchent;
Si tu doutes, ils désespèrent;
Si tu critiques, ils démolissent;
Mais...si tu marches devant, ils te dépasseront;
Si tu donnes la main, ils donneront leur peau»
Au service de son pays, l'officier est un soldat qui lui est entièrement dévoué, en tout temps et en tous lieux. Il accomplit sa mission avec la volonté de gagner et de vaincre, et si nécessaire au péril de sa vie.
Aussi au milieu d'une société de plus en plus individualiste et hédoniste, l'officier, en tant qu'élite, est-il toujours tenu de mettre en avant les intérêts du groupe, de la collectivité et, in fine, de la Tunisie.
Par ailleurs, l'état militaire de l'élite exige, en toute circonstance, esprit de sacrifice, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité.
Qui peut en dire autant?
Les devoirs qu'il comporte et les sujétions qu'il implique méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation.
L'officier n'est donc pas un citoyen comme les autres. De fait, la spécificité militaire existe, renforcée par des restrictions ou des interdictions cumulées en termes de droits individuels par rapport aux autres spécificités professionnelles.
Oui, l'élite militaire existe bel et bien. Par leur hiérarchie, leurs structures, leurs effectifs (en activité et à la retraite), leurs moyens, leur diversité, les armées, en dehors de leurs missions opérationnelles, sont à même de remplir un grand nombre de tâches subsidiaires ou essentielles que, souvent, elles seules peuvent assumer dans la limite certes des moyens disponibles.
Pour conclure, je dirai que nous, militaires, avons un seul parti : la Tunisie, et une seule vocation : la servir en tout temps, en toutes circonstances, en tous lieux. Puisse cette flamme continuer à éclairer notre marche sur une route où il ne nous sera pas souvent offert de repos. Qu'elle symbolise aussi dans nos cœurs l'honneur de notre métier d'officier et la fidélité à notre Nation. C'est un gros défi mais à cœur vaillant rien d'impossible.
Colonel (R) Mohamed Kasdallah
(Le colonel Mohamed Kasdallah nous a quittés le17 Mai 2021)
Lire
* Tout sur le rideau de sable de l'armée tunisienne sur la frontière avec la Libye (Vidéo)
* Femmes d'exception: Commandantes de patrouilleurs
* Hana, Commandante de patrouilleur : Ultrarapide, furtive, elle fonce droit sur l'objectif... et l'atteint
* Armée de Terre: Ikbel commandante de compagnie
* Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent
* Qui sont ces femmes pilotes de chasse de l'armée tunisienne
* Profession : Démineur, une grande compétence de l'armée tunisienne
* Régiment d'honneur: Un cérémonial militaire fastueux (Vidéo)
* La cavalerie du régiment d'honneur de l'armée nationale (Vidéo)
* En première ligne sur la frontière tuniso-libyenne : comment la Tunisie se protège contre le terrorisme et la contrebande (Vidéo)
* Réflexions sur l'armée de 2030: Menaces, missions, doctrine - Les exigences techniques de la défense
* La nation et ses militaires
* L'élite militaire tunisienne existe-t-elle?
* Rym: enseigne de vaisseau 1ère classe
* Siwar, Commandante de patrouilleur : Une femme de poigne
* Randa, commandante de compagnie à la garnison de Tunis


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.