Hand – Mondial 2021 : La Tunisie rate la relance face au Brésil    Régression à 30 mille tonnes des exportations tunisiennes de fruits en 2020    Annonce mi-février 2021 des résultats de l'appel à candidatures pour le programme national des villes intelligentes    Avoirs spoliés en Suisse : La société civile appellent le président Saïd à demander une prorogation des mesures de gel    Ben Arous: Affrontements entre la police et des protestataires à El Yesminet    Réouverture des mosquées : Appel au strict respect du protocole sanitaire    Tunisie – Les dispositions du confinement dirigé qui entre en vigueur demain    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Tunisie – IMAGES : Les casseurs arrêtés cette nuit sont en majorité des mineurs    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    Barça – Athletic Bilbao : sur quelle chaîne voir le match ?    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Vers cinq millions de morts du Covid-19 en mars?    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    A l'épreuve de la violence et de l'extrémisme    Condamnation de la violence à l'ARP: Rached Ghannouchi a-t-il sacrifié Al-Karama ?    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Siliana: Retour au calme après des heurts avec la police    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Ma revanche sur le... coronavirus    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contre-plongée : Une opportunité à saisir
Publié dans Le Quotidien le 19 - 04 - 2011

La production cinématographique arabe fait-elle aujourd'hui sa révolution, par le biais d'un programme d'aide au documentaire?
Les cinéastes et producteurs tunisiens, tous statuts confondus, à l'instar de leurs homologues de tous les pays arabes, peuvent aspirer à une aide pas du tout négligeable, que leur propose l'AFAC dans le cadre d'un concours de scénario. L'Arab Fund fort Art and culture, soit le Fonds arabe pour l'art et la culture, dont le siège est à Beyrouth, vient de lancer ce concours ouvert jusqu'au 13 mai 2011. Une opportunité à saisir pour les cinéastes, les scénaristes et les producteurs tunisiens pour le montage de leur projet respectif. Aussi bien les «grands» que les «petits» créateurs cinématographiques ne peuvent «cracher dans la soupe», car il n'est jamais aisé de faire un film sous nos cieux... en solo! L'AFAC, institution privée, est aujourd'hui une fenêtre ouverte sur la coproduction arabe, si on ose l'appeler ainsi. Car sa contribution n'est point seulement financière. Elle peut, en effet, assurer jusqu'à 75% du projet avec toutefois un suivi très rigoureux du processus de production. Les institutions culturelles sérieuses existent dans le monde arabe et ne font pas seulement que du vent. L'AFAC, pour y rester, accomplit ce même travail au niveau des arts plastiques, particulièrement. C'est ce qui ressort de la présentation faite récemment par M. Oussama Rifahi, le directeur de ce fonds, dans le cadre des «journées du documentaire», organisées du 9 au 11 avril au «CinemAfricArt». Ce fonds a déjà accompagné des projets de cinéastes tunisiens et continuera, certainement, à le faire. Il organise, dans le cadre de la concrétisation des projets, des ateliers de discussion et de formation avec les porteurs des projets sélectionnés.
Placer la barre très haut, tels semblent être le message et le travail de l'AFAC. Ce fonds vient à point nommé sur fond d'effervescence politique révolutionnaire qui éveille le monde arabe. Les aspects culturels y ont été très négligés. C'est peut-être l'occasion d'y remédier concrètement en faveur du documentaire arabe et d'un cinéma de création alternatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.