Kais Saïed – Elyès Fakhfakh : Des concertations tous azimuts    Orange Tunisie et ses partenaires lancent plusieurs initiatives numériques pour limiter la propagation du Covid-19    Coronavirus : les joueurs du FC Barcelone acceptent de réduire leurs salaires    Coronavirus | Ariana : 7 cas nouveaux contaminés    Raouf Chatty: de quoi sera fait le monde d'après coranavirus    Tunisie – Coronavirus: Les marchés de gros seront rouverts tous les jours de la semaine    Par Vidéoconférence, le Premier Ministre Indien transmet ses voeux au gouvernement tunisien    Coronavirus : Un nouveau cas à Gabes    Ligue 1 : Les statistiques de l'Etoile du Sahel après 16 journées    Coronavirus [Vidéo] : témoignages des citoyens confinés dans le centre des stages de Borj Cédria    Tunisie: Une organisation financière indépendante demande la généralisation du report du payement des prêts bancaires    Elyès Fakhfakh se penche sur l'achèvement de l'année scolaire et universitaire à l'horizon de la fin de la quarantaine sanitaire globale ou de sa prolongation    Les JO de Tokyo 2021 auront lieu du 23 juillet au 8 août    Accès gratuit aux plateformes de l'enseignement à distance    Urgent : Nouveau décès d'une femme à Bizerte    Evolution de la pandémie du Coronavirus en Europe : Bilan par pays au 30 Mars (cas confirmés, nombre de décès, nombre de cas guéris)    Le groupe Metallica offrira chaque lundi un concert à ses fans (vidéo)    Tunisie – Coronavirus: Application “DON via TPE” pour le fonds national 1818    La série HUAWEI P40 marque l'ère de la photographie visionnaire    Coronavirus |Football : Ali Maaloul se ravise et reste en Egypte    Tunisie-Météo: Températures en légère hausse    Tijani Makni, ancien député-maire de Sfax est décédé    Le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international appellent le G20 à agir pour alléger le poids de la dette des pays pauvres    Tunisie: Chokri Hamouda révèle l'utilisation de la chloroquine pour certains patients et le résultat    Achat de matériels médicaux périmés : Des descentes dans les entrepôts de l'homme d'affaires derrière “le deal de la mort”    AV-Test décerne un Award 2019 à ESET Endpoint Security    Mekki : La durée du confinement pourrait durer jusqu'à la fin de l'année    Samir Gharbi: Lettre ouverte à M. le Président de la République    Coronavirus: Al Ahly d'Egypte autorise Ali Maaloul à rentrer en Tunisie    Coronavirus : l'Italie franchit le cap des 10 000 morts    Libye: Un général de l'armée de Haftar tué lors de combats près de Misrata    L'ancien Président algérien est toujours en vie : la fausse rumeur lancée sur Twitter a enflammé la toile    Coronavirus: un bébé succombe aux Etats-Unis    En vidéo : Quand la Tunisie vole haut, très haut    Une marionnette de 9 mètres, manipulée par 20 personnes !    Quatre guerres à la fois    L'épidémie de Covid-19 rebat beaucoup de cartes    Nous ne serons pas dépassés…    Le défenseur algérien Ben Ayada proche de l'EST    Quand la classe politique fait le lit du Corona !    Du côté du prétoire    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le visuel criait sa présence
Publié dans Le Temps le 11 - 12 - 2016

La danseuse et chorégraphe japonaise résidante à Berlin depuis quinze années Yui Kawaguchi a présenté récemment à la salle du « Quatrième Art » son spectacle « Andropolaroid 1.1 » proposé par le Théâtre national tunisien, avec le soutien du Goethe Institut de Tunis. C'est une installation sonore et lumineuse d'une durée de cinquante minutes qui n'a pas seulement séduit les nombreux spectateurs présents, mais les a également surpris et impressionnés. Un travail minutieux qui ne fait pas dans le déjà vu, qui invite à la réflexion, en s'ouvrant sur de nouveaux horizons.
Le titre du spectacle « Andropolaroid1.1 » renvoie, tout d'abord, au terme grec « Andros » qui signifie l'homme et au procédé connu du « Polaroid » de photographie instantanée qui était d'usage des dizaines d'années auparavant. Le spectacle présente les différentes étapes de la lutte de l'homme pour s'adapter à de nouveaux territoires encore inconnus par le truchement de mouvements et d'actions qui sont comme pris sur le vif par un appareil photo en Polaroid qui livre la photo trente seconde après la prise. D'un procédé simple et à la portée de tous, des instants de vie, d'une nouvelle vie, sont représentés sur scène. Des éclats de lumière et des sons agissant et circulant par intermittence, annoncent le début du spectacle. La scène est noire. Elle est submergée par le jeu de lumières parfois éclatantes, parfois faibles et tristes des petits néons, qui, de tous les côtés de la scène, participent en fait au spectacle visuel qui s'adresse à l'intellect. Certains parmi eux bougent et sont mi en évidence dans un petit ballet à deux avec la danseuse. On surprend la danseuse à chaque éclat dans l'un ou l'autre des lieux de la scène. Elle semble désemparée, dépassée et essayant de comprendre et de vivre à sa guise, malgré tout. C'est un nouvel univers qui s'offre à elle. Elle doit lutter et surmonter les antagonismes. Elle doit également s'adapter à sa nouvelle situation au sein de cette société où elle vit. Le spectacle voudrait-il traduire en premier la propre expérience de déracinement vécue par cette artiste en partant pour l'Allemagne et en s'y installant ?
Un spectacle total
Pour ce faire, Yui Kawaguchi choisit des structures inhérentes aux deux langues japonaise et allemande et plonge son corps dans ce nouvel univers. Le bruitage est utilisé à bon escient, si bien que les rires et les paroles s'entrecroisent, tout en étant représentés par les lumières mobiles des néons. A travers des tableaux successifs, la danseuse nous raconte une histoire aux faits étranges qu'elle doit subir et dépasser. Son installation s'apparente à un spectacle total, car plusieurs formes d'expression artistique s'y retrouvent. L'installation, plus connue comme expression d'arts plastiques et contemporains, devient théâtrale et théâtralisée. La danse y prend la part belle du spectacle. Le mime n'y est pas en reste. La musique et le bruitage, comme précédemment indiqué, sont légion. La danse-théâtre y est également présente. Un spectacle envoûtant qui a été fortement applaudi par un public averti et subjugué par la performance de Yui Kawaguchi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.