Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Hand – J05 Elite Homme : résultats des matches en retard    Tunisie – Nigéria : en photos, la conférence d'avant-match    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Le CSM refuse de communiquer son avis sur le projet de réconciliation pénale de Kaïs Saïed    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Entretien téléphonique entre Kaïs Saïed et Emmanuel Macron    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    Mahdia : il assassine son papa avec une batte de baseball    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Meurtre d'un policier à Bizerte: Les peines vont de quatre ans d'emprisonnement à la peine capitale    Bilan Covid-19: 9.892 nouveaux cas et dix décès    Tunisair : Les revenus du transport augmentent de 24,7%, en 2021    REMERCIEMENTS ET FARK : Nejiba AMMAR    Rapport sur les entreprises publiques : Les factures non réglées pénalisent la Steg    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Tunisie – Nigeria : Un arbitre sénégalais au sifflet    CAN 2021 | Une défaite amère : Pas de quoi être fiers    CAN 2021 | L'équipe de Tunisie passe aux huitièmes : Qualification «miséreuse» !    Billet | Ils font peine à voir !    Le CSM ne plie pas : Un problème de plus pour Kais Saied    Pourquoi? | Du respect des citoyens    Fermeture des établissements scolaires : Une polémique stérile    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Projet Fourousyet : La belle épopée du cheval et de l'homme    «Streams» de Mehdy Hmili : La vie côté démons !    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Tunisie-Coronavirus [VIDEO] : Zakaria Bouguira met en garde contre la virulence d'un nouveau variant mutant d'Omicron    Banques islamiques : Résultat net en hausse de 265% en 2020    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La trilogie de Yamen Manai
Publié dans Le Temps le 26 - 03 - 2017

Jeune auteur tunisien vivant en France, Yamen Manai est de retour avec un nouveau roman intitulé "L'amas ardent". Une occasion pour retrouver ses oeuvres précédentes et son univers singulier marqué par un art de la narration et des hiatus surprenants. Manai signera ses livres les 30 et 31 mars à la FILT 2017...
Yamen Manai signe un retour remarqué en Tunisie avec la publication simultanée de trois ouvrages aux éditions Elyzad. Présent à la Foire internationale du livre de Tunis, cet écrivain né en Tunisie en 1980 et vivant actuellement à Paris, présentera et signera ses livres à plusieurs reprises. Deux premiers rendez-vous sont prévus jeudi 30 et vendredi 31 mars sur le stand de Clairefontaine et celui de l'Institut français.
Le narrateur entre science et folklore
Yamen Manai a été révélé au public tunisien en obtenant en 2009 pour son premier roman le prix Comar d'or et aussi le prix des Lycéens Coup de Soleil, en France. Intitulé "La marche de l'incertitude", cet ouvrage vient d'être publié en édition de poche aux éditions Elyzad. Dans ce livre, l'auteur pose des questions de prime abord étranges. Comment le hasard a-t-il choisi l'univers rigoureux des mathématiques pour réunir ceux qu'il a séparés onze ans auparavant à cause d'un oeuf? Ou encore comment un ouvrier sourd a-t-il fait pour aider une mère à retrouver son enfant?
C'est dans un univers riche en particules et en paramètres que Manai mène son lecteur. A la confluence du rêve et de la réalité, de la science et du folklore, du nord et du sud, l'auteur agrège des mondes qui normalement ne se croisent pas pour faire naître de fertiles et subtils hiatus. Comptant, dix ans après sa première parution, parmi les classiques de la littérature tunisienne, ce roman s'apprête à rencontrer de nouveaux lecteurs grâce à sa parution en poche.
Sérénades et soubresauts révolutionnaires
Paru en 2011 aux éditions Elyzad, "La sérénade d'Ibrahim Santos" est le second roman de Yamen Manai. On y retrouve dans une verve très marquesienne l'art d'un conteur qui irrigue son récit de décalages qui donnent un souffle singulier à cette oeuvre qui parodie les dictatures et questionne la fuite en avant technologique. La fable est simple mais percutante et installe le lecteur à Santa Clara, une ville où les habitants se soucient uniquement de produire du rhum sans être attentif outre mesure aux soubresauts révolutionnaires que vit leur pays. Leur seul horizon, ce sont les sérénades que chante Ibrahim Santos. Cet équilibre irréel et précaire va connaitre des changements inattendus lorsqu'un ingénieur agronome va débarquer dans un pays en crise et en bousculer les habitudes. Cet ouvrage a obtenu le prix Biblioblog et le prix Alain-Fournier.
La fable de l'amas ardent
La nouvelle oeuvre de Manai s'intitule "L'amas ardent" et vient de paraître, toujours chez Elyzad. Ce livre se développe en cinq séquences qui oscillent entre le chaos, la discorde, la confusion, l'aparté, la bureaucratie et l'aftermath. L'auteur y raconte, avec le même talent, une Tunisie où les fous de Dieu peuvent à tout moment être foudroyés. Vif, savoureux et iconoclaste, "L'amas ardent" est une fable moderne et aussi une enquête qui commence par la découverte du corps mutilé des filles du village de Nawa. Un livre à lire et un auteur à découvrir ou retrouver à la Foire internationale du livre de Tunis. Notons en conclusion que les deux romans cités paraissent au sein de la collection "Littérature" qui comprend une vingtaine d'ouvrages parmi lesquels des oeuvres de Ali Becheur, Cécile Oumhani ou Azza Filali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.