Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les Chinois sauvent la planète Terre
Publié dans Le Temps le 27 - 03 - 2020

« The Wandering Earth », sonne juste. D'abord parce que le film de science-fiction chinois parle d'une planète terre errante et d'un soleil qui ne peut plus la réchauffer, du calvaire humain face à la bêtise humaine, pour nous inviter à réfléchir au sens de nos actes ainsi qu'à leurs conséquences. Ensuite parce qu'il s'agit de la première surproduction chinoise de science-fiction avec un budget de 44 millions d'euros, qui raconte l'histoire d'une terre gérée par un gouvernement mondial uni et qui se fait sauver par un Chinois. Un marqueur symbolique assez fort qui présage d'un avenir de l'humanité en dehors de l'hégémonie culturelle et technologique des Américains.
L'immersion est totale avec ce chef-d'œuvre du cinéma qui impressionne de par la représentation de l'espace et de la planète terre complètement ruinée, avec des séquences sublimes et techniquement incroyables. Mais au-delà du côté extraordinaire de ce film qui a drainé en l'espace de trois semaines uniquement (dès sa sortie en février 2019) , quasiment 80 millions de spectateurs avides de sensations fortes, celui-ci informe d'un changement de donne assez fort et qui ne peut passer inaperçu, du fait que la Chine est désormais une grande puissance qui peut prétendre à concurrencer le cinéma américain ayant dominé pendant près d'un demi-siècle. Ici les personnages protagonistes sont des Chinois qui unissent leurs efforts avec des personnes à l'identité humaine qu'ils soient Russes, Français ou autres. Mais plus de place désormais aux Américains et leurs prétentions hégémoniques. Le message est clair, si l'on rappelle aussi les projets à venir d'un pays qui dans la réalité ambitionne de créer d'ici l'an 2022 la plus grande station spatiale dans le monde.
L'Homme, un être fragile dans un monde intelligible à la raison humaine
Le film qu'on peut regarder désormais sur Netflix, déploie une grande maîtrise du récit et de l'emploi du futur pour raconter les choses du passé et nous propose ainsi une lecture amère mais nécessaire d'une planète terre que des scientifiques s'emploient à sortir du système solaire pour éviter sa destruction totale par Jupiter. On y dresse le portrait de personnages qui renouent avec leur humanité dont Liu Peigiang qui fait partie de cette équipe et qui a quitté la planète terre depuis dix ans en vue de participer à la réalisation de ce projet grandiose pour assurer la viabilité d'une humanité menacée de distinction.
Mais sous la rationalité de la science et d'un monde intelligible à la raison humaine, le film laisse apparaître une véritable histoire enfouie et qui en dit long sur la fragilité de l'Homme et ses incertitudes face à une vie terrestre qui menace de s'effondre. Cela est d'autant plus visible à travers la relation du scientifique Liu Peigiang à son fils et à sa fille adoptive, son dévouement pour la planète terre et le choix qu'il a fait de se sacrifier pour que l'humanité revive… Sans oublier le personnage si attachant du fils, Liu Qi qui emmène sa sœur adoptive dans une aventure spatiale hasardeuse et prend sur lui de la ramener à la maison et finit par honorer ses promesses. Cela nous permet de cerner l'Homme au prisme de son rapport à l'Autre et atteste, par ailleurs, de la beauté d'une écriture pour le cinéma de science-fiction et de son habileté à nous toucher au plus profond de nous-mêmes et à interroger notre humanité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.