Création d'une nouvelle forme de financements exceptionnels refinançables    Un nouveau cas de coronavirus à Bizerte    Décès de l'humoriste français Guy Bedos    7 mois de vacances pour la moitié des équipes !    Chaoukat rejette le sit-in Errahil    Ahmad Ahmad va témoigner !    La police dissuade les manifestants à Hong Kong    On traine les gens dans la boue sans aucun égard pour leur dignité    Protocole sanitaire du tourisme tunisien    eux olympiques de Tokyo : les lutteurs tunisiens reprennent les entraînements le 4 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 28 mai à 11H00    Rohani prône la coopération avec les ultraconservateurs    L'indépendance de la justice sur la sellette    « Nouba 2 », l'exception qui ne fait pas la règle    Le premier roman tunisien sur Covid-19 et le confinement !    Quand le virtuel dépasse le réel    845 nouveaux cas au Koweït en 24 heures    Gafsa : arrestation de deux suspects dans l'incendie de la locomotive appartenant à la CPG    Tunisie: Arrestation deux suspects dans l'incendie de la locomotive de transport du phosphate dont un agent paramédical    Tunisie : 12 % des élèves du baccalauréat au gouvernorat de Sousse n'ont pas repris les cours aujourd'hui    Tribune | Merci Albert Memmi d'être resté Tunisien dans l'âme    Quatre personnes arrêtées et une autre maintenue en liberté dans l'affaire de l'empoisonnement au « méthanol » à Hajeb El Ayoun    Didier Raoult défend toujours l'hydroxychloroquine    Tunisie: Fixation du dernier d'acceptation des dossiers de compensation des entreprises affectées par la crise du coronavirus    Date de l'examen de l'affaire de Sami Fehri fixée    Wall Street Journal met à l'honneur l'app mobile visionnaire du Club Sportif d'Hammam-lif    Saisie d'argent et de faux bijoux d'une valeur de 250 mille dinars    Tunisie: Des chômeurs et des propriétaires de taxis “Louage” protestent devant le siège de l'ARP    Tunisie – Météo : Températures en baisse et pluies éparses l'après-midi sur le centre-ouest    Inégalité fiscale et économique en Afrique du Nord : Savoir trouver le juste équilibre    Les villes post-covid-19 | Najem Dhaher, chercheur et maître de conférences en urbanisme et aménagement, à La Presse : « Fin des aménagements dogmatiques et standardisés et retour à l'approche sanitaire »    Leaders Immobilier inaugure prochainement sa nouvelle agence au Lac 2    MEMOIRE : Saloua KOURAICHI    Perspectives clubistes : Le combat des chefs    Point de vue : Retour précipité !    REMERCIEMENTS ET FARK : Saïda JAZIRI    Pierre Abi Saab, Journaliste et critique libanais, à La Presse : Questions de culture    Ligue 1 : Le CS Chebba reprend les entraînements    Kais Saied furieux contre les nouveaux tarifs consulaires ?    Le personnel et cadres de la Santé publique observent ce jeudi « Une Journée de colère nationale »    Tunisie: Les institutions publiques sont priées de mettre fin aux contrats de deux députés    Olivier Poivre d'Arvor, reconduit à la présidence du musée national de la Marine    L'association Nous Tous prépare un programme de célébration de l'œuvre d'Albert Memmi    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tribune | A peu de gens convient le diadème !    Libye : Les Etats-Unis accusent la Russie de transférer des avions de chasse en Libye pour aider ses mercenaires de “Wagner”.    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pays en des mains sûres…
Publié dans Le Temps le 04 - 04 - 2020

La différence entre un politicien, et un homme d'Etat ? Le premier pense politique, le second se soucie de l'Etat, même en faisant de la politique. Mais ne peut pas s'improviser homme d'Etat, qui veut.
Jeudi soir, sur Al Watania 1 et El Hiwar, Elyès Fakhfakh a apporté la preuve, en quelque, une heure et trente-cinq minutes, qu'aura durée l'interview, qu'il en avait désormais, la posture et la stature. Et que les Tunisiens pouvaient lui faire confiance. Et respirer. Parce qu'ils ont eu, d'un coup, la certitude, qu'ils avaient, face à eux, un véritable homme d'Etat. Qui est né ce soir-là. Et qu'ils ont pu, en tendant l'écoute, comprendre qu'ils avaient, aussi, dans la foulée, trouvé leur « Capitaine ».
Pour cette grande « traversée » que constituera le combat contre le coronavirus, il est extrêmement important que le navire, ne soit pas balloté par les flots, sans des mains sûres pour en tenir le gouvernail. Jusqu'à le mener à bon port. Est-ce que le Chef du Gouvernement, pourra relever ce défi ? Et lever, surtout, toutes les « chausse-trappes », qui ne manqueront pas de jalonner son parcours ? Sachant que lorsque l'on se coltine, la réalité du terrain, sans avoir, au préalable, impulsé les mécanismes nécessaires, pour faire aboutir tous les projets en cours, et s'assurer, autant, de la fiabilité, que de la solidité de tous ses « courrois de transmission », l'on peut se prendre une « veste ». Ce que nous ne lui souhaitons, évidemment pas…
La confiance est une marque d'estime, difficile à gagner. Mais on ne donne pas un « blanc- seing », en fait de confiance, lorsqu'elle est accordée. C'est sur la durée qu'elle s'éprouve. Sachant qu'elle peut être retirée à tout moment, si la parole donnée n'est pas tenue. Et il faut toujours respecter la parole donnée. Surtout si l'on est investi de la lourde responsabilité, en tant que Chef du Gouvernement, d'inventer des solutions, lorsqu'elles semblent inexistantes, à priori, et de résoudre des problèmes, là où un écueil se lève, à chaque fois que l'autre est aplani.
Ce ne sera pas un cadeau. Ni, on doit en convenir, une partie de plaisir. Mais Elyes Fakhfakh devra assurer. Parce que c'est son rôle, d'assurer désormais. Et que, quand bien même il ne faut pas crier victoire très vite, son intervention télévisée, aura, tout de même, pu donner la mesure, de ce que les Tunisiens pouvaient en attendre. Et en espérer.
Dans ce cap difficile qu'il s'est engagé à gagner, à condition que tous les Tunisiens comprennent que cette guerre, il convient de la mener ensemble, chacun, dans sa sphère d'intervention respective, et en acceptant, déjà, comme une nécessité vitale, de faire montre de patience. Face à des mesures de confinement, qui seront, en fait, la première arme de survie, si l'on veut que la pandémie n'ait, surtout pas, le fin mot de l'histoire, il faudra faire front uni. Et être solidaires…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.