Commémoration des événements du 26 janvier 1978 : Saïed s'entretient avec Taboubi    Tunisie-Coronavirus: Le couvre-feu prolongé de deux semaines    Précisions à propos du champ d'application de l'amnistie fiscale    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    L'Algérie supprime la liste des produits exclus du bénéfice des avantages fiscaux accordés dans le cadre de la GZALE (CEPEX)    CAN 2021 : Motsepe invite un président d'un club tunisien pour la finale    Ligue 1 Pro : l'Etoile du Sahel battue en amical    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    Selon 57,8% des familles tunisiennes, l'avenir de leurs enfants serait meilleur hors du pays    Elloumi: Le gouvernement de Bouden est le pire gouvernement depuis l'époque coloniale( Audio)    Le prix de la meilleure recherche scientifique féminine, pour l'année 2021 décerné à la professeure de neurologie, Dr Iman Kacem Nhili    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    Sommet Ligue arabe : Les beaux et bons mots de Tebboune, que répondra le Maroc? [Vidéo]    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    Les salariés de Cactus prod menacent d'une grève de la faim    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Tunisie : Grève générale à...    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Echo Afrique    High-tech | Tout connaître sur le métavers    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Le comité scientifique recommande la prolongation des mesures préventives contre le covid    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Covid-19 | 17 décès et 9706 contaminations recensés le 24 janvier 2022    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elyes Fakhfakh ouvre le feu sur Qalb Tounes
Publié dans Business News le 24 - 01 - 2020

Elyes Fakhfakh décide avec qui il formera son gouvernement mais surtout qui en sera exclu. S'il préfère ne pas évoquer le mot « exclusion », il se montre plutôt intransigeant. Pas de Qalb Tounes dans son équipe. De quoi donner déjà une dimension politique à un gouvernement qu'il voulait pourtant garder à l'abri des tiraillements et pour lequel il a promis d'assurer le plus large soutien possible…

Première conférence de presse ce matin vendredi 24 janvier 2020 pour Elyes Fakhfakh. Le chef du gouvernement fraîchement désigné à la Primature par le président de la République Kaïs Saïed, souhaite visiblement se démarquer de son malheureux prédécesseur Habib Jamli. Une conférence de presse qui commence pile à l'heure et où on répond à toutes les questions. De quoi trancher avec les rendez-vous à rallonge, plusieurs fois retardés, de Habib Jamli qui ont fait jaser journalistes et observateurs de la scène politique.
C'est un Elyes Fakhfakh plutôt ferme qu'on a vu aujourd'hui répondre sans sourciller aux nombreuses interrogations entourant son équipe. Une question était sur toutes les bouches. « Pourquoi avoir exclu Qalb Tounes des concertations autour de la formation du gouvernement ? ».

Arrivé deuxième aux élections législatives, le parti de Nabil Karoui compte 38 députés au Parlement. Pourtant, il a été le grand absent des concertations autour de la formation du prochain gouvernement d'Elyes Fakhfakh. Le candidat à la Primature explique cette « exclusion » - qui n'en serait pas une selon lui – par « des critères basés sur la symbolique du deuxième tour de l'élection présidentielle et la volonté exprimée massivement par le peuple ».
Un peu étonnant pour un Elyes Fakhfakh qui a était loin de passer au second tour et n'a récolté au premier que 0,34% des voix, à la tête d'un parti politique qui a disparu de la scène depuis des années.

Mais Elyes Fakhfakh semble vouloir d'emblée donner une dimension politique à son gouvernement, avant même d'en exposer le programme. Il lui donne même une couleur, celle de « la ligne révolutionnaire, des réformes et de la lutte an-corruption ».
Pour cela, il se cache derrière Kaïs Saïed et prend à son compte le score massif réalisé par l'actuel chef de l'Etat. Il s'agirait donc bel et bien d'un gouvernement du président, contrairement à ce que Kaïs Saïed lui-même a déclaré.

« Le vote a permis de connaitre les valeurs exprimées par le peuple. Le peuple a dit non à la corruption » a affirmé Elyes Fakhfakh aujourd'hui lors de sa conférence de presse. Il ajoute : « 2,6 millions de Tunisiens ont choisi ce cheminement. On ne peut pas mettre tout cela de côté et partir dans l'autre sens ». C'est pourtant dans l'autre sens que Kaïs Saïed a décidé d'aller en nommant Elyes Fakhfakh, un choix contesté par une partie de la classe politique puisque massivement rejeté par les urnes.
Cependant, Elyes Fakhfakh semble vouloir aller en cohérence avec les idées exprimées par le chef de l'Etat, à savoir un choix de rupture. Si le parti destourien libre (PDL) de Abir Moussi s'est d'emblée déclaré dans l'opposition, affirmant qu'il ne proposera aucun candidat à ce gouvernement dont il ne veut pas faire partie, ce n'est certes pas le cas de Qalb Tounes.
Le parti de Nabil Karoui n'a, en effet, pas émis de « réserves particulières au sujet d'Elyes Fakhfakh » et l'a même appelé à « s'ouvrir à tous les partis politiques et aux organisations, sans exclusion, et d'entamer des concertations afin de s'assurer du soutien politique et parlementaire nécessaire pour relever les défis et faire sortir le pays de la crise ».
D'ailleurs, réagissant à la conférence de presse de ce matin, le député Qalb Tounes, Oussama Khlifi, a affirmé que « le parti était décidé à s'opposer au gouvernement de l'exclusion ».
Il est ainsi très probable que le parti Qalb Tounes n'accorde pas sa confiance au gouvernement Fakhfakh au Parlement, pour pouvoir se placer du côté de l'opposition. Le gouvernement devra donc se passer des voix de Qalb Tounes et du PDL, soit 55 voix en moins. De quoi amoindrir ses chances de réunir les 109 voix nécessaires pour obtenir la confiance du Parlement.

« Ce gouvernement marquera le début d'une ère nouvelle », a affirmé Elyes Fakhfakh expliquant qu'il « veillera à élargir le soutien politique autour de ce nouveau gouvernement afin qu'il puisse obtenir la confiance devant le Parlement ». Il a en effet expliqué avoir « entrepris des concertations avec les partis politiques qui se ont exprimés, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle, en partageant les valeurs du chef de l'Etat Kaïs Saïed et la volonté des citoyens pour le changement et la lutte contre la corruption ».
Hier, la veille de sa conférence de presse, il s'est entretenu avec les représentants d'Ennahdha, d'Attayar, d'Al Karama, d'Echaâb, de Tahya Tounes, de l'UPR, d'Afek Tounes et d'El Badil. Il a d'ailleurs expliqué qu'il veillera à « élargir le soutien politique pour que ce gouvernement obtienne une confiance large et solide au Parlement, représentant de la volonté du peuple », tout en le maintenant « à l'égard des tiraillements politiques qui pourraient entraver son action ». Et pourtant, il n'hésite pas à déclarer officiellement Qalb Tounes persona non grata dans son équipe, l'associant ouvertement à la corruption et aux pratiques non-révolutionnaires.

Cette rupture nette avec le parti arrivé deuxième au Parlement n'est certes pas le choix le plus prudent d'Elyes Fakhfakh. Si cette annonce peut sembler courageuse, elle lui a été visiblement soufflée par le chef de l'Etat Kaïs Saïed. Ce que lui-même laisse entendre dans sa conférence. Mais l'exclusion du PDL et de Qalb Tounes n'est pas seulement une idée de Kaïs Saïed. Elle est partagée par les partis politiques qui l'entourent et le soutiennent et qui prônent un gouvernement révolutionnaire donnant ainsi naissance à une coalition nouvelle formée par Ennahdha, Attayar, Echaâb et Tahya Tounes. Un point sur lequel les deux hommes sont en totale harmonie...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.