Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une deuxième vague de Covid-19 est-elle possible?
Publié dans Le Temps le 01 - 05 - 2020

Le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Tunisie et le ministre de la Santé redoutent une deuxième vague épidémique après l'assouplissement des règles du confinement prévu le 4 mai. Mais certains experts mettent en doute un tel scénario et pensent que le Covid-19 va devenir un virus saisonnier.
Alors que la Tunisie s'apprête à entrer dans une phase de déconfinement progressif à partir du lundi 4 mai, la crainte de la résurgence de l'épidémie du coronavirus s'accroit. Le ministre de la Santé, Abdellatif Makki, n'a pas exclu une deuxième vague épidémique lors de la conférence de presse tenue mercredi au siège du gouvernement à la Kasbah.
«Nous ne sommes pas à l'abri d'une deuxième vague de contamination au coronavirus», a –t-il averti. Et d'ajouter : «Nous avons réussi à contrôler la première vague de l'épidémie mais cela demeure un résultat temporaire et sensible qui dépendra de la conduite et de l'engagement du citoyen durant la prochaine étape».
De son côté, le représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en Tunisie, Yves Souteyrand, a estimé que «la Tunisie a réussi à faire face à la première vague de contaminations, mais n'est pas à l'abri d'une seconde vague épidémique». Il a également indiqué que «le déconfinement progressif ne veut dire en aucun cas l'éradication du virus surtout que le nombre des tests de dépistage effectués est très faible et rendrait difficile la détermination de la face cachée de l'épidémie en Tunisie».
Certains spécialistes pensent par ailleurs que la résurgence du Covid-19 est quasiment inévitable, notant que la montée du mercure dans la prochaine semaine n'est pas capable de ralentir la propagation du virus ou la stopper. C'est notamment le cas du Professeur Amine Slim, ancien chef de service du laboratoire de virologie de l'hôpital Charles Nicolle de Tunis et actuel expert auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
«Il ne faut pas trop compter sur la hausse du mercure pour venir à bout du Covid-19 même si l'intensité de transmission des virus respiratoires a souvent tendance à baisser quand les beaux jours s'installent. Mais des cas de SARS-CoV-2 existent aussi dans des pays chauds en Afrique ou en Asie comme la Côte d'Ivoire, le Nigeria et l'Arabie Saoudite », souligne le Professeur Slim.
«En été, la climatisation des espaces clos comme les administrations, les grandes surfaces et les hôpitaux et les casernes pourrait accélérer la propagation du Covid-19 », ajoute-t-il.
Un virus saisonnier ?
Selon Professeur Amine Slim, le plus grand risque pourrait survenir de l'ouverture des frontières aériennes et maritimes. «Nous sommes aujourd'hui certains que la Tunisie n'enregistrera que des cas sporadiques de Covid-19 tant que les frontières resteront fermées. Mais combien de temps peut-on tenir ? Nous serons contraints dans un, deux ou trois mois tout au plus à rouvrir nos frontières, et là on ne sait pas comment la situation va évoluer », s'inquiète-t-il.
D'autres experts pensent cependant que l'épidémie du coronavirus va ralentir et probablement s'estomper sous l'effet de la chaleur estivale. « Actuellement, on ne voit une deuxième vague dans aucun pays du monde, seulement des cas sporadiques et des réimportations issues de la phase pandémique actuelle. De nombreuses données inconnues demeurent concernant ce virus. L'environnement existant au moment où il s'est propagé n'est plus le même aujourd'hui», argumente le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l'Institut français de recherche biomédicale et d'épidémiologie.
Cité par le journal français «Le Point », le Pr Toussaint estime qu'il y a une corrélation possible entre la température et la diffusion du Covid-19. «Ce sont dans les zones avec des températures autour de 10 degrés que l'épidémie a connu le plus important démarrage. Cette température pourrait représenter un optimum thermique : c'est entre 20 et 55 degrés de latitude, que se concentre 90 % de la mortalité alors que l'ensemble du continent africain ne comptabilise que 1 490 décès pour 32 430 cas ce 28 avril. L'hypothèse de la saisonnalité est donc à envisager», détaille-t-il.
Même son de cloche chez le très controversé professeur Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l' 'Institut hospitalo-universitaire de Marseille : « On suit avec énormément de tests cette épidémie. On a eu un pic et depuis, on a une décroissance continue. C'est une courbe en cloche, typique des épidémies. La plupart du temps, ça se passe en une seule courbe», a –t-il fait remarquer dans une vidéo diffusée sur YouTube.
«L'histoire de rebond est une fantaisie inventée à partir de la grippe espagnole. Les épidémies commencent, s'accélèrent, culminent - c'est le moment maximal de transmissibilité - et elles diminuent et disparaissent, et on ne sait pas pourquoi», a ajouté l'infectiologue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.