Météo : Un temps brumeux et ciel peu nuageux pour ce week end    Billet: Un univers déconnecté    CA: Réagir ou périr !    Foot-Europe: le programme du jour    Huile d'olive: Pas d'augmentation des prix pendant Ramadan    Dégradation de l'environnement de l'investissement: Le cri d'alarme des partenaires de la Tunisie    Habib Ammar, Ministre du Tourisme et de l'Artisanat : «Il faut que les hôtels adhèrent au processus de modernisation»    Remerciements et 40e jour: Feu Ahmed BOUZRARA    CONDOLEANCES: Abdallah BOUGUENNA    Appui logistique à la police de l'environnement: Plusieurs communes bénéficiaires    CS Sfaxien : Moncef Khemakhem réélu à la tête du club    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    «Cheikhs en confidences», roman en français de Monia Mouakhar-Kallel: Une écriture d'une souplesse radieuse    L'artiste et le journaliste Habib Bouhawel tire sa révérence: «Le phare-felu» n'est plus !    Covid-19 : 31 décès supplémentaires et 666 nouvelles contaminations enregistrés le 25 février 2021    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Mohamed Ammar : Mon beau frère a eu 50 dinars pour participer à la manifestation d'Ennahdha    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    CONECT International condamne la grève douanière    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    Détournement partiel de la circulation au niveau du tunnel de la Rue Yasser Arafet    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les masques doivent être disponibles, mais aussi gratuits
Publié dans Le Temps le 05 - 05 - 2020

Le coronavirus contraint nos villes à repenser l'organisation des transports en commun
À quoi ressemblera notre vie à partir du 4 mai ? Reprise du travail, réouverture des commerces, transport… Tout en veillant à empêcher une nouvelle flambée du COVID-19, la tâche est immense comme l'a souligné Dr Samir Bouaouina, Médecin Chef de la Coordination Médicale du Groupement de santé de base
. LE TEMPS : Tout d'abord est-ce que le COVID-19 touche tous les organes?
Dr Samir Bouaouina : La maladie COVID-19 est une inflammation vasculaire systémique. Elle provoque autant de problèmes cardiovasculaires et de défaillances d'organes vitaux. La maladie Covid-19 peut toucher les vaisseaux sanguins de tous les organes. Il s'agit d'une inflammation systémique des vaisseaux sanguins pouvant toucher le cœur, le cerveau, les poumons, les reins ou encore le tube digestif. Elle entraîne de graves micro-perturbations de la circulation sanguine qui peuvent endommager le cœur ou provoquer des embolies pulmonaires d'où la nécessité de combattre la multiplication du virus et en même temps protéger et stabiliser le système vasculaire des patients,
. Faut-il généraliser les tests de dépistage?
Plus on fait des prélèvements à la recherche de coronavirus plus on dépiste des cas plus on isole des cas plus on rompt la chaîne de transmission moins la transmission se fait et moins on aura des cas. Avec le relâchement dans le respect du confinement et la baisse du nombre de prélèvements, je propose aux autorités sanitaires d'associer les équipes de première ligne, que ce soit au public qu'au privé, dans le recrutement des suspects et impliquer les équipes des circonscriptions sanitaires dans la réalisation des enquêtes épidémiologiques autour des cas index à la recherche de cas parmi les contacts. De même qu'il faut collaborer avec les laboratoires régionaux tel que le laboratoire régional de la santé de Nabeul, laboratoire de référence, de niveau de sécurité 2, dans les analyses des prélèvements pour le Gouvernorat surtout qu'on n'a pas de problème de PCR moyennant quelques adaptations.
. Faut-il continuer à administrer des vaccins contre les autres maladies infectieuses ?
La vaccination consiste à administrer un vaccin pour provoquer une réponse immunitaire qui protégera le sujet vacciné de la maladie s'il se trouve en contact avec l'agent infectieux en cause. Si elle est réussie, la vaccination entraîne l'immunisation: le vacciné est immunisé contre la maladie causée par l'agent pathogène. En Tunisie, l'année dernière la rougeole a presque autant tué que le Covid cette année (41 décès). Si une femme enceinte est non-vaccinée, son bébé peut attraper le tétanos néonatal (maladie grave et mortelle). D'autres maladies telles que la tuberculose, l'hépatite virale, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, la méningite, la rubéole et d'autres maux sévissent encore et peuvent laisser des séquelles ou être mortelles. Les vaccins préviennent la contraction de nombreuses maladies, difficiles à traiter ou à risque de complications mortelles et de séquelles .Les actes de vaccination ont redémarré. Ils touchent les enfants d'âge préscolaire et femmes enceintes dans les centres de santé de base (dispensaires les plus proches de chez vous). Pour les enfants scolarisés, un programme de rattrapage est prévu dans les établissements scolaires à partir du 4 mai. La rage tue, aussi. En cas de morsure d'un animal même vacciné il faut contacter le service des urgences ou le centre antirabique le plus proche le jour même.
Pour les personnes âgées et/ou ayant des maladies chroniques, la vaccination contre la grippe et le pneumocoque est fortement recommandée dès la disponibilité du vaccin (octobre). D'autres vaccins et de traitements prophylactiques sont obligatoires ou recommandés en cas de voyage.
. Vous avez toujours réclamé la gratuité des masques?
Les programmes nationaux de santé (vaccination, périnatalité, lutte antituberculeuse, lutte anti-diarrhéique etc…) n'ont réussi en Tunisie que grâce à la gratuité des prestations et la décentralisation des services. J'appelle de vive voix le conseil national de sécurité de prendre deux décisions. Tout d'abord la gratuité des masques avec amende pour les contrevenants en partant du principe que pour le déconfinement, la distanciation physique est difficile à respecter surtout dans les espaces clos. Les masques ne pourraient être efficaces que s'ils sont portés par tout le monde. Et une tranche importante de la population ne va pas les procurer .Il est indispensable de généraliser le port du masque dans la population et le rendre obligatoire dans les lieux publics. Pour ce faire, il faut que ceux-ci soient accessibles, donc disponibles, mais aussi gratuits. Même si le coût unitaire du masque peut sembler modique, il ne sera pas à la portée des personnes les plus démunies déjà fortement touchées par la crise sociale
. Le déconfinement dans les transports, est-ce difficile. Quels sont vos conseils?
Etant donné que le Coronavirus ne peut être éradiqué qu'avec la découverte d'un vaccin et qu'il y aura d'autres vagues (quoique même avec le vaccin le virus, ne pourrait probablement être éradiqué vu ses mutations, comme c'est le cas de la grippe). Vu la situation épidémiologique favorable en Tunisie et vu que les autorités ont préparé un plan de déconfinement sur plus de 2 mois, Il faudra des solutions permettant aux usagers de se déplacer librement sans faire exploser le nombre de contaminations par le coronavirus. Entre autres nouvelles règles envisagées, le nombre de passagers dans les bus et les trains doit être restreint. Des marquages au sol doivent être créés dans les gares et les stations de métro pour encourager le respect de la distanciation sociale, et des systèmes de vidéosurveillance et du personnel participeront au décompte des passagers. Le port des masques doit être obligatoire. Il est souhaitable d'instaurer une réservation obligatoire qui va automatiquement limiter le nombre de passagers. En outre, de nombreuses villes en Europe ont encouragé les gens à utiliser des moyens de transports alternatifs comme le vélo. Les citoyens pourront aussi aller au travail tout en pratiquant une activité physique en dehors de chez eux et tout en respectant la distanciation sociale.
Bref, ce coronavirus contraint nos villes à repenser l'organisation des transports en commune. Le respect des gestes barrières et de mesures de distanciation physique prendra encore plus d'importance en cette période de déconfinement, auquel il conviendra d'ajouter le port du masque. Le virus ne circule pas tout seul, c'est l'homme, porteur du virus, qui circule, et donc les mesures suivantes sont des mesures de bon sens. Face aux infections respiratoires, il existe des gestes simples pour préserver notre santé et celle de notre entourage : Se laver les mains très régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades et utiliser des mouchoirs à usage unique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.